Ebola se propage en Afrique de l'Ouest avec une mutation importante

Grâce à une équipe internationale de chercheurs, l’épidémie d’Ebola couvre en temps réel la communauté scientifique. MSF et les autres ONG suivent la propagation de l'épidémie en séquençant le génome du virus chez des personnes en Sierra Leone. Maintenant, les gens savent que le virus est en mutation depuis le début de cette maladie.

Une équipe internationale de chercheurs a séquencé, avec une précision extrême, les génomes de 99 Ebola chez des personnes atteintes de 78 chez qui le virus Ebola avait été diagnostiqué en Sierra Leone en juin. «Le génome d'Ebola est incroyablement simple. Il ne contient que sept gènes. En général, ces virus sont étonnants car ce sont ces petites choses qui peuvent faire beaucoup de dégâts », explique Pardi Sabeti, biologiste informaticien à HarvardUniversity et auteur principal de l'étude. L'équipe a aidé à trouver les premiers cas d'Ebola en Afrique. Ils ont également immédiatement renvoyé des échantillons de diagnostic des patients aux États-Unis et ont commencé à séquencer les génomes des virus. «Des techniciens 20 de mon laboratoire travaillaient jour et nuit», explique Sabeti.

Tout en traversant la population humaine en Afrique de l’Ouest, a-t-elle ajouté, le virus a détecté des mutations environ deux fois plus rapidement que lorsqu’il circulait parmi les animaux au cours des dix dernières années environ.

«Plus vous transmettez un virus et plus vous constatez une transmission interhumaine», dit-elle, «plus vous lui donnez l'occasion de tomber sur une mutation qui pourrait le rendre plus facilement transmissible ou plus pathogène».

Sabeti dit qu'elle ne sait pas si cela se produit encore. Mais l'évolution rapide du génome du virus pourrait affaiblir les outils dont les chercheurs disposent pour détecter Ebola ou, potentiellement, traiter les patients.

DERNIERES NOUVELLES: Le ministre sénégalais de la Santé confirme le cas 1st du virus Ebola dans le pays, un ressortissant guinéen (plus de détails) Pages Twitter)

EN SAVOIR PLUS SUR LA RADIO NPR