Myanmar: le chef de la protection du HCR demande plus de soutien à l'État de Rakhine

Source: Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
Pays: Myanmar

 

Un soutien plus important est nécessaire pour résoudre le sort des personnes déplacées et de celles dont la citoyenneté est indéterminée, a déclaré le haut responsable.

YANGON, Myanmar, juillet 16 (HCR) - Un haut responsable de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés chargé de la protection a appelé à un soutien plus concerté pour résoudre le problème des personnes déplacées au Myanmar et des personnes de nationalité indéterminée.

Le Haut Commissaire assistant du HCR pour la protection, Volker Türk, a fait cette déclaration à l'issue d'une mission de cinq jours au Myanmar lundi, au cours de laquelle il s'est rendu à Yangon et dans la capitale, Nay Pyi Taw, ainsi que Sittwe et Maungdaw dans l'État de Rakhine.

L'état de Rakhine est l'un des moins développés du pays. Il abrite non seulement des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, mais également un nombre estimé de millions de 1 de personnes de citoyenneté indéterminée - principalement des Rohingya vivant dans les banlieues nord de l'État.

Cette population est touchée par les restrictions à la liberté de circulation et à l'accès aux moyens de subsistance et aux services tels que la santé et l'éducation.

Türk a entendu parler directement des populations touchées dans l'État de Rakhine, où les 140,000 sont toujours déplacés à l'intérieur de leur pays après le déclenchement de la violence intercommunautaire il y a trois ans.

Dans une évolution positive, lorsqu’il a rompu le jeûne du ramadan avec les dirigeants de la communauté rakhine et rohingya à Maungdaw, il a été informé que, même si l’instauration d’un climat de confiance restait un défi, les communautés coexistaient depuis longtemps.

«Nous vivions ensemble avant même que la ville de Maungdaw existe», a déclaré un dirigeant rohingya. Son commentaire a ensuite été confirmé par un représentant de Rakhine.

En se rendant dans un petit village situé à une heure de route de Maungdaw, Türk a pu constater l'impact des restrictions imposées à la population Rohingya et les conséquences néfastes de l'absence de droits associés à la citoyenneté. Des «commandes locales» sont en place qui les empêchent de se déplacer facilement d'un village à l'autre, ce qui limite considérablement leurs moyens de subsistance. Ils n’ont également pas accès à des possibilités d’enseignement supérieur. Depuis juin 2012, les étudiants Rohingya ne peuvent plus fréquenter l’Université de Sittwe - la seule université de l’État.

À Nay Pyi Taw, il s'est entretenu avec U Khin Yi, ministre de l'Immigration et de la Population, ainsi qu'avec d'autres responsables gouvernementaux et parlementaires.

Faisant suite aux questions soulevées à Bangkok à la fin du mois de mai lors d’une réunion régionale sur la migration irrégulière dans l’océan Indien, Türk a évoqué la récente «crise du bateau» dans la région et la situation à long terme dans l’État Rakhine. Il a rappelé que le HCR était prêt à aider tous les gouvernements de la région, y compris celui du Myanmar, à faire face aux mouvements de personnes originaires du Bangladesh et du Myanmar.

À la fin de sa visite, le Haut Commissaire assistant a présenté ses conclusions lors d'une réunion d'information à des diplomates et des représentants d'organisations internationales à Yangon.

Décrivant la dimension régionale des mouvements maritimes dans le golfe du Bengale et la mer d'Andaman, il a souligné que pour trouver des solutions, il est essentiel de travailler avec toutes les communautés, ainsi que les autorités, pour promouvoir la coexistence pacifique dans le pays. Etat Rakhine.

"L'avenir du pays dépend de celui de toutes ses pièces composites", a déclaré Türk lors de la réunion d'information, soulignant que tout le monde dans le pays devrait avoir la possibilité de tirer parti de la transformation en cours.

Par Kasita Rochanakorn à Yangon, au Myanmar

de ReliefWeb Headlines http://bit.ly/1Gp6gCK
via IFTTT

Les commentaires sont fermés.