Un troisième centre de santé MSF bombardé au Yémen

Sanaa 10 Janvier 2016 Un hôpital soutenu par MSF a été touché dans le nord du Yémen, faisant au moins quatre morts, dix blessés et conduisant à l'effondrement de plusieurs bâtiments du centre médical. Trois des blessés sont des membres du personnel de MSF. Deux sont dans un état critique.

Selon notre personnel sur le terrain, à 9.20am, un projectile a touché l’hôpital Shiara du district de Razeh, où MSF travaille depuis le mois de novembre 2015. MSF ne peut pas confirmer l'origine de l'attaque, mais des avions survolaient les installations à ce moment-là. Au moins un autre projectile est tombé près de l'hôpital. Tous les membres du personnel et les patients ont maintenant été évacués et certains d'entre eux ont été soignés dans cet hôpital Al Goumoury à Saada, également soutenu par MSF. Le nombre de victimes pourrait augmenter car davantage de personnes pourraient encore être prises au piège dans les décombres.

«Toutes les parties au conflit, y compris la coalition dirigée par l'Arabie saoudite (SLC), sont régulièrement informées des coordonnées GPS des sites médicaux où MSF travaille. Nous dialoguons constamment avec ces parties pour nous assurer qu'elles comprennent la gravité des conséquences humanitaires du conflit et la nécessité de respecter la fourniture de services médicaux », a déclaré Raquel Ayora, directrice des opérations de MSF. «Il n’ya aucun moyen pour quiconque ayant la capacité de mener une frappe aérienne ou de lancer une roquette n’aurait pas su que l’hôpital Shiara était un établissement de santé opérationnel fournissant des services essentiels et soutenu par MSF».

«Nous réitérons à toutes les parties au conflit que les patients et les installations médicales doivent être respectés et que le bombardement d’hôpitaux est une violation du droit international humanitaire», a déclaré Ayora.

Le conflit est particulièrement aigu dans le district de Razeh. Les habitants de la région ont été gravement touchés par les bombardements incessants et le poids cumulé des mois de guerre 10. L’hôpital Shiara avait déjà été bombardé avant que MSF ne commence à le soutenir et les services ont été réduits à des activités de stabilisation, d’urgence, de maternité et de sauvetage.

Il s'agit du troisième incident grave survenu dans un centre de traitement directement géré ou assisté par MSF au cours des trois derniers mois. Octobre 27 Octobre, l'hôpital Haydan a été détruit par une frappe aérienne du SLC et le 3 décembre, une clinique mobile de Taiz a également été touchée par le SLC, blessant neuf personnes, dont l'une est décédée par la suite. Les équipes de MSF luttent quotidiennement pour assurer le respect des installations de santé par tous les groupes armés.

«Nous condamnons fermement cet incident qui confirme une tendance inquiétante aux attaques contre des services médicaux essentiels et exprimons notre plus grande indignation, car cela laissera une population très fragile sans soins de santé pendant des semaines», a déclaré Ayora. «Une fois de plus, ce sont les civils qui subissent les conséquences de cette guerre».

MSF demande la cessation immédiate des attaques contre les structures médicales et demande à toutes les parties au conflit de s’engager sans équivoque à soutenir la fourniture sans danger de l’aide humanitaire. MSF demande également aux responsables de cette attaque d’enquêter sur les circonstances de l’incident.

Au Yémen, MSF travaille dans les gouvernorats d'Aden, d'Al-Dhale, Taiz, Saada, Amran, Hajjah, Ibb et Sanaa. Depuis le début de la crise actuelle en mars 2015, les équipes de MSF ont traité plus de patients blessés de la guerre par 20,000. MSF a déjà envoyé plus de 790 de fournitures médicales à ce jour. MSF gère directement les hôpitaux et les centres de santé 11 et soutient de nouveaux centres de santé 18. Le système de santé fonctionnant à peine, MSF fournit également des services de santé non urgents.

Les commentaires sont fermés.