Nouveau test pour éradiquer le paludisme

L'Organisation mondiale de la santé estime que des milliards de 3.4 sont exposés au paludisme, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes étant les plus vulnérables.

Les taux de mortalité diminuent et un nouveau test donne des résultats positifs au Kenya.

Fatuma Chaunga, mère de deux enfants, vit dans la région côtière de Likoni à Mombasa, une région sujette au paludisme. Il y a deux ans, la majeure partie des revenus de Chaunga générés par la vente de frites et de petits pains frits ont été dépensés en frais d'hospitalisation pour traiter le paludisme.

Plus de 60 pour cent de la population est à risque de paludisme au Kenya, où presque chaque année des enfants 36,000 meurent des suites de la maladie.

Une organisation non gouvernementale appelée «Population Services Kenya» distribue des moustiquaires imprégnées d'insecticide aux mères enceintes et aux mères d'enfants de moins d'un an. Chaunga était l'un des bénéficiaires.

«Si je n'utilise pas Internet, mes enfants contracteront le paludisme et je devrais aller à l'hôpital ou utiliser des médicaments à base de plantes», a déclaré Chaunga. «C'est avant que je connaisse le MRDT. Maintenant que je suis au courant, je vois l'importance d'utiliser Internet pour économiser sur les coûts de traitement et utiliser le peu d'argent dont je dispose pour subvenir aux besoins de ma famille. "

Le MRDT mentionné par Chaunga est le test de diagnostic rapide du paludisme. Dans 2010, l’Organisation mondiale de la santé a recommandé que chaque cas suspect de paludisme soit confirmé par des tests parasitologiques. Le MRDT donne des résultats en minutes 20 et coûte 1 $, ce qui est abordable même dans les communautés rurales.

Le Dr Dismas Osoro a déclaré que cela avait contribué à réduire l'abus d'antibiotiques.

«Parce que auparavant, les gens prenaient juste des antipaludéens sans test. Cette fois, nous en avons l’importance. Nous testons et distribuons des antipaludéens, de sorte que l'utilisation imprudente des médicaments antipaludiques a été contrôlée », a déclaré Osoro.

Selon James Makiri, coordinateur des programmes régionaux du PS Kenya, le plus grand défi consiste à changer les mentalités.

«Les gens ont tendance à dormir sous le filet pendant la saison des pluies. Mais pendant la saison sèche, quand il fait chaud, ils ne dorment pas sous le filet, car il fait trop chaud. Nous essayons donc d'encourager les gens à dormir sous le filet à tout moment de l'année. »

Chaunga a déclaré qu'elle espérait que de plus en plus de gens adopteraient des moustiquaires et des méthodes modernes de dépistage du paludisme, réduisant encore le taux de mortalité qui, selon l'OMS, est de 47 pour cent dans le monde et de 54 pour cent en Afrique.

 

Article complet ici.

Les commentaires sont fermés.