Immigration, prostitution, drogue et esclavage dans un centre de réfugiés en Italie

C'est une enquête du L'Espresso, l'hebdomadaire sur lequel le journaliste «intégré», Fabrizio Gatti, souligne aujourd'hui un gros problème dans le troisième secteur italien. Images qui viennent de CARA di Borgo Mezzanone, vicino Foggia nous faire connaître la gravité du problème. Là, les immigrés arrivés de la mer Méditerranée deviennent des «numéros» pour le groupe de coopératives rouges et blanches qui composent le groupe «Sisifo» et le groupe «Senis Hospes».

Garder les gens 636 (même si le journaliste affirme qu'ils sont encore plus nombreux) entassés comme des animaux à l'intérieur du troisième centre des demandeurs d'asile italiens, fait gagner aux coopératives 14.000 euros par jour.

Le journal de Fabrizio Gatti est un coup dur pour le troisième secteur. Il décrit clairement comment, pour augmenter les bénéfices générés par des millions d'euros 15 gagnés par appel d'offres (et autres bénéfices exceptionnels), le camp est devenu pire que des bidonvilles illégaux, qui - dans la province de Foggia - ont également fourni (et fournissent maintenant) des esclaves pour les champs de tomates.
Par conséquent, le groupe de personnes qui ont été emmenées au CARA est utilisé par des «gangsters nigérians pour vendre les filles», pour fournir des «travailleurs illégaux» pour l'agriculture et pour ramasser des chiens de plateau. Et qui sait quoi d'autre.

L'enquête est en italien et vous pouvez la trouver ici: L'Espresso

 

Les commentaires sont fermés.