Patients pédiatriques accompagnés par avion: oui ou non? - Le ministère canadien de la santé modifie sa réglementation

QUEBEC, CANADA) - En cas de transport des patients on avions, personne qui n'est pas un patient médical ou un pesonnel ne peut être transporté

Ni parents, amis ou proches. Il n'y a pas d'exception. Ni en cas de patient pédiatrique. La loi est très claire à ce sujet. Mais il y a quatre mois, le Gouvernemental a annoncé qu'il changerait sa position sur le transport des enfants seuls. Cela concerne en particulier les communautés autochtones qui vivent dans des sites isolés et où leur seul moyen de transport d’urgence est l’avion.

Donc, maintenant, Avions Challenger utilisé dans le nord du Québec à évacuer les enfants avoir un siège supplémentaire pour les parents ou les tuteurs. Avant, le jet utilisé pour les évacuations médicales n'était pas conçu pour prendre passagers qui n'étaient pas du personnel médical. En conséquence, certains enfants ont fait le voyage vers les hôpitaux de Montréal et de Québec sans être accompagnés. Les parents et les tuteurs devaient prendre des vols commerciaux, qui étaient payés par le gouvernement.

Mais c’est un très situation délicate et traumatique pour tous les enfants. Dans tous les cas, même pour les adultes, être avec une personne qu’ils connaissent pendant des situations difficiles est très important d’un point de vue psychologique. En particulier pour les enfants, surtout ceux qui sont des touristes et qui ne parlent ni anglais ni français. Nathalie Boulanger, le directeur par intérim du centre de santé d'Ungava Tulattavik, dit que l'espace supplémentaire pour les parents est nécessaire depuis des décennies.

«Il est vraiment difficile de voir des petits enfants qui ne parlent ni français ni anglais doivent être séparés de leur figure parentale et remis à des personnes qu'ils ne connaissent absolument pas.

Le changement de politique qui a conduit à la mise à niveau de l'avion est survenu après un le tollé des pédiatres canadiens.

En effet, laisser des enfants sans référence est très dangereux pour eux et aussi détresse pour les parents et les parents, qui ne sont pas au courant de leur état et sont obligés de prendre un vol commercial pour les rejoindre à l'hôpital, peut-être le lendemain. Par exemple: une jeune fille se réveille à l'Hôpital de Montréal pour enfants, effrayée et seule. Elle essaie de s'échapper et de rentrer chez elle. Un tout-petit, transporté à l'hôpital sans ses parents du nord du Québec, tombe d'un berceau dans le urgences.

Les avions sont le seul moyen pour les membres des communautés 14 du Nunavik d'accéder aux soins d'urgence. À 2016, un total d’enfants 146 ont été transportés du territoire cri de la Baie James à l’Hôpital de Montréal pour enfants, tandis que 146 a été transporté du Nunavik. D'autres sont conduits à l'hôpital Sainte-Justine ou dans des hôpitaux de la ville de Québec.

On ne sait pas exactement combien de personnes ont été pilotées sans un membre de la famille, mais le nombre est considérable, disent les médecins.

Cependant, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a déclaré: «Un enfant stressé, comme un adulte stressé, cela pourrait aggraver son état de santé.»

C'est pourquoi il a changé d'idée sur le règlement précédent. Deux des trois airs de la province ambulances sont équipés d'un siège supplémentaire pour accueillir un parent. Un troisième avion est un modèle plus ancien et Barrette dit que sa modernisation pour ajouter un siège supplémentaire pourrait le mettre hors service pendant un an.

Le gouvernement doit obtenir l'approbation du gouvernement fédéral avant de poursuivre les travaux.

Vous pourriez aussi aimer