Renforcer le pouvoir des femmes contre les catastrophes naturelles au Bangladesh

Le projet du Programme alimentaire mondial engage 1,800 XNUMX personnes ultra-pauvres dans le cadre d'un programme de résilience de deux ans où les participants, pour la plupart des femmes, participent à des activités de travail et de formation destinées à la réduction des risques de catastrophe.

Sima, 34 ans, est un chef de file du projet communautaire Saemaul Zero Hunger, mis en œuvre par le Programme alimentaire mondial (PAM) en partenariat avec le Département d'ingénierie des collectivités locales et des organisations non gouvernementales grâce à un financement de la République de Corée. Le projet engage 1,800 XNUMX personnes ultra-pauvres dans le cadre d'un programme de deux ans «Renforcer la résilience aux catastrophes naturelles et aux effets du changement climatique» où les participants, pour la plupart des femmes, participent à des activités de formation et de travail destinées à fournir de la nourriture et des actifs. réduction des risques de catastrophe.

 

Programme de résilience: renforcer la résilience aux catastrophes naturelles et aux effets du changement climatique

Au cours des mois de mousson pluvieux, jusqu'à 70 pour cent du Bangladesh est inondé, ce qui empêche les communautés côtières de reconstruire leurs vies.

À Royganj, Sirajganj, Sima Rani Das se tient dans la boue jusqu'aux chevilles le long du bord de la route, tenant un niveleur de sol de fortune d'une main tout en dirigeant ses pairs de l'autre.

«Tout le monde s'assure de boire de l'eau», dit-elle, alors que le soleil atteignait son zénith et que la température atteignait plus de 30 degrés Celsius. Environ 25 femmes étaient en train de fortifier un remblai routier, construit pour éviter les inondations et soutenir une route dans le village de Rampur.

 

Recevoir de la nourriture pour des activités de travail communautaire

Des groupes communautaires tels que ceux de Sima construisent ou réparent des digues, dressent des routes, creusent des canaux d'irrigation et construisent des habitations; en retour, ils reçoivent de la nourriture, des bons ou de l'argent.

Sima creuse le sol, le déplace sur la pente et indique à l'équipe de creuser et d'habiller. «Je me suis entraîné sur les mesures de la pente, de la largeur et de la longueur. Je n'ai jamais travaillé en dehors de chez moi, c'est la première fois! En tant que chef de groupe, je soutiens mon équipe autant que je peux », a expliqué Sima, au moment de la fin de leur journée de travail.

«Notre région est exposée aux inondations et l'eau coule souvent dans nos maisons pendant les mois de mousson pluvieux», se souvient Sima.

 

Autonomiser les femmes tout en maintenant leurs revenus

En 2014, Sima a travaillé 78 jours et a reçu 156 kg de riz, 16 kg de légumineuses, 8 kg d'huile - environ 4,500 taka (58 USD) en rémunération. «Avant, mon mari était le seul soutien de famille, mais maintenant que nous travaillons tous les deux, nous pouvons acheter des aliments plus nutritifs et économiser de l'argent», dit-elle.

Leur revenu combiné est de 7,000 90 taka (9,000 USD). «L'année dernière, j'ai acheté une vache pour XNUMX XNUMX taka et cette année je veux réparer notre maison», a déclaré Sima en s'asseyant près de la table à manger dans la petite maison bien rangée de sa famille, non loin du talus renforcé.

Le travail indépendant joue un rôle important dans l'autonomisation des femmes et le maintien des gains économiques au niveau des ménages. Au cours de la troisième année du projet communautaire Saemaul Zero Hunger, une femme membre de chaque ménage participant reçoit une subvention en espèces unique pour investissement et une indemnité mensuelle de subsistance en 12 afin d'aider la femme à renforcer la résilience de sa famille en commençant à générer des revenus. activités et la diversification des sources monétaires.

Avant de participer au projet, Sima n'avait pas beaucoup de pouvoir décisionnel au sein de la famille. «Je sortais rarement de la maison, je faisais les tâches que mon mari ou ma belle-famille me demandaient de faire. Maintenant, je suis indépendant », sourit Sima. «Quand je gagne de l'argent, je peux aller au marché, acheter de la viande et cuisiner comme je le souhaite. Je n'ai besoin de la permission de personne!

 

Programme de résilience: commencez petit, rêvez grand

Sima et les membres de son équipe ont également participé à une formation de six mois qui leur a enseigné divers sujets, notamment la préparation aux catastrophes, la nutrition, la sensibilisation à la santé et l'égalité des sexes.

«Je ne connaissais pas l'importance de nettoyer une plaie et d'appliquer une crème antiseptique», a-t-elle déclaré. «Je ne savais pas non plus qu’une fille ne devrait pas se marier avant d’avoir tourné 18. Maintenant, les mères de filles sont plus conscientes.

Sima, fière mère d'un garçon en bonne santé de six ans, rêve de son avenir. «Je veux qu'il étudie. Je veux qu'il soit pilote, médecin ou avocat. Il va étudier et obtenir un bon travail, puis il va se marier. "

Dans 2014, le programme de renforcement de la résilience a fourni de la nourriture ou de l’argent à plus de participants à 81,000 pour les efforts investis dans la reconstruction des avoirs communs et la formation. Les membres de la famille des participants, y compris les membres de la famille 400,000 membres de syndicats exposés au désastre 129, ont bénéficié du programme. Quatre-vingt-six pour cent des travailleurs et des stagiaires au cours des deux premières années du programme étaient des femmes.

 

SOURCE

 

Les commentaires sont fermés.