Hémorroïdes internes et externes : causes, symptômes et remèdes

Hémorroïdes, environ 10% de la population adulte dans les pays développés en ont souffert au moins une fois dans leur vie

Douleur, gonflement, sensation de lourdeur, démangeaisons et dans certains cas saignements, voilà à quoi ressemblent les hémorroïdes

Une pathologie très fréquente à tout âge, aussi bien chez l'homme que chez la femme, et qui peut devenir une nuisance gênante et embarrassante.

D'autant plus que jusqu'à récemment le traitement chirurgical faisait peur.

Que sont les hémorroïdes

Les hémorroïdes au sens propre ne sont pas une maladie : ce sont des coussinets veineux que nous avons tous à cheval sur l'orifice anal et qui contribuent au maintien de sa continence.

Maladie hémorroïdaire

Il est donc inexact de dire « je souffre d'hémorroïdes » ».

Les hémorroïdes sont des veines normales.

La maladie hémorroïdaire survient lorsque ces veines deviennent hypertrophiées, c'est-à-dire enflées, et commencent à fuir.

Cette fuite est appelée prolapsus et les symptômes gênants, les saignements et la douleur commencent.

Il faut préciser que la maladie hémorroïdaire n'est pas une maladie des seules veines, comme on l'a longtemps pensé, mais est aussi due à une dégénérescence des tissus conjonctifs, qui pour des raisons héréditaires ou acquises font perdre leur soutien aux coussins veineux, entraînant des fuites, c'est-à-dire un prolapsus.

Hémorroïdes internes et hémorroïdes externes

Il existe cliniquement 2 types d'hémorroïdes :

  • Interne : situées dans le canal anal, elles sont indolores et non visibles. Ils peuvent sortir lors de la défécation mais revenir spontanément ;
  • Externes : elles sont visibles, se développent en dehors de l'orifice anal, sortent à l'effort sans revenir spontanément ou s'extériorisent de façon persistante.

Degrés d'hémorroïdes

Les hémorroïdes sont généralement classées selon leur gravité en quatre grades : du grade un, qui est le plus léger, où il n'y a qu'une augmentation de la congestion hémorroïdaire interne, au grade quatre, qui présente un prolapsus irréductible avec une inflammation et des saignements sévères.

Hémorroïdes, causes et facteurs de risque

Les hémorroïdes surviennent plus fréquemment chez les femmes, car les facteurs de risque incluent la grossesse avec une congestion sanguine accrue dans le bassin.

Sont également importants :

  • Familiarité;
  • constipation;
  • mode de vie : alimentation malsaine, obésité, sédentarité et type de travail (ceux qui sont obligés de rester assis pendant de longues périodes ou de faire des efforts excessifs sont plus à risque).

Les symptômes

Il existe deux types de symptômes :

  • saignements : saignements rouges évidents et abondants voire microscopiques, c'est-à-dire que le patient perd du sang en petites quantités chaque jour, ne se voit pas et devient anémique ;.
  • la douleur, qui peut être de 3 types :
  • l'un est celui de la congestion, avec une sensation de poids, de démangeaisons, de brûlures ;
  • puis une douleur très vive en allant aux toilettes, voire insupportable, qui indique que les hémorroïdes se compliquent d'une fissure ;
  • enfin, la tristement célèbre crise aiguë d'hémorroïdes, qui survient lorsque les hémorroïdes prolifèrent vers l'extérieur et deviennent gonflées, très douloureuses et insoutenables, confinant le patient au lit pendant plusieurs jours.

Ces symptômes sont souvent inversement proportionnels, car si les hémorroïdes saignent elles se dégonflent et plus elles se dégonflent, moins elles vous gênent ; si les hémorroïdes ne saignent pas, elles sont plus enflées et douloureuses.

Comment traiter les hémorroïdes

Le choix du traitement le plus approprié est étroitement lié au degré de gravité de la maladie.

Si le patient est à un stade précoce de la maladie, il suffit de modifier le mode de vie avec :

  • régime riche en fibres (le régime méditerranéen) ;
  • activité physique quotidienne
  • prise d'eau abondante;
  • hygiène intime correcte.

Il existe également des médicaments trophiques à base de flavonoïdes pris par voie orale et les crèmes classiques à base d'anesthésiques locaux et d'agents anti-inflammatoires qui peuvent soulager les symptômes sans pour autant agir sur les causes profondes du problème.

Intervention chirurgicale

Lorsque la maladie est plus avancée (grade III et IV), la chirurgie est la seule solution efficace.

Jusqu'aux années 1990, la forme de chirurgie la plus courante était l'hémorroïdectomie (opération de Milligan-Morgan).

Cette méthode résout le problème de manière radicale en supprimant les nodules hémorroïdaires, mais présente un grand handicap : la douleur, à la fois post-opératoire et pendant la convalescence.

Hémorroïdopexie

En 1990, un chirurgien italien, Antonio Longo, a proposé une nouvelle méthode de traitement de la maladie, qui repose sur le repositionnement des hémorroïdes extériorisées à leur emplacement normal, dans le canal anal, guérissant ainsi leur prolapsus, et est appelée hémorroïdopexie.

C'est une opération réalisée avec des agrafeuses mécaniques, qui enlèvent le prolapsus et fixent les hémorroïdes à l'intérieur.

Le résultat est un véritable lifting du canal anal : une fois remis à leur emplacement normal, les coussinets hémorroïdes se dégonflent et arrêtent de saigner et de provoquer des douleurs.

L'opération est infiniment moins douloureuse en convalescence et minimise le risque de récidive : elle est réalisée environ trois centimètres au-dessus de l'orifice anal, là où il n'y a plus de fibres douloureuses.

Elle est réalisée en chirurgie ambulatoire, car le patient rentre généralement chez lui après un jour.

La convalescence est très rapide : le patient retrouve des habitudes de vie normales à 50-70 % au bout de deux jours, à 100 % au bout d'une semaine et peut faire du sport au bout de trois semaines.

L'opération de Milligan-Morgan a été beaucoup plus douloureuse et le temps de récupération a été d'un mois et demi.

Dans ce domaine de la chirurgie également, les progrès technologiques ont été considérables en vingt ans : nous disposons aujourd'hui de nouvelles agrafeuses plus efficaces et plus sûres, qui ont éliminé le risque d'hémorragie postopératoire et le risque de récidive à distance de la maladie hémorroïdaire, et en De plus, chez la femme, ils sont capables de traiter efficacement la constipation souvent associée au problème des hémorroïdes : ils représentent donc le gold standard pour le traitement de cette pathologie.

Chirurgie mini-invasive pour les cas moins graves

Enfin, dans les cas moins sévères où seuls les saignements prévalent, on dispose désormais d'autres méthodes alternatives, comme la possibilité de « dégonfler » les coussins veineux en repérant les petites artères qui les alimentent en sang avec une sonde endorectale (Doppler), puis en ligaturant eux : en fermant les robinets, les hémorroïdes sont décongestionnées et le saignement s'arrête.

Une technique mini-invasive qui, dans certains cas, donne d'excellents résultats, avec une hospitalisation de quelques heures seulement et une évolution quasi indolore.

Lire aussi:

Prévention cardiovasculaire secondaire : l'aspirine cardio est la première bouée de sauvetage

Sepsis, pourquoi une infection est un danger et une menace pour le cœur

La source:

GDS

Vous pourriez aussi aimer