Santé et sécurité

Choc anaphylactique : qu'est-ce que c'est et comment y faire face

Piqûres de guêpes et d'abeilles, médicaments, aliments comme les cacahuètes : ce sont quelques-unes des causes les plus fréquentes de choc anaphylactique (ou anaphylaxie), la plus grave de toutes les réactions allergiques qui, si elles ne sont pas traitées rapidement, peuvent même être mortelles

Bien que, heureusement, le taux de mortalité demeure faible, la fréquence des hospitalisations pour anaphylaxie, notamment induite par les aliments et les médicaments, est en augmentation depuis quelques années.

De l'allergie au choc anaphylactique

L'allergie est une affection très courante : on estime que 15 % de la population générale souffrira d'un type de réaction allergique au cours de sa vie.

Le système immunitaire reconnaît une substance étrangère normalement inoffensive (allergène) comme un agent agressif contre lequel se défendre, déclenchant une violente réaction d'hypersensibilité.

Symptômes allergiques

Les symptômes allergiques varient selon le mode d'exposition, mais généralement l'allergie se manifeste par une rhinite ou une rhinoconjonctivite, de l'asthme, une dermatite de contact, de l'urticaire et/ou un œdème de Quincke, des troubles gastro-intestinaux, tels que nausées, vomissement, diarrhée et malaise général, hypotension, perte de conscience et dans les cas graves, choc anaphylactique.

Qu'est-ce qu'un choc anaphylactique

Le choc anaphylactique, ou anaphylaxie, est la forme d'allergie la plus grave et la plus dangereuse.

A la base de cette réaction, comme pour toutes les allergies, se trouve l'interaction entre l'IgE et l'allergène, c'est-à-dire une substance qui chez les personnes prédisposées peut provoquer la production d'anticorps, appelés IgE.

Ces anticorps, après un premier contact, se fixent à la surface de certaines cellules, mastocytes et basophiles, qui contiennent de grandes quantités d'histamine et d'autres substances pouvant provoquer une inflammation.

Lorsque l'allergène entrera en contact pour la deuxième fois avec l'organisme de la personne prédisposée, il rencontrera des IgE fixées à la surface des basophiles et des mastocytes, provoquant la libération d'une grande quantité d'histamine et de médiateurs inflammatoires responsables du choc anaphylactique.

Les caractéristiques du choc anaphylactique, par rapport à une allergie « normale », sont :

  • début aigu de la réaction : de quelques minutes à quelques heures après le contact avec la substance à laquelle on est allergique ;
  • atteinte de plusieurs systèmes, c'est-à-dire peau, muqueuses ou les deux (p. ex. avec urticaire généralisée, démangeaisons ou bouffées vasomotrices, gonflement des lèvres, de la langue et du haut de la gorge), pouvant être associée à une insuffisance respiratoire (dyspnée, respiration sifflante-bronchospasme, stridor , hypoxie) ou tension artérielle réduite et symptômes associés de dysfonctionnement organique (hypotension, perte de conscience, syncope).

Symptômes du choc anaphylactique

Les symptômes les plus fréquents, présents dans plus de 90 % des cas, sont les symptômes cutanés et muqueux, suivis des symptômes touchant les systèmes respiratoire et cardiovasculaire (dans plus de 50 % des cas).

Moins fréquemment, des symptômes gastro-intestinaux peuvent apparaître, tels que nausées, vomissements, diarrhée, crampes abdominales.

Habituellement, ces symptômes sont anticipés par des picotements et une sensation de chaleur dans la tête, les mains et les pieds.

Causes

Parmi les substances qui peuvent le plus souvent provoquer un choc anaphylactique, on trouve :

  • venin d'abeille et de guêpe;
  • les aliments, tels que les fruits secs (cacahuète, noix, noisette, etc.), le soja, les crustacés et poissons, le lait et les œufs ;
  • latex et fruits apparentés : banane, avocat, kiwi, châtaigne ;
  • médicaments, tels que les antibiotiques (en particulier les pénicillines et les céphalosporines), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • les substances utilisées pour l'anesthésie générale et les produits de contraste, tels que ceux utilisés dans les examens d'imagerie diagnostique ;
  • des anticorps monoclonaux.

Dans certains cas, le déclenchement de la réaction est déclenché par la présence d'un cofacteur, comme l'exercice, le stress, l'infection, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et l'alcool.

Que faire en cas de choc anaphylactique

En cas de signes de choc anaphylactique, la première chose à faire est de consulter un médecin immédiatement et sans perdre de temps, en appelant le numéro d'urgence ou en se rendant au urgences.

Si cela n'est pas possible ou en attendant les secours, il est conseillé de

  • supprimer ou supprimer le déclencheur ;
  • placer la personne allongée avec les jambes surélevées pour assurer un retour veineux adéquat. En cas de grossesse, la personne peut être couchée sur le côté ; dans le cas de détresse respiratoire en position couchée, la personne peut être assise les jambes relevées ;
  • si disponible, administration précoce d'adrénaline (épinéphrine) via un auto-injecteur : ce dispositif, souvent prescrit aux personnes souffrant d'allergies potentiellement graves ou ayant déjà subi une anaphylaxie, consiste en une seringue avec une petite aiguille dissimulée qui, lorsqu'elle est pressée contre la cuisse , injecte une dose du médicament. L'utilisation immédiate d'un auto-injecteur peut être une bouée de sauvetage dans de nombreux cas.

Les autres médicaments utilisés, toujours sur ordonnance du médecin, pour contrer le choc anaphylactique sont :

  • des antihistaminiques intraveineux et de la cortisone, pour réduire l'inflammation des voies respiratoires et améliorer la respiration ;
  • bêta-agonistes, par exemple l'albutérol, pour soulager les symptômes respiratoires.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Anesthésie et réactions allergiques : facteurs à prendre en compte

La position de récupération en secourisme fonctionne-t-elle réellement ?

Piqûres d'insectes et morsures d'animaux : traiter et reconnaître les signes et les symptômes chez le patient

Que faire en cas de morsure de serpent? Conseils de prévention et de traitement

Guêpes, abeilles, taons et méduses : que faire en cas de piqûre ou de morsure ?

Que devrait contenir une trousse de premiers soins pédiatrique

Piqûre de guêpe et choc anaphylactique : que faire avant l'arrivée de l'ambulance ?

La source:

GSD

Postes Récents

Mal de tête en grappe : symptômes et traitement

L’algie vasculaire de la face est une céphalée primaire, c’est à dire sans cause connue, qui doit son nom…

Heures 1 il ya

Hémorroïdes : causes, symptômes et traitement

Parlons des hémorroïdes : la maladie hémorroïdaire est causée par la saillie vers l'extérieur d'une partie de…

Il y a 2 heures

Pédiatres italiens : 72 % des familles avec des enfants âgés de 0 à 2 ans le font à table avec téléphone et tablette

A table avec téléphone et tablette : ce sont les données qui ressortent d'un…

Il y a 22 heures

Dermatite atopique : symptômes et diagnostic

La dermatite atopique (DA) est une dermatite qui démange avec une évolution chronique et récurrente. Il représente un aspect…

Jour il ya 1

Qu'est-ce que c'est et quels sont les symptômes de l'hyperplasie nodulaire focale

L'hyperplasie nodulaire focale est une tumeur bénigne du foie d'origine hépatocellulaire qui survient…

Jour il ya 1

Armes biologiques, anthrax : qu'est-ce que c'est et comment se transmet-il ?

L'anthrax est une maladie infectieuse aiguë causée par Bacillus anthracis, une bactérie sporigène à Gram positif dont…

Jour il ya 1