Sri Lanka: répondre aux besoins

Le dernier bulletin d'information de la délégation du CICR à Sri Lankaprésente divers articles, notamment des mises à jour sur notre travail dans le pays, sur la manière dont nous répondons aux besoins des familles de personnes disparues et sur la Journée mondiale des premiers secours.

Cher lecteur, Souvent, des personnes disparaissent lors de conflits ou d’autres situations de violence. Le mois d'août de chaque année, à l'occasion de 30, le monde commémore la Journée internationale des personnes disparues, au cours de laquelle des familles de personnes disparues se rassemblent pour se souvenir de leurs proches. Pour eux, la recherche de leurs proches disparus se poursuit longtemps après la fin d'un conflit ou de la fin des violences. Ce que ces familles veulent surtout savoir, c'est ce qui est arrivé à leurs proches disparus. Ils cherchent désespérément des réponses, dépensant parfois le peu d’argent qu’ils ont pour voyager à la recherche de leurs proches disparus. Beaucoup de familles cherchent du réconfort dans leur religion. Toutes ces familles qui ont laissé de leurs proches sont des souvenirs et leurs effets personnels. Il n’est pas inhabituel de voir une mère pleurer tenant un mouchoir qui appartenait à son fils disparu ou une femme qui sortait sporadiquement d’une garde-robe l’uniforme et les médailles de son mari, un soldat, enlevant avec tendresse la poussière et la remettant. Comme leurs parents disparus, ces familles sont aussi des victimes. Ils vivent dans les limbes, déchirés sans cesse entre espoir et désespoir, dans l'attente du retour de leurs proches.

Au Sri Lanka, depuis 1990, plus de 16,000 ont été portés disparus au CICR. Au cours de ses dernières années, dans le cadre de son dialogue avec le Gouvernement sri-lankais, le CICR a plaidé pour que des efforts complets soient déployés pour fournir aux familles une réponse sur le sort et le lieu où se trouvent leurs proches disparus, ainsi que pour la prise en compte de leurs besoins humanitaires. Dans le cadre de ces efforts, entre novembre 2014 et juillet 2015, le CICR, avec l’approbation des autorités gouvernementales, a réalisé une évaluation des besoins des familles dans tous les districts 25 du Sri Lanka afin de déterminer les nombreux besoins de ces familles. Trois cent quatre vingt quinze familles, dont des membres des forces armées disparus et des membres de la police, ont été interrogés au cours de l'évaluation. Avant la fin de 2015, le CICR communiquera aux autorités concernées les conclusions détaillées de l'évaluation et les recommandations sur la meilleure façon de répondre aux besoins de ces familles.

Sur la base de ses conclusions, le CICR, en partenariat avec des organisations locales et en accord avec les autorités, envisage de mettre en œuvre un projet pour répondre aux besoins des familles des disparus dans plusieurs districts du pays. Ce programme s'inscrit dans le cadre de son action humanitaire en faveur des personnes disparues au Sri Lanka et contribuera aux efforts des autorités pour répondre à leurs besoins. Le CICR a encouragé l'adoption d'un certificat d'absence pour les familles des disparus, afin de reconnaître le statut juridique des personnes disparues et d'aider leurs familles à surmonter les obstacles dans leurs affaires juridiques, administratives et financières quotidiennes. Ce certificat vise à préserver les intérêts de la personne disparue, tout en répondant aux besoins immédiats de ses proches et personnes à charge. Un tel certificat aidera ces familles à accéder aux régimes d'indemnisation, à gérer les biens de la personne disparue et à faire des réclamations sur des questions familiales. Ce certificat, contrairement à un acte de décès, ne changera pas l'état civil du conjoint et des enfants. La délégation du CICR au Sri Lanka

[document url = ”https://www.emergency-live.com/wp-content/uploads/2016/01/sri_lanka-newsletter-july-sept-2015.pdf” width = ”600” "height =" 760 "]

Les commentaires sont fermés.