Arythmies, quand le cœur « bégaie » : extrasystoles

Les extrasystoles sont une forme d'arythmie très courante et généralement sans danger : les extrasystoles ne réservent des surprises que chez un petit pourcentage de patients cardiaques.

Extrasystoles, quand le cœur « balbutie »

L'impression est que le cœur « babille », créant un désagrément qui force une quinte de toux avec l'intention de remettre en rythme le muscle le plus important de notre corps.

Ce sont les extrasystoles, une forme d'arythmie très courante et généralement non menaçante : les extrasystoles ne réservent des surprises que chez un petit pourcentage de patients cardiaques.

L'important, donc, est de comprendre si cette anomalie du rythme cardiaque se produit dans un cœur ou dans un contexte de cardiopathie et d'agir en conséquence.

Qu'est-ce qu'une extrasystole ?

Il s'agit d'un battement cardiaque « prématuré », qui interrompt le remplissage normal et complet du cœur, entre un battement et le suivant, produisant une pulsation presque imperceptible, souvent décrite comme un « saut dans le cœur », suivi d'un pouls plus fort (un « coup » au centre de la poitrine), l'effet de la « remise à zéro » du rythme cardiaque normal.

Cette séquence (battements cardiaques « avortés » / pouls fort) peut se produire plusieurs fois par jour et passer inaperçue ou à peine perceptible, mais peut souvent être désagréable.

Les extrasystoles sont-elles dangereuses pour la santé du cœur ?

Si le muscle cardiaque est « sain », tant du point de vue « structurel » qu'en termes de propriétés électriques des membranes cellulaires, les extrasystoles sont peu susceptibles de créer de graves problèmes pour le patient.

Au contraire, en présence d'une maladie cardiaque, tant les extrasystoles supraventriculaires (provenant des oreillettes et donc considérées comme « innocentes ») que les extrasystoles ventriculaires (provenant des ventricules et donc plus redoutées) pourraient devenir des « déclencheurs », c'est-à-dire des initiateurs de troubles plus complexes arythmies.

Comme les tachycardies plus prolongées et la fibrillation auriculaire « notoire », en ce qui concerne les extrasystoles supraventriculaires.

Ou la tachycardie ventriculaire ou la fibrillation ventriculaire redoutée en cas d'extrasystoles ventriculaires.

Ces derniers ont cependant une autre particularité.

Qu'est-ce que c'est?

Le « nombre total » d'extrasystoles ventriculaires en 24 heures n'est pas considéré comme le facteur le plus important pour évaluer leur gravité.

Cependant, lorsqu'elles représentent 20 à 30 % des battements quotidiens totaux (c'est-à-dire qu'il y a au moins 15,000 20,000 à XNUMX XNUMX extrasystoles ventriculaires par jour), il peut y avoir une détérioration progressive de la « fonction de pompe » du cœur, de sorte que même un patient sain peut atteindre le seuil de l'insuffisance cardiaque.

Comment les extrasystoles sont-elles diagnostiquées et leur risque évalué ?

Le processus de diagnostic implique un examen cardiologique avec un électrocardiogramme (ECG).

Des antécédents familiaux minutieux (maladie cardiaque ou mort subite dans la famille) et des antécédents personnels sont très importants.

En effet, les extrasystoles sont souvent facilitées par des comportements incorrects (usage excessif de stimulants, comme le thé, le café, l'alcool, le chocolat, mais aussi sédentarité, surpoids, reflux gastro-œsophagien, apnée du sommeil, etc.).

Un élément important des antécédents médicaux de l'individu est la «syncope», c'est-à-dire les épisodes d'évanouissement, surtout s'il n'y a pas de cause claire.

En l'absence de diagnostic de maladie cardiaque – comme c'est le cas dans la plupart des cas – le patient peut être rassuré et renvoyé avec quelques conseils comportementaux (par exemple, réduire l'utilisation de stimulants, etc.).

Dans le cas contraire, d'autres investigations sont menées.

Lesquels?

Le test le plus couramment utilisé et le plus connu est le Holter ECG dynamique (« Holter ECG »), c'est-à-dire l'enregistrement de l'électrocardiogramme pendant 24 heures.

Ce test documente le nombre d'extrasystoles par jour et le compare au nombre total de battements cardiaques.

De plus, on évalue si les extrasystoles prédominent pendant l'éveil ou le sommeil, pendant l'activité physique ou au repos ; s'ils se produisent un à la fois (isolés) ou en séquences de deux, trois battements ou plus (répétitive) ; qu'elles surviennent à intervalles réguliers (bigéminisme, trigéminisme) ou non.

Un autre facteur important est leur précocité, c'est-à-dire la relation temporelle entre l'extrasystole et le battement précédent (qui est souvent en quelque sorte à l'origine de l'extrasystole elle-même).

Enfin, l'ECG Holter nous permet d'apprécier tout changement dans l'apparence de certaines composantes de l'électrocardiogramme (par exemple, les ondes T ou l'intervalle QT), qui peuvent être corrélées à toute maladie cardiaque sous-jacente et évaluées pour les conséquences possibles.

Afin de capturer toutes ces informations, il est nécessaire que l'ECG Holter fournisse un enregistrement électrocardiographique « complet », c'est-à-dire « 12 dérivations », comme celui du tracé ECG normal.

L'ECG Holter est-il suffisant pour fournir une image diagnostique complète des extrasystoles ?

L'ECG Holter fournit une évaluation purement électrique du phénomène d'extrasystole.

Pour une évaluation morphologique et fonctionnelle du cœur, il est nécessaire de recourir à d'autres examens, majoritairement ambulatoires et non invasifs.

Tout d'abord, l'échocardiogramme Doppler couleur fournit de nombreuses informations.

Dans certains cas, l'imagerie par résonance magnétique cardiaque est désormais également disponible, qui fournit des informations complémentaires à celles de l'échocardiogramme.

Le test d'effort sur vélo-ergomètre, quant à lui, est le « test d'effort » le plus simple pour évaluer le comportement des extrasystoles pendant l'exercice, dans des conditions contrôlées et sûres.

Des examens invasifs peuvent aussi parfois être nécessaires : par exemple, la coronarographie, utile dans l'hypothèse d'une origine ischémique des arythmies, et les études électrophysiologiques, qui évaluent la vulnérabilité du tissu cardiaque à des arythmies plus complexes (dont - on l'a dit - le les mêmes extrasystoles pourraient se déclencher) et nous permettent de « cartographier » l'origine des extrasystoles avec une extrême précision, grâce à des sondes introduites dans les cavités cardiaques.

Ces examens invasifs nécessitent un court séjour à l'hôpital et les patients doivent toujours être bien informés des risques possibles et du rapport bénéfice/risque de tels examens.

Le traitement des extrasystoles se limite-t-il alors à un changement de mode de vie ?

C'est souvent le cas, surtout en l'absence de maladie cardiaque.

Si, toutefois, les symptômes sont invalidants pour le cours normal des activités quotidiennes, une thérapie médicamenteuse visant à réduire les extrasystoles peut être initiée.

Les médicaments les plus couramment prescrits sont les bêta-bloquants ou certains inhibiteurs calciques.

Dans certains cas, de véritables antiarythmiques sont utilisés, dont le mécanisme d'action est plus complexe et relèvent de la responsabilité exclusive des spécialistes.

Dans le cas des patients atteints de maladie cardiaque?

Chez les patients cardiaques, le traitement des extrasystoles coïncide avec et souvent complète le traitement de la pathologie sous-jacente.

Pour certains patients, cardiaques ou non, très symptomatiques, une tentative d'ablation des extrasystoles peut enfin être proposée : il s'agit d'une thérapie invasive, complémentaire à l'étude électrophysiologique, visant à reconquérir la zone de tissu dont les extrasystoles prennent naissance, au moyen d'un cautère qui coupe leur activité.

Pour les patients atteints d'une maladie cardiaque grave et de mauvais pronostic, l'implantation d'un défibrillateur cardiaque automatique (DAIA) doit toujours être envisagée, car il n'y a aucune garantie que la thérapie médicamenteuse éteigne complètement les extrasystoles et avec elles le risque de complications plus graves, voire mortelles, arythmies.

Pourquoi croit-on que les extrasystoles peuvent être causées par le reflux gastro-œsophagien ?

Une relation de cause à effet définie entre les extrasystoles et le reflux gastro-œsophagien n'a jamais été totalement prouvée, mais il est de notoriété publique qu'une digestion difficile et un reflux gastro-œsophagien peuvent être des déclencheurs d'extrasystoles.

En particulier, dans le cas des extrasystoles supraventriculaires, il a été émis l'hypothèse que la contiguïté anatomique entre l'œsophage et l'oreillette cardiaque gauche pouvait transmettre une irritation de la muqueuse œsophagienne, due au reflux acide de l'estomac, vers le cœur, favorisant l'extrasystole.

Alors, est-ce qu'un antiacide suffit?

Parfois… Mais il ne faut jamais poser de diagnostic hâtif.

Même des extrasystoles supraventriculaires « innocentes » pourraient être le signe d'une hypertension artérielle mal contrôlée, ou d'une pathologie initiale des valves cardiaques.

Par conséquent, le cardiologue doit être extrêmement prudent et scrupuleux, même s'il est conscient que - dans la grande majorité des cas - les extrasystoles sont et restent un symptôme bénin, sans conséquence significative.

Lire aussi:

Insuffisance cardiaque : causes, symptômes, tests de diagnostic et de traitement

Les patients cardiaques et la chaleur : les conseils d'un cardiologue pour un été en toute sécurité

Crise cardiaque silencieuse : qu'est-ce que l'infarctus du myocarde silencieux et qu'est-ce que cela implique ?

La source:

Ospedale Sacro Cuore 

Vous pourriez aussi aimer