Les urgences n’ont pas dépisté le SSPT, sauf en cas de traumatisme physique évident, selon une nouvelle étude.

SOURCE : UPI - Près de la moitié des adolescents qui se rendent aux salles d’urgence signalent la violence entre pairs et cyberintimidation, et un quart présentent des symptômes compatibles avec le trouble de stress post-traumatique, selon une nouvelle étude.

L’étude réalisée à l’hôpital pour enfants Hasbro de Rhode Island, les services de garde trouvés n’ont pas dépisté le stress post-traumatique, sauf en cas de traumatisme physique évident - ce qui, selon les chercheurs, pourrait permettre à des adolescents ayant besoin de soins de santé mentale d’échapper à la trappe.

Des études antérieures avaient suggéré que les urgences dépistaient des troubles psychiatriques chez les adolescents et les adolescents, bien que des chercheurs aient affirmé qu'il manquait de connaissances sur la manière dont l'ESPT se manifestait chez les adolescents en raison de l'intimidation, de la violence et de l'exposition à l'alcool et à la drogue dans leurs quartiers.

Un groupe de pédiatres, l’Association américaine de pédiatrie, émis une recommandation en janvier, tous les ans, tous les enfants soient dépistés pour la dépression à partir de l’âge 11, du moins en partie à cause de l’augmentation du nombre de suicides chez les adolescents ces dernières années.

La recommandation s'inscrit dans la nouvelle étude, qui a révélé que peu d'adolescents ayant signalé des symptômes d'ESPT avaient reçu un quelconque traitement de santé mentale au cours de l'année précédente.

«La littérature existante sur le stress post-traumatique chez les adolescents en situation d'urgence décrit son évolution après un assaut aigu ou un accident de voiture», a déclaré la Dre Megan Ranney, chercheuse à l'Hôpital Hasbro Children's Hospital et professeur à l'Université Brown,communiqué de presse. "Mais cette étude souligne la nécessité d'améliorer les efforts en vue d'une évaluation plus normalisée de la santé mentale, voire même du dépistage de l'ESPT, quelle que soit la raison de la visite d'un adolescent au service des urgences."

Pour l'étude, publié dans Psychiatry Hospital Général, des chercheurs ont interrogé des adolescents 353 âgés de 13 et 17 cherchant des soins aux urgences entre août 2013 et March 2014 en utilisant des mesures d'auto-évaluation validées pour suivre les symptômes de santé mentale, l'exposition à la violence et les comportements à risque.

Parmi les adolescents, 46.5 a signalé avoir été victime de violence physique par des pairs, 46.7, avoir signalé avoir été victime de cyberintimidation et 58.9, avoir signalé avoir été exposée à la violence dans la communauté. Selon les chercheurs, bon nombre des expositions, réactions et symptômes décrits par les adolescents au cours des enquêtes correspondaient au SSPT.

Près du quart des adolescents (pourcentage 23.2) ont signalé des symptômes d’ESPT, le pourcentage 13.9 présentant des symptômes dépressifs modérés ou supérieurs et le pourcentage 11.3 envisageant de se suicider au cours de l’année précédente.

Les chercheurs ont déclaré que l'étude mettait en lumière un nombre beaucoup plus important d'adolescents souffrant d'ESPT qui ne sont ni diagnostiqués ni traités, ce qui augmente le risque d'impact négatif à long terme sur la qualité de vie, entre autres effets.

«Ces résultats devraient rappeler aux parents, aux écoles et aux médecins que ces problèmes sont répandus dans notre communauté», a déclaré Ranney. "Cette étude souligne également que les adolescents ayant des antécédents de cyberintimidation ou de violence entre pairs sont plus susceptibles de souffrir du SSPT, une maladie qui peut être traitée avec précision si elle est correctement identifiée et traitée."

 

 

Les commentaires sont fermés.