Normalisation européenne du numéro «Appel d'arrêt cardiaque» à l'hôpital 2222

Le Conseil européen de réanimation, le Comité européen d'anesthésiologie et la Société européenne d'anesthésiologie ont publié aujourd'hui une déclaration commune invitant les hôpitaux européens à utiliser le même numéro de téléphone interne (2222) pour appeler de l'aide lorsqu'un de leurs patients est en arrêt cardiaque.

Une enquête récente a montré que 76 (% des pays européens) utilisent un téléphone pour appeler l’équipe de réanimation, mais qu’au moins différents numéros 105 sont utilisés, allant de 19 à 25445. Le nombre le plus commun qui a été utilisé est 2222. Une étude réalisée au Danemark a montré que les hôpitaux 74 utilisaient des numéros différents 41 et que X% des membres du personnel ne se souvenaient plus du numéro à appeler dans leur propre hôpital.

Si le personnel infirmier et médical ne connaît pas instinctivement le numéro d'urgence, cela retarde l'arrivée des équipes de réanimation. Une mauvaise communication impliquant le numéro d'arrêt cardiaque s'est produite dans presque 1 lors d'incidents de sécurité des patients 10 lors d'arrêts cardiaques.

Le professeur Maaret Castren de Helsinki, président du Conseil européen de réanimation, a déclaré: "la normalisation du numéro d'appel européen en cas d'arrêt cardiaque est une question importante pour la sécurité des patients.
parce que de plus en plus de personnel infirmier et médical se déplace d’un hôpital à l’autre en Europe. La grande variété de chiffres peut entraîner des retards dans la convocation de l’assistance ».

Le Dr Carmel Abela de Malte, président du Conseil européen d'anesthésiologie (ABE), a commenté: «Certains pays européens qui ont déjà changé le numéro de leur hôpital en 2222 ont estimé que cette mesure était rapide, peu coûteuse et efficace. Actuellement, dans les hôpitaux européens, il n’existe pas de numéro de téléphone d’urgence standard pour les arrêts cardiaques, contrairement au numéro de téléphone d’urgence standard 112 utilisé dans toute l’Europe en dehors des hôpitaux. ”

Le Dr Zeev Goldik (Israël), président de la Société européenne d’anesthésiologie (ESA), a déclaré: «En raison de la diversité des chiffres actuellement utilisés, cela suggère que le choix
probablement fait dans les hôpitaux localement. Par conséquent, il devrait également être possible aux hôpitaux locaux de prendre une nouvelle décision, tout en veillant à la sécurité des patients, de normaliser leur propre numéro avec 2222. Les hôpitaux qui le souhaitent peuvent trouver utiles les directives d'action de la National Patient Safety Agency et du NSS Health Facilities Scotland 5. »

Tous ces groupes professionnels s’emploient maintenant à normaliser le numéro de téléphone utilisé pour appeler les équipes de réanimation de tous les hôpitaux d’Europe. Martin Bromiley, Président du Groupe des facteurs humains cliniques (CHFG) a déclaré: «La normalisation s’est révélée être un mécanisme efficace pour réduire les erreurs humaines dans des processus ou des situations complexes. La CHFG soutient pleinement cette initiative en faveur de la sécurité des patients et encourage tous les hôpitaux européens à normaliser leur numéro de téléphone «Appel d'arrêt cardiaque» à 2222. »

On espère que ce changement évitera la confusion qui peut survenir lorsque les membres du personnel passent d'un hôpital à un autre dans leur propre pays et, de plus en plus, dans toute l'Europe. Il devrait également veiller à ce que tous les professionnels de la santé sachent clairement quel est le numéro d '"appel d'arrêt cardiaque", quel que soit leur lieu de travail en Europe, augmentant ainsi la sécurité des patients. Le Conseil européen de réanimation et le Bureau européen d’anesthésiologie ont publié la recommandation suivante sur la sécurité des patients, conseillant la normalisation dans toute l’Europe du numéro 2222.

Les commentaires sont fermés.