Inflammations du cœur : myocardite, endocardite infectieuse et péricardite

Parlons de l'inflammation du cœur : le cœur, le noyau du système circulatoire, commence à battre environ 16 jours après la conception, et à partir de ce moment son mouvement continu de contraction et de relâchement nous accompagne pour le reste de notre vie

Il reçoit le sang veineux de la périphérie, l'introduit dans la circulation pulmonaire pour l'oxygéner, puis pompe le sang riche en oxygène dans l'aorte et les artères pour le transporter vers les organes et les tissus du corps.

Chaque minute, le cœur bat en moyenne 60 à 100 fois et peut transporter jusqu'à 5 à 6 litres de sang.

Anatomie du coeur

Le cœur, situé dans la poitrine entre les deux poumons, a à peu près la taille d'un poing fermé et pèse environ 200 à 300 grammes.

Sa structure se compose de trois couches :

  • Péricarde : c'est la fine membrane superficielle qui le recouvre extérieurement et qui enveloppe également les gros vaisseaux sanguins entrants et sortants ;
  • Myocarde : le tissu musculaire qui constitue les parois du cœur ;
  • Endocarde : est le revêtement mince des parois internes des cavités cardiaques et des valves.

Le cœur a quatre chambres distinctes, deux oreillettes (droite et gauche) et deux ventricules (droit et gauche).

Séparant les deux oreillettes et les deux ventricules sont respectivement le septum inter-auriculaire et interventriculaire.

L'oreillette droite et son ventricule correspondant sont chargés de recevoir le sang veineux pauvre en oxygène et riche en dioxyde de carbone et de le pomper dans les poumons, tandis que l'oreillette et le ventricule gauches sont chargés de pomper le sang oxygéné d'abord dans l'aorte, puis dans les artères, prêt à être distribué dans tout le corps.

Quatre valves sont chargées de réguler le flux sanguin dans le cœur :

  • tricuspide : entre l'oreillette et le ventricule droit
  • valve mitrale : entre l'oreillette et le ventricule gauche
  • pulmonaire : entre le ventricule droit et l'artère pulmonaire
  • aortique : entre le ventricule gauche et l'aorte

Les valves s'ouvrent et se ferment en fonction des changements de pression artérielle produits par la relaxation et la contraction du myocarde et empêchent le sang de refluer dans la mauvaise direction.

Inflammations du cœur

La myocardite, la péricardite et l'endocardite sont les inflammations ou infections qui peuvent affecter respectivement le myocarde, le péricarde et l'endocarde.

Inflammations du cœur : myocardite

Qu'est-ce que la myocardite ?

La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque. Elle survient principalement à la suite d'infections virales, mais également à la suite d'une exposition à des médicaments ou à d'autres substances toxiques (par exemple certains agents chimiothérapeutiques) ou en raison de maladies auto-immunes.

La myocardite peut se présenter de façon très variable et, de même, avoir des évolutions très différentes : une guérison complète est possible ou, parfois, la fonction cardiaque peut être compromise.

Dans les formes associées aux infections virales, la myocardite est provoquée par deux mécanismes possibles : l'action directe de l'agent infectieux, qui endommage et détruit les cellules musculaires, mais aussi l'intervention des cellules immunitaires.

La myocardite peut être associée à la péricardite si l'inflammation implique également le péricarde.

Inflammations du cœur : quelles sont les causes de la myocardite ?

Les principales conditions à partir desquelles la myocardite peut se développer sont:

  • Infections virales (telles que Coxsackievirus, Cytomégalovirus, virus de l'hépatite C, virus de l'herpès, VIH, adénovirus, parvovirus…) qui endommagent les cellules du myocarde soit par un mécanisme direct, soit par activation du système immunitaire.
  • Plus rarement des infections bactériennes, fongiques et protozoaires.
  • Exposition à des médicaments et substances toxiques : celles-ci peuvent provoquer des dommages directs aux cellules du myocarde (ex : cocaïne et amphétamines) ou des réactions allergiques et une activation du système immunitaire (médicaments dont certains médicaments chimiothérapeutiques, antibiotiques ou antipsychotiques).
  • Maladies auto-immunes et inflammatoires (p. ex. lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie, sarcoïdose).

Quels sont les symptômes de la myocardite ?

Les manifestations de la myocardite peuvent être très diverses. Le symptôme le plus fréquent est une douleur thoracique, semblable à celle d'une crise cardiaque.

D'autres symptômes fréquents sont l'essoufflement, la fièvre, l'évanouissement et la perte de conscience.

Des symptômes pseudo-grippaux, des maux de gorge et d'autres infections des voies respiratoires ou des troubles gastro-intestinaux peuvent être survenus au cours des jours et des semaines précédents.

Dans les formes compliquées, il peut y avoir des arythmies malignes et des signes et symptômes de dysfonctionnement cardiaque sévère.

Diagnostic de la myocardite : quels tests pour cette inflammation cardiaque ?

Lorsque les antécédents et les symptômes suggèrent une éventuelle myocardite, les tests qui permettent le diagnostic sont :

  • Électrocardiogramme (ECG);
  • Analyses sanguines, en particulier enzymes cardiaques et marqueurs inflammatoires ;
  • Échocardiogramme : permet d'évaluer la fonction contractile du cœur ;
  • Chez les patients stables, l'examen qui permet un diagnostic non invasif de myocardite est l'imagerie par résonance magnétique cardiaque : en plus d'évaluer la fonction contractile du cœur, elle permet de visualiser les zones d'inflammation du myocarde et la présence d'éventuelles cicatrices ; il est également utile dans les mois suivants d'évaluer la récupération et l'évolution de la myocardite ;
  • Chez les patients instables, avec des formes compliquées, ou si des causes spécifiques sont suspectées, une biopsie endomyocardique, un prélèvement d'une petite partie du muscle cardiaque pour analyse en laboratoire, peut être indiqué.
  • Chez certains patients, une coronarographie ou une angio-TDM des artères coronaires peuvent être nécessaires pour exclure une coronaropathie significative.

Inflammations du cœur : comment se traite la myocardite ?

L'hospitalisation pour la surveillance initiale et l'administration du traitement est généralement indiquée.

Dans la plupart des cas, le traitement est un traitement standard de l'insuffisance cardiaque.

Dans les formes compliquées, l'admission en soins intensifs est nécessaire et, en plus du traitement médicamenteux, des systèmes mécaniques peuvent être nécessaires pour soutenir le système circulatoire ou traiter les arythmies.

Si une cause spécifique est trouvée, un traitement ciblé ou un traitement immunosuppresseur peut être indiqué.

Il est conseillé aux patients souffrant de myocardite de s'abstenir d'activité physique pendant au moins 3 à 6 mois, et dans tous les cas jusqu'à la normalisation des investigations et analyses sanguines ultérieures.

Peut-on prévenir la myocardite ?

Malheureusement, il n'y a pas de réelles mesures qui peuvent être prises pour prévenir l'apparition de la myocardite.

Inflammations du cœur : péricardite

Qu'est-ce que la péricardite?

La péricardite est une inflammation affectant le péricarde, la membrane qui tapisse le cœur et l'origine des gros vaisseaux.

Le péricarde est constitué de deux feuillets entre lesquels se trouve une fine couche de liquide, le liquide péricardique.

L'inflammation peut ou non entraîner une augmentation du liquide entre les deux membranes (on parle dans ce cas d'épanchement péricardique).

Si l'épanchement péricardique est abondant et que sa formation est brutale, il peut gêner le remplissage des cavités cardiaques.

C'est ce qu'on appelle la tamponnade cardiaque, une condition qui nécessite une intervention rapide pour drainer l'excès de liquide péricardique.

Dans de rares cas, à la suite d'une inflammation, le péricarde s'épaissit et se raidit, entraînant une péricardite constrictive, qui empêche une bonne expansion du cœur.

Il ne s'agit pas d'une situation d'urgence dans ce cas, mais nécessite tout de même une évaluation rapide par un spécialiste.

Après un premier épisode de péricardite aiguë, dans certains cas, il est possible qu'un deuxième épisode, ou rechute, survienne, très similaire au premier.

Quelles sont les causes de la péricardite ?

Il peut y avoir plusieurs facteurs déclenchants derrière la péricardite :

  • Causes infectieuses : virus (fréquents) ; les bactéries (principalement les mycobactéries de la tuberculose, les autres agents bactériens sont rares) ; rarement des champignons et autres agents pathogènes.
  • Causes non infectieuses : tumeurs, insuffisance rénale avancée ou maladies auto-immunes (par exemple, lupus érythémateux disséminé, etc.) ; médicaments (y compris antibiotiques et antinéoplasiques); radiothérapie; traumatisme ou blessure (également liés à des procédures diagnostiques ou thérapeutiques impliquant le péricarde.

Quels sont les symptômes de la péricardite ?

Le symptôme le plus caractéristique de la péricardite est la douleur thoracique. C'est une douleur aux caractéristiques absolument particulières : plus intense en décubitus dorsal et soulagée en s'asseyant et en s'inclinant vers l'avant ; elle varie avec la respiration et la toux.

D'autres symptômes peuvent être liés à ceux de la cause sous-jacente.

Diagnostic de la péricardite : quels tests faire ?

Les tests suivants sont nécessaires pour poser un diagnostic de péricardite :

  • Électrocardiogramme (ECG) : des modifications de l'activité électrique cardiaque sont présentes dans plus de la moitié des cas de péricardite
  • Une radiographie pulmonaire
  • Analyses sanguines : principalement élévation des indices inflammatoires
  • Echocardiographie transthoracique : elle peut suggérer une inflammation du péricarde si elle est plus « réfléchissante » et permet également de détecter et de quantifier la présence d'un épanchement péricardique.

Comment traite-t-on la péricardite?

Si les symptômes suggèrent une cause spécifique, cela doit être étudié et traité de manière appropriée.

Dans tous les autres cas, il n'est pas nécessaire d'en rechercher la cause et un traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), notamment l'acide acétylsalicylique ou l'ibuprofène, est administré pendant plusieurs semaines, la dose étant progressivement réduite.

La colchicine est associée pour réduire le risque de récidive. Les symptômes disparaissent généralement en quelques jours.

Si les AINS sont inefficaces ou contre-indiqués, des corticoïdes sont prescrits. En général, les corticoïdes représentent une seconde ligne de traitement car ils sont associés au risque d'évolution chronique.

Pour les patients nécessitant un traitement à long terme avec des doses élevées de corticoïdes, l'utilisation d'autres thérapies (azathioprine, anakinra et immunoglobulines intraveineuses) peut être envisagée.

Peut-on prévenir la péricardite ?

Comme dans le cas de la myocardite, aucune mesure ne peut être prise pour prévenir la péricardite.

Inflammations du cœur : Endocardite infectieuse

Qu'est-ce que l'endocardite infectieuse?

L'endocardite est une inflammation de l'endocarde.

Nous nous concentrons sur la forme infectieuse, mais rappelons qu'il existe également des endocardites non infectieuses (dues à des maladies ou pathologies inflammatoires ou auto-immunes, telles que des néoplasmes ou des déficits immunitaires, qui favorisent les dépôts thrombotiques).

L'endocardite affecte le plus souvent les valves cardiaques, mais peut également survenir au niveau des shunts ou d'autres communications anormales entre les cavités cardiaques.

Cette pathologie peut altérer la structure et la fonction des valves, ce qui peut conduire à une surcharge hémodynamique des cavités cardiaques.

Il peut également provoquer une embolisation (due au détachement du matériel infecté) et des lésions vasculaires à l'extérieur du cœur.

Quelles sont les causes de l'endocardite infectieuse ?

La lésion caractéristique de l'endocardite infectieuse est la « végétation », c'est-à-dire un dépôt de matière fibrineuse et de plaquettes attachées à l'endocarde, dans lequel les micro-organismes responsables de l'endocardite nichent et se multiplient.

Les micro-organismes qui causent l'endocardite infectieuse sont des bactéries et des champignons qui pénètrent dans la circulation sanguine par la bouche, la peau, l'urine ou les intestins et atteignent le cœur.

Les formes les plus fréquentes d'endocardite infectieuse sont bactériennes.

Les personnes les plus à risque de développer une endocardite infectieuse sont :

  • Patients ayant déjà eu une endocardite infectieuse ;
  • Patients porteurs de valves prothétiques ou d'autres matériaux prothétiques ;
  • Patients atteints de certains types de cardiopathies congénitales ou chez lesquels des altérations non corrigées subsistent.

D'autres caractéristiques qui augmentent le risque de contracter une endocardite sont : d'autres formes de valvulopathie, l'utilisation de drogues par voie intraveineuse ou la présence de cathéters d'hémodialyse ou d'autres accès veineux centraux.

Quels sont les symptômes de l'endocardite infectieuse?

L'infection peut se développer de manière plus soudaine et agressive ou plus progressivement et subtilement.

Les signes et symptômes de l'endocardite sont liés à l'état infectieux systémique et à l'activation du système immunitaire, à la croissance de végétations qui endommagent ou empêchent le bon fonctionnement des valves cardiaques, et enfin au détachement éventuel de fragments de végétation qui atteignent d'autres organes ( embolies septiques).

En général, on peut distinguer

  • symptômes de l'état infectieux : fièvre, céphalées, asthénie, malaise, manque d'appétit et perte de poids, nausées et vomissements, douleurs osseuses et musculaires ;
  • symptômes et signes liés à l'atteinte des structures cardiaques, notamment : difficultés respiratoires, gonflement des chevilles et des jambes, douleur thoracique moins fréquente ; apparition d'un nouveau souffle cardiaque;
  • symptômes et signes résultant d'une embolisation septique ou de phénomènes immunologiques : douleurs abdominales et articulaires, maux de tête, maux de dos, accident vasculaire cérébral et autres modifications neurologiques ; petites hémorragies cutanées, nodules cutanés douloureux, ischémie périphérique et plusieurs autres, aujourd'hui très rares.

Diagnostic de l'endocardite infectieuse : quels tests faire ?

Établir un diagnostic d'endocardite infectieuse peut être un processus difficile et complexe, nécessitant une grande attention clinique et des compétences analytiques de la part des médecins.

Une suspicion diagnostique initiale peut émerger si l'auscultation du cœur d'un patient fiévreux détecte un nouveau souffle.

Un tel souffle est causé par des turbulences dans le flux sanguin, qui peuvent être le résultat d'un dysfonctionnement de la valve.

En cas de suspicion clinique, le médecin peut alors prescrire des investigations complémentaires pour établir le diagnostic.

Des analyses de sang peuvent être prescrites pour détecter des modifications compatibles avec une endocardite, notamment :

  • les bactéries ou autres micro-organismes sont recherchés dans le sang, à l'aide d'hémocultures ;
  • une augmentation des indices inflammatoires.

Pour le diagnostic de l'endocardite, l'échocardiogramme joue un rôle fondamental.

Il s'agit d'un examen qui utilise les ultrasons pour examiner les cavités cardiaques et les valves, et permet surtout une visualisation directe des végétations endocardiques.

Initialement, une échocardiographie transthoracique est réalisée.

Par la suite, une échocardiographie transœsophagienne peut également être demandée.

Dans ce cas, la sonde échographique est introduite de la bouche dans l'œsophage, permettant une meilleure visualisation des structures cardiaques.

Cela permet d'évaluer les éléments suivants

  • Lésions valvulaires possibles ;
  • Caractéristiques des végétations (taille et morphologie) et le risque d'embolisation qui en découle ;
  • Complications possibles, telles que la formation d'anévrismes, de faux-anévrismes, de fistules ou d'abcès.

D'autres tests qui peuvent être prescrits comprennent:

  • électrocardiogramme (ECG);
  • radiographie pulmonaire;
  • CT scan avec ou sans produit de contraste, PET scan, résonance magnétique nucléaire ; ceux-ci sont utiles pour améliorer le tableau diagnostique, car ils permettent la détection de toute localisation septique extracardiaque, ou de complications cardiaques et vasculaires ; La TEP peut également jouer un rôle fondamental dans le diagnostic de l'endocardite en présence de prothèses valvulaires, de stimulateurs cardiaques et de défibrillateurs.

Comment traite-t-on l'endocardite infectieuse?

Le traitement de l'endocardite infectieuse est extrêmement complexe et nécessite une expertise approfondie, c'est pourquoi il doit s'appuyer sur une approche multidisciplinaire, avec une équipe de différents spécialistes travaillant ensemble pour concevoir le traitement le plus approprié.

Le traitement, qui dure plusieurs semaines, consiste en une antibiothérapie ciblée pour lutter contre l'agent infectieux isolé des hémocultures.

En cas d'hémocultures négatives, une antibiothérapie empirique est réalisée, c'est-à-dire en utilisant un antibiotique à large spectre d'action ou agissant contre l'agent infectieux présumé.

En présence de signes d'insuffisance cardiaque, de végétations à haut risque embolique ou en cas de contrôle insuffisant de l'état infectieux, on a recours à la chirurgie : la chirurgie vise à remplacer les valves et à réparer les dommages causés par d'éventuelles complications.

Peut-on prévenir l'endocardite infectieuse ?

Les principales mesures préventives visent à minimiser, voire à éviter, la bactériémie et la localisation ultérieure de bactéries dans l'endothélium, en particulier pour les catégories de patients à risque élevé et intermédiaire décrites ci-dessus.

Ils comprennent:

Une attention particulière à l'hygiène bucco-dentaire, avec des visites dentaires régulières;

  • Traitement antibiotique de toute infection bactérienne, toujours sous contrôle médical et en évitant l'automédication, pouvant favoriser l'émergence de résistances bactériennes sans éradiquer l'infection ;
  • Une attention particulière à l'hygiène de la peau et à la désinfection complète des plaies ;
  • évitez les piercings et les tatouages.

L'antibioprophylaxie de l'endocardite n'est recommandée que chez les catégories de patients à haut risque, avant d'effectuer des interventions dentaires nécessitant une manipulation du tissu gingival ou une perforation de la muqueuse buccale.

Lire aussi:

Étude dans l'European Heart Journal : des drones plus rapides que des ambulances pour livrer des défibrillateurs

Arythmies, quand le cœur « bégaie » : extrasystoles

La source:

Humanitas

Vous pourriez aussi aimer