Pousser pour améliorer la recherche des personnes disparues à la réunion de la mer Morte

Le projet relatif aux personnes disparues du CICR pousse à renforcer les activités relatives aux personnes disparues.

Amman, Jordanie (CICR) - Une réunion de deux jours pour débattre des moyens d'améliorer la recherche des personnes disparues, y compris des victimes de disparition forcée, a débuté aujourd'hui à la Mer Morte en Jordanie avec la participation de plus de spécialistes de 50 et de représentants de victimes du monde entier. La réunion, qui aura lieu le 3 et le 4 de septembre, est organisée conjointement par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'organisation bernoise Swisspeace.

Améliorer la recherche des personnes manquantes dans les états 69

«Grâce à notre longue expérience, nous savons à quel point les familles ont besoin de savoir ce qu'il est advenu de leurs proches», a déclaré Caroline Douilliez, responsable du projet Personnes disparues du CICR. «Cette réunion intervient à un moment opportun, compte tenu de l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies en juin de la résolution 2474 sur les personnes disparues dans les conflits armés, co-parrainée par les États 69. Ensemble, nous pouvons travailler à améliorer la recherche des personnes disparues en partageant les meilleures pratiques et en élaborant de meilleures directives et recommandations techniques. »En avril, le Comité des disparitions forcées des Nations Unies a adopté les Principes directeurs pour la recherche des personnes disparues, une étape essentielle dans ces domaines. efforts. Les participants discuteront de la manière dont ces principes peuvent aider à orienter la recherche de personnes disparues pour des raisons autres que la disparition forcée, et de la meilleure manière de mettre en exergue les points clés - tels que la nécessité d'impliquer les familles ou l'importance de démarrer immédiatement la recherche - entraine toi.

Les procédures SAR et bureaucratiques sont différentes, pas les objectifs

«Les principes directeurs représentent une étape importante dans la clarification des obligations en matière de recherche des personnes disparues de force. Déterminer comment les principes peuvent être mis en œuvre et identifier les meilleures pratiques sera essentiel pour améliorer les procédures de recherche dans différents contextes », a déclaré Lisa Ott, responsable du programme Dealing with the Past de Swisspeace.

"Au Moyen-Orient, le nombre croissant de personnes disparues est le résultat non seulement des conflits plus récents en Syrie et au Yémen, mais également des cas non résolus de conflits antérieurs, tels que ceux en Irak, en Iran, au Koweït et au Liban", a déclaré Jürg Montani, chef de la délégation du CICR en Jordanie. «Et leurs familles souffrent terriblement. Moins d'une semaine après la Journée internationale des personnes disparues, la réunion en Jordanie est un rappel que nous ne devons ménager aucun effort pour faire avancer ce dossier dans l'intérêt de tous. "

Innover dans la collecte et le partage d'informations sur les personnes disparues

Le projet du CICR sur les personnes disparues est une initiative de quatre ans visant à créer une communauté de pratique mondiale et à mettre en commun des normes techniques afin de mieux lutter contre le problème des personnes disparues et de soutenir leurs familles. La réunion en Jordanie fait suite aux ateliers organisés à Antigua (Guatemala) en mai et à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) en juillet. Les ateliers ont été consacrés respectivement à la collecte et au partage d'informations sur les migrants disparus et au soutien des familles des disparus. Swisspeace est un institut de recherche sur la paix axé sur la pratique. Avec un consortium d'organisations de la société civile financées par l'Union européenne, le programme Dealing with the Past aide le Comité des Nations Unies sur les disparitions forcées à mieux faire connaître ses principes directeurs et à lancer des discussions sur la manière de les mettre en pratique.