PacWave 16, le premier exercice d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique avec un nouveau service de prévision

31D0fAyITi1ROOYVu9gGG5H5Un tsunami majeur en provenance de diverses zones de l'océan va toucher les pays 16. Mais ce n’est qu’un exercice d’avertissement, nommé PacWave 16, une série d'exercices multiples qui fonctionnent avec une complémentarité de scénarios d'un pays à l'autre. Participants (Brunei Darussalam, Cambodge, Chine, États fédérés de Micronésie, France (Polynésie française), Indonésie, Malaisie, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, République de Corée (Sud), Fédération de Russie, Singapour, Îles Salomon, Thaïlande, et Vietnam) ont choisi un diaster soit, un événement source qui aura le plus grand impact sur leur pays. Les Forces de protection civiles locales traiteront les informations et mettront en œuvre la menace pour leur nation et prendront les mesures qu'elles jugeront appropriées.

Cela permettra non seulement aux pays de mieux se préparer et de sensibiliser davantage les populations, en particulier les communautés à risque, qui doivent être préparés au prochain tsunami, mais aussi de mieux évaluer l'efficacité du système d'alerte et d'atténuation des tsunamis dans l'océan Pacifique. , établie sous les auspices de Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO.

Afin de fournir des services rapides, les alertes (alertes et surveillances) reposent principalement sur des données sismiques et la détermination rapide de l'hypocentre et de la magnitude d'un séisme, suivies de la surveillance des indicateurs de niveau de la mer côtière pour confirmer un tsunami et sa gravité. Au cours des dernières années 5-10, toutefois, la disponibilité des données sismiques et du niveau de la mer, les méthodes d'analyse et les communications se sont considérablement améliorées. De plus, des modèles numériques plus performants et plus rapides sont désormais en mesure de fournir des prévisions beaucoup plus précises des impacts des tsunamis le long des différentes côtes.

Laura Kong, UNESCO IOC Director
Laura Kong, directrice du CIO de l'UNESCO

PacWave 16 testera les nouveaux produits améliorés NWPTAC, qui consistent en un message texte initial préparé à partir d’informations pré-établies dans la base de données sur les tsunamis. Il est suivi de messages texte accompagnés de produits graphiques basés sur des techniques de simulation en temps réel. PacWave16 et un exercice similaire sous 2017 sont des phases expérimentales d’une transition complète vers les nouveaux produits de 2018.

Le PTWS a été établi à 1965 par la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO à la suite du tsunami meurtrier qui a frappé les côtes chilienne et japonaise au 1960. Le système d'alerte a pour but de faciliter la diffusion rapide des alertes dans la région et de renforcer la capacité des pays à réagir aux tsunamis et à les atténuer localement. Des exercices de simulation ont été réalisés sur 2006, 2008, 2011, 2013 et 2015.

Près de 75% des tsunamis meurtriers se produisent dans l’océan Pacifique et des mers connexes. Les tsunamis locaux se produisent dans le Pacifique tous les deux ans en moyenne. Des événements majeurs affectant l’ensemble de l’océan Pacifique se produisent plusieurs fois par siècle. Au cours des six dernières années, quatre tsunamis dévastateurs ont frappé la région: 2009 aux Samoa et aux Tonga, 2010 au Chili, 2011 au Japon et 2013 aux Îles Salomon.

 

Les commentaires sont fermés.