Quels sont les symptômes de la maladie cœliaque chez les adultes et les enfants ?

La maladie coeliaque est une maladie courante, mais qui se manifeste par des symptômes pas toujours faciles à repérer. De nombreuses personnes souffrent de cette maladie, et dans de nombreux cas sans le savoir. Mais comment le détecter ? Quels sont les symptômes de la maladie cœliaque chez les adultes et les enfants ?

Quelle est la condition cœliaque ?

La maladie coeliaque est une maladie auto-immune caractérisée par une réponse inflammatoire qui affecte certains individus génétiquement prédisposés lorsqu'ils consomment le complexe protéique du gluten, contenu dans certaines céréales ou des éléments contaminés par celles-ci.

Le gluten, et notamment une substance qu'il contient, la gliadine, active le système immunitaire qui agit en produisant des anticorps et en s'attaquant par erreur à la muqueuse de l'intestin.

Cela conduit à une inflammation et à des lésions de la muqueuse intestinale, qui varient d'un individu à l'autre, y compris l'atrophie (c'est-à-dire la réduction) des «vili», les excroissances en forme de doigts nécessaires à l'absorption des nutriments contenus dans les aliments.

Leur atrophie entraîne des carences en nutriments et une malabsorption.

A quel âge la maladie cœliaque se manifeste-t-elle ?

La maladie coeliaque ne se développe pas toujours chez les individus génétiquement prédisposés.

Cependant, lorsque la maladie survient, elle peut survenir à tout âge, en raison d'une combinaison de facteurs, dont certains n'ont pas encore été identifiés.

Maladie cœliaque : les causes

Les causes de la maladie cœliaque, comme indiqué, ne sont pas entièrement connues, mais on pense qu'il s'agit d'un mélange de facteurs, notamment

  • prédisposition génétique et familiarité, notamment au premier degré de parenté (parents, enfants, frères et sœurs) car certaines variations des gènes impliqués dans le développement de la maladie peuvent être transmises à leurs descendants ;
  • facteurs environnementaux tels que les infections du système digestif (rotavirus, etc.);
  • les maladies auto-immunes telles que le diabète, les troubles thyroïdiens, etc. : selon les données de l'ISS, celles-ci peuvent augmenter jusqu'à 10 fois le risque de développer la maladie coeliaque par rapport à la population générale.

Symptômes de la maladie coeliaque

Les symptômes de la maladie coeliaque varient considérablement en fonction de la gravité de la maladie et, dans certains cas, il peut même n'y avoir aucune manifestation clinique.

Le premier symptôme, considéré comme le plus courant de la forme typique de la maladie, est la diarrhée, causée par l'incapacité du corps enflammé à absorber complètement les nutriments.

Symptômes de la maladie cœliaque chez l'adulte

Outre la diarrhée, les autres symptômes caractéristiques de la maladie cœliaque détectables chez l'adulte sont principalement

  • ballonnements abdominaux
  • météorisme
  • perte de poids;
  • déshydratation.

Symptômes de la maladie coeliaque chez les enfants

En ce qui concerne les enfants, la maladie cœliaque (qui, si des manifestations cliniques sont présentes, peut présenter les mêmes symptômes que les adultes) et la malabsorption des nutriments peuvent altérer la courbe de développement de l'enfant avec des conséquences qui sont parfois elles-mêmes des signes révélateurs de la maladie, comme:

  • croissance et développement pubertaire plus lents;
  • petite taille;
  • insuffisance pondérale;
  • développement incomplet ou réduction de l'émail dentaire (hypoplasie);
  • le rachitisme, c'est-à-dire une minéralisation réduite des os, les rendant plus fragiles et donc plus susceptibles aux déformations et aux fractures ;
  • léthargie, c'est-à-dire une sensation de somnolence constante, de manque d'énergie et d'épuisement profond.

Symptômes atypiques de la maladie coeliaque

La maladie coeliaque se présente cependant de plus en plus sous des formes atypiques, avec des plaintes purement extra-intestinales qui la rendent difficile à identifier, comme par exemple

  • fatigue intense et persistante (asthénie) ;
  • difficulté à se concentrer
  • anémie;
  • perte de cheveux constante et généralisée (alopécie);
  • ulcères récurrents et aphtes buccaux;
  • douleurs abdominales fréquentes;
  • épisodes répétés de vomissements ;
  • mal de tête;
  • dysfonctionnement du cycle menstruel, infertilité ou fausse couche ;
  • sensation d'engourdissement et de fourmillement dans les membres périphériques (mains et pieds) avec ataxie, c'est-à-dire une perte progressive de la capacité de coordination des muscles et de leur activité.

Maladie cœliaque et symptômes cutanés : dermatite herpétiforme

Chez certaines personnes, au lieu de l'inflammation intestinale classique, la maladie coeliaque peut entraîner ce que l'on appelle communément la «maladie coeliaque cutanée», dont le nom scientifique est la dermatite herpétiforme de Duhring ou la dermatite polymorphe douloureuse de Brocq.

La dermatite herpétiforme se caractérise par des cloques qui démangent qui se développent fréquemment sur les coudes et les genoux, mais peuvent également apparaître sur n'importe quelle zone de la peau comme les aisselles, le cuir chevelu, etc.

Autres formes de la maladie coeliaque

Pour compléter le tableau de la maladie cœliaque en tant que maladie assez complexe, outre les formes à symptômes typiques et celles à symptômes atypiques, il en existe d'autres :

  • maladie cœliaque silencieuse : la maladie est présente, c'est-à-dire que les villosités intestinales sont atrophiées, mais aucun symptôme ne se manifeste. Dans ce cas, compte tenu d'une prédisposition des parents au premier degré de cœliaques à développer la maladie d'environ 15% de plus que la population générale, s'il existe des cas de cœliaques dans une relation étroite, il serait conseillé d'effectuer des tests de diagnostic.
  • état coeliaque latent : le patient a un diagnostic positif pour la maladie, mais présente une muqueuse intestinale normale, sans atrophie des villosités, avec des altérations qui auront tendance à se développer au fil des ans.
  • État coeliaque potentiel : chez les personnes qui ont une prédisposition génétique, et donc qui ont un risque de développer la maladie avec une atrophie conséquente des villosités et une malabsorption, mais qui sont toujours négatives dans les tests de diagnostic effectués et qui ont une muqueuse intestinale normale.

Maladie cœliaque et prise de poids

La maladie coeliaque est également souvent considérée comme étant liée à la prise de poids, mais aucune corrélation n'a été prouvée.

Le métabolisme peut être ralenti par une maladie thyroïdienne, qui peut être la cause de la maladie cœliaque, et en même temps, il peut être possible de prendre du poids après que la maladie cœliaque a été détectée et la cause de la malabsorption éliminée.

Sensibilité au gluten et maladie coeliaque

Les symptômes typiques et atypiques de la maladie coeliaque, mentionnés ci-dessus, peuvent également survenir chez les personnes ayant un diagnostic négatif de la maladie et une muqueuse intestinale normale.

On parle ici d'une simple sensibilité au gluten, c'est-à-dire d'une intolérance qui, comme la maladie cœliaque, varie en intensité d'un individu à l'autre, mais qui, contrairement à la maladie cœliaque qui dure toute la vie, peut disparaître complètement après l'arrêt du gluten pendant 1 -2 ans.

Le système immunitaire des personnes sensibles au gluten réagit quelques heures après avoir mangé du gluten, ce qui est perçu comme une menace, alors que dans la maladie coeliaque, la réaction et les dommages peuvent survenir après une période d'accumulation de plusieurs mois, voire plusieurs années.

La sensibilité au gluten est environ 6 fois plus fréquente que la maladie cœliaque, mais à ce jour, aucun test ne permet de la détecter avec précision.

La seule altération immunologique que l'on peut retrouver chez les patients sensibles au gluten est un test sanguin positif pour certains anticorps (AGA de première génération, classe IgG, plus rarement classe IgA), qui sont trouvés positifs chez 40 à 50 % des patients atteints de cette affection. .

Sur le plan génétique, la sensibilité au gluten est positive pour certains marqueurs génétiques (pour HLA-DQ2 et/ou DQ8) dans environ 50 % des cas, contre 99 % des cœliaques et 30 % de la population générale.

Maladie cœliaque, sensibilité au gluten et syndrome du côlon irritable (IBS)

Les personnes souffrant d'hypersensibilité au gluten (Gluten Sensitivity) présentent des symptômes très similaires à ceux du syndrome du côlon irritable (IBS) tels que ballonnements et douleurs abdominales, selles irrégulières, etc.

Ainsi, cette nouvelle entité clinique, Sensibilité au Gluten, pourra également inclure certains patients qui auraient pu être considérés à tort comme souffrant du syndrome du côlon irritable, hypocondriaques ou souffrant de troubles psychologiques et anxio-dépressifs.

En tout cas, il faut aussi souligner que la Sensibilité au Gluten n'est malheureusement pas encore "comprise" par de nombreux spécialistes qui préfèrent "étiqueter" comme souffrant du syndrome du côlon irritable (parfois difficile à contrôler) les personnes qui souffrent en réalité d'une sensibilité au gluten ( plus facile à contrôler).

Maladie cœliaque ou allergie au blé ?

Ce sont des maladies différentes car, contrairement à la maladie coeliaque, une allergie au blé peut être déclenchée non seulement dans la région intestinale mais peut également affecter, par exemple, les voies respiratoires, la peau, ainsi qu'entraîner un choc anaphylactique dans les cas les plus graves.

En cas d'allergie au blé, la consommation de blé seul est à éviter, alors que de nombreuses céréales contiennent du gluten, dont l'avoine, l'orge, le seigle, l'épeautre et le kamut.

Dans tous les cas, pour faciliter un diagnostic différencié, des tests peuvent être réalisés pour détecter l'allergie au blé par la présence ou l'absence de certains anticorps de classe IgE et des tests PRICK.

Complications de la maladie coeliaque

Un diagnostic manqué ou tardif et une consommation prolongée d'aliments contenant du gluten chez les coeliaques peuvent entraîner diverses complications, notamment

  • tumeurs et maladies intestinales : le risque de développer des néoplasmes tels que le carcinome intestinal et le lymphome non hodgking, ou la jéjunalite ulcéreuse, qui se traduit par l'apparition d'ulcères dans la paroi de l'intestin, augmente avec l'âge ;
  • maladies affectant : le système nerveux central et périphérique ; système cardiovasculaire; Système endocrinien; foie; la peau;
  • atrophie de la rate et réduction de la fonction de la rate (hyposplénisme) avec une sensibilité accrue aux infections ;
  • l'intolérance au lactose, qui se résorbe généralement quelques mois après le début du régime sans gluten ;
  • persistance des symptômes : dans moins de 1 % des cas, les symptômes et l'inflammation ne disparaissent pas même après l'élimination du gluten de l'alimentation, avec l'apparition, par exemple, d'une sprue collagène, une inflammation bénigne chronique de l'intestin caractérisée par des diarrhées et des selles liquides .

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie cœliaque est posé au moyen de tests sanguins et d'une biopsie duodénale.

Ces investigations doivent évidemment être réalisées lorsque le patient suit un régime sans gluten.

Des bilans sanguins

Des tests sanguins sont utilisés pour déterminer le niveau de certains anticorps produits par le système immunitaire lorsque le gluten est perçu comme une substance nocive :

  • anti-transglutaminase (de la classe des IgA) ;
  • anti-endomysium (EMA) et anti-gliadine (AGA), remplaçant et/ou complétant les anti-transglutaminases.

Biopsie intestinale

Si la prise de sang est positive, une biopsie duodénale est généralement réalisée lors d'une oesophago-gastro-duodénoscopie pour évaluer l'état des villosités intestinales (qui sont ensuite examinées au microscope pour voir si des signes de la maladie sont présents ou non).

Selon les directives les plus récentes, la biopsie peut être évitée chez les enfants et les adolescents présentant des valeurs élevées d'anticorps (plus de 10 fois la valeur de base) et des symptômes typiques de la maladie.

Le test génétique

Lorsque le dosage des anticorps, la biopsie duodénale et les symptômes ne donnent pas de résultats clairs, un test génétique est réalisé par examen ADN.

Cette procédure détecte si vous êtes prédisposé à la maladie grâce à la présence des gènes HLA-DQ2 et HLA DQ8.

Être positif au test génétique ne signifie pas que vous êtes coeliaque, mais cela signifie que vous êtes plus susceptible de développer la maladie coeliaque que la population générale.

Un test génétique négatif, en revanche, rend hautement improbable que le patient développe la maladie coeliaque.

Une fois le diagnostic de maladie coeliaque confirmé, des contrôles doivent être effectués au fil du temps pour évaluer l'état de l'inflammation, y compris la malabsorption, l'anémie et la santé osseuse.

Traitement de la maladie cœliaque

À ce jour, le seul remède contre la maladie coeliaque est un régime totalement sans gluten, en prenant soin d'éviter non seulement les céréales qui contiennent du gluten, mais également les aliments susceptibles d'en être contaminés ou d'en contenir comme additif.

Le régime sans gluten n'entraîne pas en soi de carences nutritionnelles, mais il est nécessaire de suivre une alimentation équilibrée riche en fruits et légumes, et il peut être conseillé de consulter un nutritionniste afin de la développer.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Les bactéries intestinales d'un bébé peuvent prédire l'obésité future

Pédiatrie / Maladie coeliaque et enfants: quels sont les premiers symptômes et quel traitement faut-il suivre?

Maladie coeliaque : comment la reconnaître et quels aliments éviter

Symptômes de la maladie cœliaque : quand consulter un médecin ?

Maladie cœliaque : symptômes et causes

La source:

GSD

Vous pourriez aussi aimer