Des hommes armés Stanger tuent 2, un hôpital tempête

Durban - Deux hommes ont été tués et deux autres blessés mercredi lorsqu'un groupe d'hommes a ouvert le feu sur un convoi de sécurité passant par Stanger Manor, KwaDukuza, a annoncé la police dans le KwaZulu-Natal.

Selon le responsable de la santé au KwaZulu-Natal, Sibongiseni Dhlomo, les assaillants armés ont ensuite pris d'assaut le service des urgences de l'hôpital provincial Stanger, où les victimes s'étaient rendues coupables, mais sont partis sans tirer.

Le porte-parole de la police, le colonel Jay Naicker, n'a pas pu confirmer cette information. Il a ajouté que le convoi de sécurité avait été pris dans une embuscade à 6.30am par un groupe d'hommes appartenant à 10 et à 15.

«Les agents de sécurité ont riposté et l'un des suspects a été mortellement blessé. Deux agents de sécurité ont été légèrement blessés et ont été conduits à l'hôpital pour y être soignés », a-t-il déclaré.

Un membre du convoi de sécurité est décédé alors qu'il se rendait à l'hôpital.

«Les suspects ont pris la fuite dans leur propre véhicule. La police a retrouvé le véhicule de fuite dans la région de Darnall. "

Naicker a déclaré que la police avait trouvé un homme qui avait été admis à l'hôpital avec des blessures par balle et était persuadée qu'il aurait pu être l'un des tireurs.

«Nous avons appelé des renforts des postes de police environnants dans la région de KwaDukuza pour contribuer à la stabilisation de la région et pour décourager toute nouvelle occurrence de cette nature.»

Dhlomo a condamné cette fusillade et déclaré que celle-ci avait entraîné la fermeture du service des urgences de l'hôpital provincial Stanger.

Son service a déclaré que le conducteur de l'une des voitures sur laquelle on avait tiré était arrivé à l'hôpital autour de 6.45am.

Un des occupants a été déclaré mort à son arrivée, un autre était devenu critique à la suite d'une blessure par balle à la tête et un autre homme avait été légèrement blessé à la jambe.

«Il est allégué qu'environ cinq minutes plus tard, des assaillants munis de fusils d'assaut sont entrés dans les locaux de l'hôpital, à la grande horreur des patients et des travailleurs de la santé.»

Aucun coup de feu n'a été tiré et ils ont quitté l'hôpital. Le service des urgences a été temporairement fermé.

Le département a déclaré que les patients et les visiteurs seraient examinés afin de "confirmer leur bonne foi".

Dans une déclaration, Dhlomo a déclaré que ce qui s'était passé était inacceptable.

Le lieutenant-général Mmamonnye Ngobeni, commissaire de police du KwaZulu-Natal, a déclaré que les Hawks se chargeraient de l'enquête et que le tir serait hautement prioritaire.

Naicker a déclaré que les cas de tentative de meurtre et de meurtre seraient ouverts à des investigations supplémentaires.

"Il est encore trop tôt pour spéculer sur le motif de l'attaque", a-t-il déclaré.

read more

Le Dr Sibongiseni Dhlomo, de la santé au KWAZULU-NATAL-NATAL, a condamné les violences qui ont conduit à la fermeture du service des urgences de l'hôpital provincial Stanger plus tôt dans la journée. Cela fait suite à une fusillade qui a coûté la vie à une personne et à des assaillants armés qui ont pris d'assaut le quartier.

Il est allégué que, vers environ 06h30, des assaillants inconnus, non loin de l'hôpital, ont été tirés d'une voiture à l'autre. Certains des occupants ont été blessés. Cependant, le chauffeur a pu atteindre l'hôpital.

À son arrivée à l’hôpital aux alentours de 06h45, l’un des occupants a été déclaré mort, un autre était critique, blessé par balle à la tête, tandis que le troisième était légèrement blessé à la jambe.

Environ cinq minutes plus tard, des assaillants munis de fusils d'assaut seraient entrés dans les locaux de l'hôpital, à la grande horreur des patients et des travailleurs de la santé.

Cependant, les hommes ont rapidement quitté les lieux et se sont enfuis.
L'incident a entraîné la fermeture temporaire du service des urgences. Tous les patients et visiteurs de l’hôpital font actuellement l’objet d’un dépistage afin de confirmer leur bonne foi.

Le Dr Dhlomo a déclaré: «Ce qui est arrivé ici est totalement inacceptable. Notre province a des antécédents de violence et nous avons travaillé très fort pour que notre peuple vive en paix. C'est encore pire maintenant lorsque les personnes fragiles ne peuvent même pas accéder aux services de santé en raison d'incidents aussi insensés ».

Vous pourriez aussi aimer