Assainissement dans les pays de l'Asie-Pacifique - De nouveaux partenariats aident à résoudre les problèmes urbains

Par Rosemarie North, IFRC

Des innovations associant le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les pouvoirs locaux et le secteur privé pourraient résoudre les problèmes d’assainissement qui menacent la santé des populations urbaines.

Il s'agit d'un sujet discuté par des experts en assainissement 50 de pays 20 de la région Asie-Pacifique qui se sont réunis cette semaine au Népal pour partager des solutions aux problèmes d'assainissement en milieu urbain.

Par exemple, lorsque le personnel de la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh a remarqué que des personnes ne réparaient pas leurs toilettes brisées ou insalubres, le Croissant-Rouge a cherché des solutions auprès du secteur privé.

«Nous avions besoin de trouver des toilettes abordables, largement disponibles et faciles à entretenir», a déclaré le coordinateur du programme de développement communautaire du Croissant-Rouge, Mohammed Keramot Ali. «Notre expertise est dans le développement communautaire, la sensibilisation et l'identification des personnes dans le besoin, pas dans les modèles commerciaux».

Ils se sont tournés vers le spécialiste du développement du marché, l'organisation non gouvernementale iDE.

Selina Chan, déléguée à l'eau et à l'assainissement à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), a déclaré: «Nous nous sommes engagés avec iDE Bangladesh parce que nous avons reconnu que nous n'avions pas les réponses au sein du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Nous devions trouver une organisation capable de relier les entrepreneurs à la communauté, de faire du marketing du dernier kilomètre ».

Raisa Chowdhury, responsable du programme iDE, a déclaré: «Nous avons constaté que des entrepreneurs en assainissement résidaient déjà dans les zones cibles du Croissant-Rouge et les avaient formés à améliorer la qualité de leurs toilettes, à les commercialiser plus efficacement et à offrir un meilleur service après-vente pour que les toilettes continuent à fonctionner. . En plus d'améliorer l'assainissement, les entreprises des entrepreneurs ont eu de meilleurs résultats. ”

La réunion de cinq jours a mis l’accent sur l’assainissement au Népal, où le tremblement de terre de 2015 a largement endommagé les systèmes de toilettes, d’eaux usées et d’égouts, et contraint de nombreuses personnes à quitter leur domicile et à se rendre dans des conditions d’hygiène normales.

«Un assainissement sûr est particulièrement difficile dans les zones urbaines telles que la vallée de Kathmandu, où les contraintes foncières et les densités de population sont plus élevées. De plus, les personnes partageant la même infrastructure pourraient ne pas avoir la même culture, les mêmes convictions et les mêmes pratiques, en particulier après le tremblement de terre », a déclaré Amar Poudel, responsable de l'eau, de l'assainissement et de la santé à la Croix-Rouge du Népal.

«Chaque contexte est différent mais il existe des défis communs en matière d'assainissement urbain, tels que le manque de fonds et la volonté de les résoudre, le dilemme d'assurer un assainissement aux habitants des zones d'installation temporaire sans les inciter à rester en permanence, développant ainsi l'appétit pour prendre des risques nécessaires. d’innovation ou d’adaptation aux effets du changement climatique. Dans toute la région Asie-Pacifique, les collègues de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont une expérience de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas dans l'assainissement urbain. Cet atelier est une occasion pour nous d'apprendre les uns des autres pour avoir plus d'impact.

«L’objectif est que les participants retournent dans leur pays avec des mesures concrètes qu’ils peuvent prendre pour améliorer l’assainissement.»

Le coordinateur de l'eau et de l'assainissement de la FICR Asie-Pacifique, Jay Matta, a déclaré que l'atelier rassemble un «triangle d'or» d'organisations de la société civile (en plus de la Croix-Rouge, également d'Ingénieurs sans frontières, de l'Unicef ​​et d'Oxfam), de représentants du secteur privé, dont la chambre de commerce, et technologie d'assainissement ou équipement entreprises et représentants du gouvernement local.

«Nous voyons des opportunités pour que les trois côtés du triangle se connectent mieux. Il faut que le secteur commercial saisisse l’opportunité de créer des solutions peu coûteuses et de s’intensifier, la société civile de contribuer à créer une demande et de veiller à ce que les personnes les plus marginalisées ne soient pas laissées pour compte, et aux agences gouvernementales de veiller à ce que le cadre réglementaire favorise un assainissement de qualité. ”

La semaine a débuté par un cours de deux jours sur le changement de comportement fondé sur des preuves, organisé par la FICR et dispensé par l'Institut fédéral suisse des sciences aquatiques (EAWAG). Le principal atelier de trois jours sur l’assainissement en milieu urbain, organisé par la Croix-Rouge du Népal, a pour objectif d’améliorer durablement l’assainissement dans les situations d’urgence et dans le cadre du développement. Cela implique une visite en milieu urbain pour comprendre les tensions autour de l'assainissement urbain sous l'angle de la gouvernance, du changement de comportement et de l'engagement du secteur privé. La semaine se termine avec la Croix-Rouge suédoise qui organise une réunion sur le concept de réponse écologique au problème de l'assainissement en milieu urbain. La Croix-Rouge néerlandaise a également financé cette manifestation.

Les commentaires sont fermés.