Roll Back Malaria, une nouvelle collaboration pour améliorer l'accès aux interventions clés contre le paludisme

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM), conjointement avec le Organisation internationale pour les migrations (OIM), a invité les ministres de la santé des Afrique australe, Asie et autres régions d'endémie palustre, ainsi que le secteur privé pour discuter de l'impact de la migration sur la lutte contre le paludisme et son élimination et pour traiter conjointement défi de fournir des services de santé adéquats aux communautés transfrontalières, mobiles et immigrées.

Avec 215 millions de migrants internationaux Dans le monde entier, les gouvernements des pays d'endémie palustre reconnaissent de plus en plus qu'il est important d'adopter des solutions qui reflètent la réalité de la mobilité humaine aujourd'hui. Alors que la communauté mondiale se prépare pour le programme de développement post-2015, les délégués à Victoria Falls discuteront interventions innovantes et durables les migrations et la mobilité humaine seront intégrées aux politiques, stratégies et programmes de santé aux niveaux national, régional et mondial, y compris en matière de lutte contre le paludisme.

Le paludisme reste un problème de santé mondial majeur. Un milliard de personnes estimées à 3.4 risquent de paludisme à l'échelle mondiale. Dans 2012, des millions de cas de 207 ont été signalés dans le monde. X% des décès dus au paludisme ont été enregistrés dans Afrique sub-saharienne. Au cours des quinze dernières années, les pays d'endémie palustre d'Afrique australe et du monde ont considérablement réduit leur charge de paludisme. Alors que le paludisme est maintenant limité aux zones isolées, frontalières et forestières de certains pays, les migrants et les populations mobiles représentent toujours un pourcentage élevé du nombre total de cas de paludisme.

Dans 2007, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) s'est engagée à éliminer le paludisme de la région et divers efforts ont été déployés pour réduire le nombre de décès et de cas de paludisme tels que l'initiative 2009 pour l'élimination du paludisme 8. Bien que la transmission du paludisme dans ces pays ait été réduite de façon spectaculaire, la réintroduction du paludisme de pays à forte transmission dans des pays à faible transmission reste un défi majeur. Le nombre croissant de mouvements internes et transfrontaliers en Afrique australe complique la tâche d'élimination du paludisme de la région.

«Nous sommes ici aujourd'hui pour identifier des moyens efficaces d'étendre les interventions de contrôle du paludisme aux migrants et aux populations mobiles. La lutte contre le paludisme nécessite une collaboration renforcée entre les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé pour assurer l'accès universel aux services de santé aux migrants vulnérables et difficiles à atteindre dans la région de l'Afrique australe », a déclaré le Dr Parirentyatwa, ministre zimbabwéen de la Santé.

«Pour éliminer le paludisme de nos pays et du continent, nous devons non seulement renforcer nos programmes de contrôle du paludisme existants, mais également les mesures de contrôle du paludisme dans les zones isolées et transfrontalières», a ajouté James Macharia, ministre de la Santé du Kenya.

«Les interventions de lutte contre le paludisme sont un bien public dont devraient bénéficier toutes les personnes dans le besoin», a déclaré Fatoumata Nafo-Traoré, directrice exécutive de RBM. "Des services de santé adéquats pour les populations mobiles constituent un investissement dans la santé en Afrique."

«Tous les efforts pour lutter contre le paludisme doivent prendre en compte les flux migratoires, les aspects de vulnérabilité de l'ensemble du processus de migration et l'accès aux soins de santé pour les migrants vulnérables et les populations mobiles. Le paludisme est évitable et traitable. Cependant, la réalité est que le paludisme est une maladie mortelle qui ne connaît ni ne respecte les frontières », a déclaré le Dr Erick Ventura, coordinateur régional de la migration et de la santé de l'OIM pour l'Afrique australe.

Les interventions ciblant le paludisme doivent prendre en compte les comportements de recherche de santé de la population migrante de la région. Les migrants, les réfugiés et les populations mobiles recherchent souvent des traitements auprès de vendeurs privés non réglementés, ce qui accroît leur risque d'exposition à des médicaments de qualité inférieure ou à des monothérapies à base d'artémisinine, ce qui peut être un facteur d'apparition d'une résistance aux médicaments. La région de l'Afrique australe peut tirer des enseignements d'interventions spéciales axées sur les migrants déjà mis en place dans des pays asiatiques tels que le Cambodge, le Myanmar, la Thaïlande et le Viet Nam, dans le cadre de leurs programmes de maîtrise de la résistance à l'artémisinine. Ces mesures comprennent des campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la mise en place de points de dépistage et la fourniture de tests de diagnostic et de services de traitement sur les lieux de travail.

Dans la région de la SADC, une récente initiative de plaidoyer RBM - Course contre le paludisme (RAM) 2 - a appelé à des interventions ciblées contre le paludisme pour les populations de migrants, mobiles et isolées. L'initiative a mis en évidence la nécessité d'un dépistage actif et d'une détection parasitaire, d'une notification et d'une réponse rapide par le biais d'une surveillance basée sur les cas. Il a également appelé les dirigeants politiques à montrer leur engagement et à s'engager davantage dans la mobilisation de fonds nationaux pour la lutte contre le paludisme.

La lutte efficace contre le paludisme et son élimination nécessitent un effort extraordinaire et une action mondiale. Cette réunion de haut niveau devrait déboucher sur une déclaration formelle d'engagement à atteindre les objectifs de lutte contre le paludisme liés aux OMD et à accélérer les progrès en matière d'élimination du paludisme dans les pays de la SADC.

---

Le partenariat Faire reculer le paludisme a été fondé par l’UNICEF, l’OMS, le PNUD et la Banque mondiale sous 1998 en tant que cadre mondial pour coordonner l’action mondiale contre le paludisme. RBM est aujourd'hui un partenariat public-privé mondial composé de plus de 500, offrant une plate-forme neutre pour la recherche d'un consensus, la recherche de solutions aux problèmes de mise en œuvre des interventions et stratégies de contrôle du paludisme, promeut un engagement politique de haut niveau en faveur du maintien du paludisme. au sommet de l'agenda mondial et surveille les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs universels.

À propos de l'OIM

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) est une organisation intergouvernementale dynamique et en pleine croissance, composée d’États membres de 151, attachée au principe selon lequel une migration humaine et ordonnée profite aux migrants et à la société.

Fondée à 1951 et désormais active sur de nombreux sites 440 dans le monde entier, l'OIM collabore avec des partenaires, les gouvernements et la société civile pour aider à relever les défis opérationnels de la migration et de la mobilité, faire progresser la compréhension des problèmes de migration, encourager le développement social et économique par la migration; et défendre la dignité humaine et le bien-être des migrants et des populations mobiles.

L'accès à la santé est l'un des défis auxquels sont confrontés les migrants et les populations mobiles. Les initiatives de l'OIM dans le domaine de la migration et de la santé visent à remédier aux vulnérabilités sanitaires et aux défis auxquels sont confrontés les migrants et les communautés affectées par la migration en répondant à leurs besoins en matière de santé tout au long du processus de migration.

L'organisation internationale de la migration:
Copyright © OIM. Tous les droits sont réservés.

Les commentaires sont fermés.