Covid-19, en Europe plus de 700,000 contagions en une semaine: verrouillage partiel au départ

Nouvelles infections au COVID-19 en Europe: la situation est particulièrement grave en Espagne, en France, au Royaume-Uni, en Belgique et aux Pays-Bas, mais elle s'aggrave également en Allemagne et en Italie.

Plus de 700,000 cas la semaine dernière à travers l'Europe: de plus en plus d'États européens sont confrontés à la deuxième vague d'infections à coronavirus.

La situation est particulièrement grave en Espagne, en France, Royaume-Uni, En Belgique et aux Pays-Bas, mais s’aggrave également en Allemagne et en Italie.

Au Royaume-Uni, 19,724 XNUMX nouveaux cas ont été enregistrés hier, un nouveau record quotidien.

L'Espagne et l'Allemagne ont également établi de nouveaux records, avec respectivement 11,970 5,132 et XNUMX XNUMX cas.

COVID-19 en Europe, le choix est pour les verrouillages partiels

Des verrouillages partiels ont également été imposés aux Pays-Bas et en Catalogne, ainsi qu'en République tchèque et en Irlande du Nord, où les écoles ont également été fermées.

En France, le président Emmanuel Macron a annoncé hier soir que le pays était de retour dans une urgence sanitaire.

Après avoir enregistré 22,591 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, Macron a décidé qu'à Paris et dans huit autres villes métropolitaines, il y aura un couvre-feu de 9 heures à 6 heures, à compter du samedi 17 octobre.

Le couvre-feu sera valable au moins un mois, puis les autorités françaises réfléchiront à l'opportunité de le renouveler jusqu'au 1er décembre.

"Nous n'avons pas perdu le contrôle, mais la situation est préoccupante", a déclaré Macron.

«Nous sommes entrés dans une phase dans laquelle nous devons réagir».

Le président français a alors précisé qu'à l'heure actuelle un nouveau lock-out national serait une mesure «disproportionnée»: «Ce n'est pas facile d'être jeune en 2020», a déclaré Macron justifiant la décision d'imposer un couvre-feu nocturne.

Berlin prend également de nouvelles mesures.

La chancelière Angela Merkel a décidé que pour réduire la contagion dans les zones les plus à risque - où il y a plus de 35 contagions pour 100,000 11 habitants - les bars et restaurants devront fermer à XNUMX heures. «Nous verrons les résultats de nos choix dans dix jours, il faut donc attendre», a expliqué la chancelière allemande.

Lire aussi:

Lire l'article italien

La source:

Agenzia Dire

Les commentaires sont fermés.