Indonésie: Pourquoi il est temps de répondre aux besoins des PDI prolongés du Timor occidental

Source: Centre de surveillance des déplacements internes

Pays: Indonésie

Presque toutes les personnes 31,450 actuellement déplacées par le conflit et la violence en Indonésie ont été contraintes de fuir leur domicile plus de 15 il y a quelques années. La majorité vit au Timor occidental, dans la province de Nusa Tenggara Timur (NTT), et risque d'être oubliée par les autorités nationales et les…

Presque toutes les personnes 31,450 actuellement déplacées par le conflit et la violence en Indonésie ont été contraintes de fuir leur domicile plus de 15 il y a quelques années. La majorité vit au Timor occidental, dans la province de Nusa Tenggara Timur (NTT), et risque d'être oubliée par les autorités nationales et la communauté internationale. Plus grande économie de l'Asie du Sud-Est, l'Indonésie a déployé au fil des ans des efforts considérables pour réinstaller les personnes déplacées à l'intérieur de la province. Entre 1999 et 2013, le gouvernement, assisté de l'ONU et d'organisations non gouvernementales internationales, a aidé certaines personnes déplacées 92,000 dans les camps à s'installer ailleurs dans le NTT, la majorité au Timor occidental. Cependant, on estime aujourd'hui que le nombre de membres de 22,000 continue de vivre dans au moins quatre camps principaux sans accès à la terre, à un logement convenable et à la sécurité d'occupation. Des milliers d'anciens déplacés sont également confrontés à un avenir incertain dans certains sites de réinstallation de 80 dans toute la province, principalement en raison du manque de moyens de subsistance et de l'accès limité aux services de base.

Modèles complexes de déplacement, de retour et d'établissement ailleurs

À la suite du référendum organisé par les Nations unies pour l'indépendance au Timor oriental, 1999 a fui les violences déclenchées par les milices anti-indépendantistes et est entré dans le Timor occidental voisin (ONU, 240,000 March 1). En échange de leur soutien à l’Indonésie, on a promis à de nombreuses personnes déplacées internes d’assurer la sécurité au Timor occidental, dans leurs foyers et de les aider à commencer une nouvelle vie.

Les PDI prolongés du Timor occidental font partie du nombre estimé de personnes 120,000 qui ne sont pas revenues après l'indépendance du Timor-Leste, mais ont choisi de reconstruire leur vie en Indonésie. À l'époque, presque toutes les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays avaient trouvé refuge dans des camps situés dans les régences de Kupang et de Belu, où elles bénéficiaient d'une assistance (HCR, février 2002, p. 2004). Considérés à l'origine comme des personnes déplacées - puisqu'ils avaient simplement traversé les frontières provinciales -, ceux qui sont restés sont devenus des réfugiés après l'indépendance du Timor-Leste. Dans 1, ils ont perdu leur statut de réfugié car le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ne les considérait plus menacés de persécution à leur retour (HCR, 2003 December 30). Le gouvernement a ensuite désigné les personnes déplacées comme warga baru («nouveaux résidents») d'Indonésie. [2002]

Espérant fermer les camps d’ici la fin de 2003, le gouvernement indonésien a offert trois formes d’assistance à ses résidents restants: le rapatriement au Timor-Leste, l’assistance pour s’installer ailleurs dans le NTT via des programmes de réinstallation ou la réinstallation dans le cadre du programme national de transmigrasi les habitants des îles surpeuplées vers les îles moins peuplées (PNUD, 2005, p.45). Plusieurs milliers de «nouveaux résidents» ont choisi de s’installer dans le sud-est de Sulawesi, mais la plupart, ou 104,000, sont restés à NTT. La majorité, certains 92,000, vivaient dans quatre régences du Timor occidental: Belu (70,000), Kupang (11,000), Timor central nord et Timor central central (11,000) (Ministère du logement, en possession de IDMC, 26 October 2011).

L'aide humanitaire fournie par le gouvernement et les agences des Nations Unies a pris fin à 2005 lorsque les camps ont été officiellement fermés. Cependant, les efforts nationaux et internationaux visant à aider les personnes déplacées dans les camps à se réinstaller se sont poursuivis jusqu'à la fin de 2013. Entre 2006 et 2010, le ministère du Logement public a construit des maisons 11,000 au Timor occidental, dont 60% pour les personnes déplacées, le reste pour les résidents pauvres (Kompas, 15 June 2010).

Dans 2011, la présidente Susila Bambang Yudhoyono a chargé le ministère du Logement public de réinstaller tous les résidents restants du camp d'ici la fin de son mandat dans 2014. Cela était conforme aux politiques nationales de développement de 2010-2014 qui identifiaient les zones post-conflit comme des zones de développement prioritaires (GoI, 2010). Entre 2011 et 2013, le ministère du Logement public a réservé deux billions de roupies indonésiennes (150 millions de dollars) pour la construction de logements profitant aux personnes déplacées et aux résidents locaux (Sianipar, en possession de IDMC, 2014, p. 7; UCA News, 26, April 2012 ; Entretien avec IDMC, June 2015).

Accès inégal à la sécurité foncière et foncière dans les sites de réinstallation

Le processus de réinstallation en Indonésie impliquait l'acquisition de terres par l'État, puis la construction de logements. Les consultations avec les PDI et les communautés ont été limitées et les sites de réinstallation n'ont pas toujours répondu de manière adéquate aux besoins en logement et moyens de subsistance des PDI (entretiens avec IDMC, May 2015; Sianipar, en possession de IDMC, 2014; ONU-Habitat, octobre 2011). Pour ceux qui souhaitent quitter les camps, un obstacle majeur à la réinstallation durable est le manque d'argent pour acheter des terres et l'absence de soutien gouvernemental (entretiens de l'IDMC, May 2015; Actualités UCA, 26 novembre 2014). Parmi les principaux problèmes signalés au fil des ans sur des sites de réinstallation souvent éloignés, citons la mauvaise qualité des logements, le manque d’infrastructures, l’accès limité aux services de base et les moyens de subsistance (ONU-Habitat, janvier 2014, p. 7; JRS, mars 2011; The Age, 2009; La'o Hamutuk, novembre 2003).

Identifier les terres disponibles pour la réinstallation a également été un défi. Le gouvernement avait tendance à se concentrer sur la construction de maisons en faisant appel à des entrepreneurs militaires ou privés et en ne réussissant parfois pas à conclure le processus d'acquisition de terres avec les propriétaires fonciers. Certaines maisons ont également été construites sur des terres adat (coutumières) ou contestées. Avec peu ou pas de sécurité d'occupation, les PDI sur certains sites risquent d'être expulsés par les propriétaires terriens (Jakarta Post, 4 septembre 2014; ONU Habitat, janvier 2014, p.7). Par exemple, à Kupang, le personnel d'ONG locales et de personnes déplacées internes a déclaré à IDMC que les terres des sites tels qu'Oebelo et Manusak n'avaient été que partiellement financées par le gouvernement et que certaines personnes risquaient d'être expulsées (entretiens avec IDMC, mai 2015). Les personnes déplacées du site de Toelnaku qui ont été réinstallées dans la régence de Kupang ont été confrontées à un problème similaire, les incitant à retourner dans les camps (entretiens de l'IDMC, May 2015).

Dans certains cas, le manque de sécurité d'occupation a été aggravé par l'insuffisance des efforts visant à favoriser l'intégration entre les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et les communautés locales. Au Belu, le fait que les personnes déplacées entretiennent des liens historiques et culturels avec les habitants facilitait l'acquisition de terres, tandis qu'à Kupang, le manque de liens ethniques et culturels laissait les personnes déplacées davantage confrontées à des problèmes d'intégration et d'acquisition de terres (ANU, Août 2014 p.12; UN Habitat, Janvier 2014, p.8; entretiens avec IDMC, mai 2015). Dans les cas où les terres identifiées pour les personnes déplacées appartenaient à l'État, il était généralement plus facile pour les personnes déplacées de se voir attribuer la propriété ou une autre forme de sécurité d'occupation, ce qui augmentait les chances que les personnes déplacées restent dans leurs nouveaux logements. De même, lorsque les déplacés eux-mêmes ont acheté une terre par le biais de négociations avec les communautés locales, cela a souvent abouti à une réinstallation plus durable (Sianipar, en possession de IDMC, 2014, p. 20; entretiens avec IDMC, mai 2015).

Un certain nombre d'interventions internationales en faveur du gouvernement ont tenté de répondre aux préoccupations exprimées, parfois même à l'hostilité manifeste, des communautés locales. Des projets pilotes ont été mis en œuvre dans 2003 par le HCR et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Ces projets incluaient des incitations telles que des infrastructures nouvelles ou améliorées. Cela encourageait souvent les habitants à vendre des terres aux personnes déplacées et facilitait leur réinstallation durable (Sianipar, en possession de IDMC, 2014, p. 28; PNUD, 2005, p .48).

Obstacles aux solutions dans les camps

À la mi-2015, IDMC estime qu'au moins les déplacés internes 22,000 n'avaient pas été réinstallés et vivaient dans quatre camps principaux concentrés dans les régences de Kupang et de Belu (Jakarta Post, 17 January 2014). Selon les dernières statistiques gouvernementales disponibles datant de janvier 2014, les camps de Noelbaki, Tuapukan et Naibonat hébergent environ un quart des personnes déplacées à l'intérieur du pays (UN-Habitat, janvier 2014, p. 75). À Belu, le camp de Haliwen héberge un nombre estimé de personnes déplacées 3,500. Un certain nombre de camps plus petits sont dispersés à Belu et dans les régences du Timor central central (CIS-Timor, en possession de IDMC, May 2015).

Situés le long des routes principales et à proximité des villes de Kupang et d'Atambua, les camps offrent généralement un bon accès aux écoles, aux soins de santé et aux moyens de subsistance. Cependant, les conditions de vie sont largement inadéquates, la plupart des personnes déplacées vivant dans des abris de base délabrés et mal assainis (entretiens de l'IDMC, May 2015).

La plus grande préoccupation des personnes déplacées à l’intérieur est leur manque de sécurité d’occupation et leur accès limité aux terres agricoles. Le gouvernement n'a pas voulu accorder de sécurité d'occupation aux personnes déplacées dans les camps, car cela irait à l'encontre de sa politique officielle de réinstallation. Dans certains cas, la propriété foncière n’est pas claire ou controversée, laissant les personnes déplacées incertaines du temps qu’elles auront le droit de rester (entretiens d’IDMC, May 2015; JRS, March 2011). Le camp de Naibonat se trouve sur des terres contrôlées par l'armée. Dans 2013, l’armée a informé les résidents qu’ils devraient partir pour faire place à un terrain d’entraînement. Un arrangement informel a permis aux résidents de rester mais craignent toujours d'être expulsés (entretiens avec IDMC, May 2015; UCA News, 26 novembre 2014).

Certaines personnes déplacées sont devenues des ouvriers, des vendeurs à petite échelle et des motocyclistes, tandis que d’autres vivaient du tissage, du polissage de pierres et de la collecte des racines de la forêt (entretiens de l’IDMC, May 2015; ANU, Août 2014 p.14). Cependant, de nombreuses personnes déplacées ont des antécédents agricoles et dépendent de la terre pour survivre et les autres métiers ne fournissent pas toujours la sécurité de leurs moyens de subsistance. Certains ont conclu des accords de métayage avec les communautés locales mais celles-ci offrent peu de sécurité.

Priorité donnée aux solutions rapides et non participatives

Les programmes visant à promouvoir des solutions pour les personnes déplacées internes ont été entravés par le manque de données précises sur les personnes déplacées. À la suite de la décision du président Yudhoyono d'achever la réinstallation de tous les déplacés de 2014, les autorités provinciales ont entrepris, en collaboration avec le CIS-Timor et ONU-Habitat, un exercice de collecte de données axé sur le nombre d'anciens réfugiés et leurs besoins en matière de logement. En raison du financement limité, toutefois, l'enquête n'a été réalisée que dans la régence de Kupang (entretiens avec l'IDMC, May 2013).

La politique nationale en matière de PDI adoptée par le gouvernement dans 2001 et abandonnée dans 2004 prévoyait l'intégration locale en plus du retour et de la réinstallation ailleurs. Au Timor occidental, toutefois, cette option n’a pas été offerte aux personnes déplacées, où le gouvernement s’est concentré sur la réinstallation, souvent en hâte avec des efforts insuffisants en matière de planification, de consultation et de renforcement des communautés (entretiens de l’IDMC, May 2015; Sianipar, en possession de IDMC, 2014 , p.47; JRS, mars 2011). Les responsables gouvernementaux ne sont généralement pas au courant des directives internationales sur les solutions durables et ont tendance à considérer le déplacement comme un phénomène à court terme qui doit être traité selon une approche «solution rapide» (entretiens de l'IDMC, May 2015).

Depuis 2010, le gouvernement considère officiellement toutes les personnes déplacées en Indonésie au cours de la période 1998-2002 et qui n'ont pas réussi à retourner ou à s'installer ailleurs de manière durable en tant que «pauvres vulnérables», considérant que leurs besoins ne sont pas différents des autres groupes pauvres non déplacés. La priorité donnée dans le plan de développement national de 2010-2014 aux zones post-conflit telles que le Timor occidental a permis de continuer à accorder une attention particulière aux groupes vulnérables qui y vivent, bien que la distinction soit faite entre populations déplacées et non déplacées (GoI, 2010, p. 50).

Au début du 2014, Bappenas, l'agence nationale de planification du développement, a tenu des consultations avec les autorités locales du Timor occidental et ONU-Habitat et s'est engagée à utiliser son expérience de travail avec des PDI prolongées comme contribution au plan de développement à moyen terme national 2015-2019. Bappenas s’est notamment engagé à veiller à ce que le RPJMN (Jakarta Post, 16 January 2014) s’occupe des droits à la terre et au logement des groupes vulnérables, y compris des personnes déplacées. Cependant, lorsque le RPJMN a été publié au début du 2015, il n’a plus donné la priorité aux zones d’après conflit, ce qui reflète les opinions officielles selon lesquelles les besoins avaient été pris en compte. Ceci en dépit de la recommandation faite par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies (CESCR) au gouvernement indonésien en juin 2014 d'inclure des politiques ciblées dans le RPJMN pour répondre aux besoins des personnes déplacées (HCDH, 19 June 2014).

Des agences des Nations Unies telles que le HCR et le PNUD ont aidé le gouvernement dans ses efforts de réinstallation jusqu'à 2005. L’aide internationale ultérieure a été principalement acheminée par le biais du programme de l’aide de l’Union européenne, qui privilégie l’eau et l’assainissement, les moyens de subsistance et l’éducation dans les camps et les sites de réinstallation (EU, 2006; UE, 2007; ONU-Habitat, octobre 2011, Jakarta Post). , 16 peut 2012). Le dernier programme financé par la PAU, mis en œuvre par ONU-Habitat entre 2012 et 2013, a été conçu comme un projet d'élimination progressive visant à renforcer la capacité des autorités locales et des élus à fournir une assistance aux personnes déplacées au long cours, en particulier les femmes et les enfants, et à leur intégration durable au Timor occidental (ONU-Habitat, janvier 2014). Grâce à 2014, les priorités changeantes de l’UE et la réduction de l’aide aux pays à revenu intermédiaire tels que l’Indonésie, ont empêché le financement du programme AUP (Devex, 20, janvier 2014; entretiens avec l’IDMC, mai 2015).

Conclusion

Maintenant que l'assistance est terminée, au moins les personnes déplacées 22,000 risquent d'être oubliées et de sombrer davantage dans la pauvreté et la marginalisation. Le gouvernement pourrait prendre un certain nombre de mesures pour aider les personnes toujours déplacées au Timor occidental à surmonter les obstacles à la recherche de solutions durables.

• Les autorités provinciales doivent reprendre la collecte de données menée à Kupang en 2013 et l'étendre à d'autres régences, notamment au Belu.

• Bappenas devrait veiller à ce que les plans de développement nationaux et locaux tiennent compte des besoins spécifiques des personnes déplacées.

• La clé du succès de la réinstallation des PDI encore dans les camps est de veiller à ce que les sites soient construits sur des terres où les PDI ont un régime foncier sécurisé.

• Des efforts devraient être faits pour inclure toutes les parties prenantes, en particulier les PDI, dans les processus d'acquisition de terres, ainsi que dans la conception et la construction de nouvelles maisons permettant un accès aux moyens de subsistance.

• Le gouvernement indonésien devrait reconnaître l'intégration locale en tant que solution durable et envisager de régulariser le régime foncier dans les quatre principaux camps restants et d'améliorer les services d'approvisionnement en eau et d'assainissement, de manière à inciter davantage les personnes déplacées à améliorer leurs habitations.

• La communauté internationale du développement devrait fournir une assistance technique pour entreprendre une collecte de données plus large et s'assurer que les politiques et les programmes sont conformes aux normes internationales, en particulier aux Principes directeurs des Nations Unies relatifs au déplacement de personnes à l'intérieur du territoire et au Cadre du Comité permanent interorganisations sur les solutions durables pour les personnes déplacées.

Il n’ya guère de doute que l’Indonésie a les moyens et la capacité de répondre aux besoins des personnes déplacées au Timor occidental. Ce qu'il faut maintenant, c'est une volonté politique suffisante pour réaliser les promesses faites il y a près de 16 à ceux qui ont choisi de faire partie de l'Indonésie. La participation des personnes déplacées à la planification des programmes est au cœur de la recherche de solutions durables.

[1] IDMC considère comme des PDI les anciens réfugiés du Timor oriental qui vivent encore dans des camps et des sites de réinstallation au Timor occidental et ailleurs en Indonésie et qui n'ont pas réussi à trouver des solutions durables, que ce soit par l'intégration locale ou par une installation ailleurs, conformément à la Convention interaméricaine. Cadre du Comité permanent de l'Agence sur les solutions durables pour les personnes déplacées.

de ReliefWeb Headlines http://bit.ly/1IoPewd
via IFTTT

Les commentaires sont fermés.