SIG et imagerie satellitaire pour soutenir le travail des droits de l'homme

L’imagerie par satellite et les systèmes d’information géographique (SIG) peuvent constituer un outil essentiel du travail dans le domaine des droits de l’homme, car ils permettent de fournir la preuve de violations continues des droits de l’homme.

Les deux photos satellites montraient le même emplacement mais des vues très différentes.

La première photo montrait le camp d'entraînement militaire Wi'a et le centre de détention en Érythrée, en 2010. Le centre avait été abandonné à 2010 en raison d’une épidémie. Beaucoup de bâtiments étaient sans toit, il ne restait que des murs. Il n'y avait personne autour.

La deuxième photo montrait Wi'a plus tôt cette année. Il y avait apparemment eu des améliorations. De nombreux bâtiments avaient maintenant des toits; il y avait de nouveaux bâtiments et des voitures autour.

Les photos, qui figurent dans un rapport de la Commission d'enquête sur les droits de l'homme en Érythrée, confirment ce que des témoins avaient déclaré aux enquêteurs que Wi'a avait été rouvert et était opérationnel. Cela a permis de fournir des preuves des violations des droits de l'homme en cours dans le pays.

Tel l'imagerie par satellite pour Systèmes d'information géographique (Les SIG) sont un outil vital dans le travail des droits de l'homme, a déclaré Andrew Palmer, qui dirige l'unité d'alerte rapide et de soutien à l'information au Bureau des droits de l'homme des Nations Unies. L'organisation partenaire des Nations Unies qui a fourni les informations, le Programme des applications satellitaires opérationnelles de l'UNITAR (UNOSAT), a récemment signé un accord avec le Bureau pour fournir un accès plus large et davantage de formation à l'utilisation de cette technologie.

«Grâce à ce protocole d'accord, nous souhaitons étendre l'utilisation de l'imagerie satellitaire et Cartes SIG à travers HCDH et de fournir au personnel les connaissances et les compétences nécessaires pour tirer pleinement parti de son potentiel », a déclaré Palmer.

Depuis 2000, UNOSAT a fourni aux agences des Nations Unies, aux États Membres et aux ONG un accès à l’imagerie et à l’analyse par satellite. En développant et en fournissant des systèmes d’observation de la Terre et d’information géographique (SIG), ses informations ont aidé des domaines aussi divers que les secours humanitaires, la sécurité, la gestion des crises et le relèvement.

Le type d’information que l’imagerie satellitaire peut montrer est à la fois large et ciblé. Des images ont été utilisées pour fournir des informations sur d'éventuelles fosses communes, des informations détaillées sur la destruction de maisons et d'infrastructures civiles lors d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle, sur l'emplacement des centres de détention ou, comme dans le cas d'un récent rapport de la commission d'enquête sur l'Erythrée, illustrer la détention installations trouvées dans le pays.

«Parfois, lorsque le HCDH reçoit des rapports d'allégations de violations des droits humains et les abus, l'accès immédiat à de tels endroits peut être difficile », a déclaré Palmer. «Avant de lancer des activités de surveillance sur place, l'imagerie satellite peut grandement aider à corroborer ces informations et à vérifier les détails.»

L’accord comprendra un élément de formation destiné au personnel du Bureau afin de mieux comprendre comment interpréter et analyser certaines données, a déclaré Palmer.

Pour les COI, l'utilisation de la technologie d'imagerie a été cruciale pour illustrer et sauvegarder les témoignages et autres informations sur les violations des droits de l'homme. Un membre de l’équipe d’information sur les conflits d’intérêt en Érythrée a estimé que le nouvel accord avec UNOSAT contribuera à normaliser le type d’information diffusée et à le rendre plus largement disponible.

"Cela facilitera la vie des commissions d'enquête", a déclaré le membre de l'équipe. «Nous sommes souvent confrontés à des contraintes de temps importantes et cet accord nous donnera plus de flexibilité et peut-être même d'augmenter le nombre de commissions utilisant UNOSAT."

 

 

 

SOURCE

 

Les commentaires sont fermés.