Covid et symptômes obsessionnels compulsifs : comment la pandémie nous a changés

Symptômes obsessionnels compulsifs et Covid : un webinaire ouvert le dimanche 10 octobre

La pandémie de Covid-19 nous a tous rendus un peu obsessionnels-compulsifs

« Est-ce que je me suis suffisamment désinfecté ? », « Ai-je bien porté mon masque ? », « Mes chaussures pourraient-elles aussi être contaminées ? », « Et les courses ? », « Le courrier ? » : ces questions nous ont souvent traversé l'esprit , nous incitant à faire attention à nos gestes, à prendre toutes les précautions pour éviter de contracter le virus et de le transmettre à nos proches.

Dans ce contexte de pandémie, nous avons eu un avant-goût de ce que signifie avoir peur d'être infecté et combien d'efforts et de stress la prudence implique.

Qu'est-ce qui distingue le doute normal du doute pathologique ?

Quels sont les mécanismes qui piègent une personne dans un trouble obsessionnel-compulsif ? Comment s'en sortir ?

Cela sera discuté le dimanche 10 octobre 2021 lors de la troisième édition de la conférence Trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : comprendre comment cela fonctionne afin de choisir comment le traiter, organisée par l'École de psychothérapie cognitive de Rome à l'occasion de Journée mondiale de la santé mentale qui, depuis plus de vingt ans, vise à sensibiliser les institutions et la communauté et à stimuler les efforts nécessaires pour que chacun puisse exercer pleinement son droit au bien-être psychologique.

La réunion, parrainée par l'Association italienne des troubles obsessionnels compulsifs (AIDOC) et SITCC Lazio (Société italienne de thérapie cognitivo-comportementale), aura lieu à 5 heures en mode webinaire, est gratuite et ouverte à tous.

HYGIÈNE TOUJOURS ET EN TOUT CAS : DÉCOUVREZ LA BOÎTE DE POCHE SUISSE RESSOURCES À EMERGENCY EXPO

QUE SONT LES TROUBLES OBSESSIFS-COMPULSIFS ?

« Est-ce que j'ai écrasé des piétons en conduisant ma voiture ? Me suis-je suffisamment lavé les mains ? J'ai coupé le gaz ? Et la portière de la voiture ? « Ai-je bien rangé les objets sur mon bureau ? »

Ce sont des doutes normaux qui surgissent quotidiennement dans notre esprit sans nous causer de gêne particulière.

Lorsqu'ils persistent et conditionnent lourdement la vie d'une personne, ils en viennent à constituer un véritable trouble, le Trouble Obsessionnel-Compulsif (TOC) : selon des estimations récentes, environ 800,000 XNUMX personnes en souffrent en Italie.

Le TOC peut être si débilitant et invasif que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a classé parmi les dix maladies les plus invalidantes, en termes de perte de revenus et de qualité de vie réduite.

Les personnes souffrant de TOC se retrouvent à effectuer quotidiennement des contrôles épuisants pour s'assurer qu'elles ont fermé la porte d'entrée, la voiture et l'essence, se laver massivement le corps et l'environnement pour prévenir les maladies, répéter les mêmes gestes pour conjurer le malheur, ou conduire le même itinéraire plusieurs fois pour s'assurer qu'ils n'ont pas causé d'accident.

DISPOSITIFS MÉDICAUX POUR LES OPÉRATEURS : VISITEZ LE KIOSQUE DE BIOCARMÉDICATION À EMERGENCY EXPO

TROUBLE OBSESSIF-COMPULSIF ET COVID

Plusieurs études ont examiné les effets que la propagation du Covid 19 et les mesures de prévention et de confinement qui en découlent ont eu sur la santé physique et mentale de la population mondiale.

Les auteurs ont rapporté une aggravation générale de diverses conditions cliniques et une augmentation des difficultés psychologiques tant chez les adultes (Hao et al., 2020) que chez les enfants et les adolescents (Clemens et al., 2020).

A la lumière de ces données, il est intéressant de se demander quelles conséquences l'urgence du Covid-19 a eu sur les TOC ; d'autre part, ce que nous vivons est pour beaucoup d'entre nous un avant-goût de l'univers dans lequel une personne souffrant de TOC se retrouve à vivre au quotidien : en particulier, nous sommes frappés par de fréquentes pensées intrusives sur la possibilité d'être contaminé ou sur notre responsabilité de nous protéger adéquatement, ainsi que nos proches.

Des recherches récentes ont analysé les données collectées lors du premier confinement (janvier-mai 2020) sur les personnes atteintes de troubles obsessionnels compulsifs dans plusieurs pays dont l'Italie (Benatti et al., 2020) et une aggravation des symptômes obsessionnels compulsifs a également été confirmée dans le Échantillon italien.

En particulier, une augmentation significative des obsessions de contamination et des compulsions de lavage a été démontrée aussi bien chez l'adulte (Prestia et al. 2020) que chez l'enfant et l'adolescent même en présence d'un traitement en cours (Tanir et al., 2020).

Une explication possible de ces données pourrait être liée à la peur constante du virus et aux recommandations incessantes pour maintenir des niveaux d'hygiène élevés (Chaurasiya et al., 2020).

Enfin, il y a eu une augmentation des comportements d'évitement et une plus grande demande de conseils psychiatriques pendant le confinement que l'année précédente (Capuzzi et al., 2020).

Dans le webinaire prévu le dimanche 10 octobre, des experts de renommée nationale et internationale, animés par la journaliste Paola Mentuccia, partageront et diffuseront les connaissances scientifiques actuellement disponibles sur ce trouble : Francesco Mancini, psychiatre et psychothérapeute, directeur des Écoles de Spécialisation en Cognitive Psychothérapie (SPC) et psychologues et psychothérapeutes Teresa Cosentino, Francesca Mancini, Monica Mercuriu, Giuseppe Romano, Angelo Maria Saliani, Paola Spera et Katia Tenore.

Lire aussi:

La nomophobie, un trouble mental méconnu : la dépendance au smartphone

Éco-anxiété : les effets du changement climatique sur la santé mentale

Hésitation au volant : on parle d'amaxophobie, de la peur de conduire

La source:

Agence Dire

Vous pourriez aussi aimer