Les décès dus au COVID-19 en Afrique ont augmenté de plus de 40% par rapport à la semaine précédente

L'Afrique a enregistré une augmentation de 43% d'une semaine sur l'autre des décès dus au COVID-19, alors que les admissions à l'hôpital augmentent rapidement et que les pays sont confrontés à des pénuries d'oxygène et de lits de soins intensifs

Afrique, le nombre de décès est passé à 6273 au cours de la semaine se terminant le 11 juillet 2021, contre 4384 décès dus au COVID-19 la semaine précédente

L'Afrique est désormais à moins de 1% du pic hebdomadaire atteint en janvier lorsque 6294 décès ont été enregistrés.

La Namibie, l'Afrique du Sud, la Tunisie, l'Ouganda et la Zambie représentaient 83% des nouveaux décès enregistrés la semaine dernière.

Le taux de létalité du continent, qui est la proportion de décès parmi les cas confirmés, s'élève actuellement à 2.6% contre la moyenne mondiale de 2.2%.

Les cas de COVID-19 en Afrique ont augmenté pendant huit semaines consécutives, dépassant les 6 millions le 13 juillet 2021

Au cours du mois dernier, l'Afrique a enregistré 1 million de cas supplémentaires. C'est le temps le plus court qu'il a fallu jusqu'à présent pour ajouter 1 million de cas.

Comparativement, il a fallu environ trois mois pour passer de 4 millions à 5 millions de cas. Cette vague de COVID-19 est la plus rapide que le continent ait connue.

La hausse est due à la lassitude du public face aux mesures de santé clés et à une propagation accrue des variantes.

À ce jour, la variante Delta, qui est actuellement la plus transmissible de toutes les variantes, a été détectée dans 21 pays africains, tandis que la variante Alpha est présente dans 35 pays et Beta dans 30.

« Le nombre de décès a fortement augmenté au cours des cinq dernières semaines.

C'est un signe d'avertissement clair que les hôpitaux des pays les plus touchés atteignent un point de rupture », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique.

« Les systèmes de santé sous-financés dans les pays sont confrontés à une grave pénurie d'agents de santé, de fournitures, équipement et les infrastructures nécessaires pour fournir des soins aux patients COVID-19 gravement malades.

Les admissions à l'hôpital dans une dizaine de pays ont augmenté rapidement et au moins six pays sont confrontés à une pénurie de lits dans les unités de soins intensifs.

La demande d'oxygène médical a augmenté et est maintenant estimée à 50 % plus élevée qu'à la même période en 2020, mais l'offre n'a pas suivi.

Une évaluation rapide de l'OMS de six pays confrontés à une résurgence a révélé que seulement 27% de l'oxygène médical nécessaire est produit.

"La priorité numéro un pour les pays africains est d'augmenter la production d'oxygène pour donner aux patients gravement malades une chance de se battre", a déclaré le Dr Moeti.

« Un traitement efficace est la dernière ligne de défense contre le COVID-19 et il ne doit pas s’effondrer. »

COVID-19 vs Afrique : La quantité insuffisante, le délabrement ou le mauvais entretien des usines de production ainsi que les problèmes de distribution, la pénurie de bouteilles, de personnel ou de compétences techniques font partie des obstacles à un approvisionnement adéquat en oxygène médical en Afrique

Dans une enquête de l'OMS à laquelle 30 pays africains ont répondu, seuls 18 pays avaient inclus les corticostéroïdes dans leurs directives nationales de traitement, comme recommandé par l'OMS.

Neuf pays incluent des médicaments qui ne sont pas recommandés dans le traitement du COVID-19, tels que l'hydroxychloroquine et le lopinavir.

L'OMS travaille avec les pays pour améliorer les capacités de traitement et de soins intensifs du COVID-19 en fournissant des conseils sur la gestion clinique et un soutien pour mettre à jour les protocoles et former les agents de santé.

Avec des partenaires, l'organisation fournit également des fournitures médicales essentielles, telles que des bouteilles d'oxygène, et a soutenu la fabrication et la réparation d'usines de production d'oxygène.

L'augmentation des cas intervient dans un contexte d'approvisionnement insuffisant en vaccins.

Le continent a vacciné 52 millions de personnes depuis le début du déploiement du vaccin en mars de cette année, ce qui ne représente que 1.6% des 3.5 milliards de personnes vaccinées dans le monde.

Seulement 18 millions de personnes en Afrique sont complètement vaccinées, ce qui représente 1.5% de la population du continent contre plus de 50% dans certains pays à revenu élevé.

« La double barrière de la rareté des vaccins et des défis liés au traitement compromet sérieusement l'efficacité de la réponse à la flambée de la pandémie », a déclaré le Dr Moeti.

"Cependant, avec les expéditions de vaccins frais attendues et de fortes mesures préventives, nous pouvons toujours inverser la tendance contre le virus."

Des approvisionnements supplémentaires en vaccins attendus dans les semaines et les mois à venir contribueront à renforcer les taux de vaccination.

Environ 190 millions de doses supplémentaires de vaccin COVID-19 seront nécessaires pour vacciner complètement 10 % de la population africaine d'ici septembre 2021, avec environ 750 millions de doses supplémentaires nécessaires pour vacciner complètement 30 % d'ici la fin de 2021.

Le Dr Moeti a pris la parole lors d'une conférence de presse virtuelle animée par APO Group

Elle était accompagnée de l'hon. Dr Jean-Jacques Mbungani Mbanda, Ministre de la Santé publique, de l'Hygiène et de la Prévention, République démocratique du Congo, et Dr Ishmael Katjitae, Médecin spécialiste, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Namibie.

Le Dr Richard Mihigo, Coordonnateur, Programme de vaccination et de développement des vaccins, Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, était également présent pour répondre aux questions ; Dr Thierno Balde, chef d'équipe, Partenariats opérationnels, Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique ; et Dr Nicksy Gumede-Moeletsi, virologue régional, Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

Lire aussi:

Vaccine Revolution, les États-Unis et l'UE s'ouvrent sur la suspension des brevets. QUI: "C'est un grand moment"

Covid, OMS : « Un centre de production de vaccins sera opérationnel en Afrique du Sud d'ici un an »

La source:

OMS Afrique

Vous pourriez aussi aimer