Appel de l'infirmière des soins intensifs: `` Nous sommes épuisés, utilisez vos têtes ''

Laura Berti, l'infirmière des soins intensifs de l'hôpital Maggiore de Bologne (Italie), a envoyé une lettre ouverte à tous les agents de santé de première ligne

Les pensées de Laura Berti, infirmière en soins intensifs

«Malgré notre épuisement, nous continuons à donner de notre mieux. Tout ce que nous vous demandons, c'est d'utiliser votre tête, d'être responsable, de nous aider à sortir de cette situation (espérons-le mieux, pas pire).

C'est l'appel sincère de Laura Berti, infirmière de l'unité de soins intensifs de l'hôpital Maggiore de Bologne, qui a envoyé une lettre ouverte à tous les agents de santé (et autres) qui sont en première ligne contre la pandémie depuis un an. et qui subissent une pression énorme ces semaines-ci en raison du nouveau pic d'infections et d'admissions à Bologne.

Une lettre a été diffusée aujourd'hui par l'Ordre provincial des infirmières de Bologne.

LA LETTRE DE L'INFIRMIÈRE DU CŒUR DE L'UNITÉ DE SOINS INTENSIFS DE BOLOGNE

«Je nous le dédie parce que nous sommes pleins de cicatrices», écrit Berti, «nous avons des blessures et des vergetures sur nos âmes parce que les patients sont morts des mains plus souvent que ce n'est humainement supportable.

Nous avons été tellement brisés par `` nos '' patients que nous avons perdu que nous n'avons plus de fragments à rattacher, nos émotions et nos âmes sont maintenant composées de poussière d'étoile à cause du nombre de fois où nous nous sommes sentis brisés sans avoir le temps de métaboliser ».

La lettre est dédiée aux agents de santé, poursuit l'infirmière de l'hôpital Maggiore, «car malgré les urgences, les milliers d'admissions, le hoquet, les interminables décalages dont nous sortons fatigués et dans la douleur, nous avons encore la force de rire tous ensemble.

Nous plaisantons, non par manque de respect, mais parce que nous connaissons le pouvoir thérapeutique du rire et, lorsque cela est possible, nous essayons de faire rire les patients ».

Les agents de santé, poursuit Berti, voient «la peur et nous entendons les voix tremblantes des patients quand on leur dit qu'ils doivent être intubés».

C'est une autre raison pour laquelle «nous continuons à leur tenir la main même lorsqu'ils s'endorment pour les intuber et les faire mieux respirer», poursuit l'infirmière, et «nous rentrons chez nous en essayant de penser que nous pourrons à nouveau tenir leurs mains, peut-être en les transférant vers des services moins critiques, bien conscients que nous ne pouvons pas en être certains ».

En un mot, écrit Berti, cette lettre est «dédiée à nous qui, bien que nous soyons au bout de notre corde, continuons à donner de notre mieux.

Je nous le dédie parce que nous continuerons à faire des vidéos où nous chantons et dansons, non pas parce qu'il n'y a rien à faire, mais précisément parce qu'il faut aussi alléger le poids sur nos épaules avec quelque chose de gentil ».

Et à ceux en dehors des hôpitaux, aux citoyens, "nous vous demandons seulement d'utiliser votre tête, d'être responsable, de nous aider à en sortir (peut-être mieux et pas pire)", conclut l'infirmière de l'hôpital Maggiore de Bologne. la lettre.

Lire aussi:

Soins intensifs au Bangladesh: combien de lits? Combien d'hôpitaux sont équipés de cette salle si essentielle dans la pandémie COVID-19?

Situation des unités de soins intensifs au Pakistan pendant la pandémie Covid -19

Examen de la réponse du monde à la pandémie du COVID-19: 250 infirmières assistent au webinaire du CII

La source:

Agenzia Dire

Vous pourriez aussi aimer