Séisme de Campi Flegrei : pas de dégâts significatifs, mais l'inquiétude grandit

La nature se réveille dans la zone du supervolcan après une série de secousses

Dans la nuit du mercredi 27 septembre, la nature a décidé de briser le silence avec un grand rugissement qui a secoué la zone des Campi Flegrei. A 3.35hXNUMX, un tremblement de terre de magnitude 4.2 a frappé la région, marquant l'événement sismique le plus intense des quarante dernières années dans cette zone, comme le rapporte l'Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV). L'épicentre était situé dans la zone du supervolcan, à une profondeur d'environ 3 kilomètres.

La nouvelle s'est répandue rapidement, avec le La protection civile rassurant à travers un tweet, précisant que, selon les vérifications préliminaires, aucun dégât significatif n'a été signalé. Toutefois, quelques effondrements mineurs ont été signalés dans un bâtiment. Cette secousse a été précédée de plusieurs autres au cours des 24 heures précédentes, suscitant un sentiment d'inquiétude croissant au sein de la population locale. Naples et les municipalités voisines ont clairement ressenti la secousse, des rapports provenant également de provinces aussi éloignées que Latina, Frosinone, Caserta, Bénévent, Avellino, Salerne, Foggia, Rome et Potenza.

Craignant de nouvelles secousses, de nombreuses personnes sont descendues dans la rue, cherchant des informations et du réconfort. Les réseaux sociaux ont joué un rôle de catalyseur, permettant aux résidents de partager leurs expériences et leurs sentiments en temps réel. Ce scénario a mis une fois de plus en évidence le rôle crucial de la communication numérique dans les situations d’urgence.

La situation continue d'être surveillée

Pendant ce temps, l'Observatoire du Vésuve, la branche napolitaine de l'INGV, a enregistré 64 secousses dans le cadre de l'essaim sismique survenu dans la matinée dans la zone des Champs Flegrei. Les épicentres étaient situés dans la région de l'Académie-Solfatare (Pozzuoli) et dans le golfe de Pozzuoli. Le directeur de l'observatoire, Mauro Antonio Di Vito, a expliqué que ces activités sismiques font partie de la dynamique bradysismique, qui a montré une légère accélération ces derniers jours, indiquant une évolution continue de la situation géologique.

Di Vito a également ajouté que, même s'il n'existe actuellement aucun élément suggérant des évolutions significatives du système à court terme, toute variation future des paramètres surveillés pourrait modifier les scénarios de danger. La surveillance continue par l'Observatoire du Vésuve et le Département de la Protection Civile vise à garantir la sécurité et la préparation de la communauté à d'éventuelles urgences.

Au milieu du chaos, le trafic ferroviaire à destination et en provenance de Naples a été temporairement suspendu pour permettre les contrôles nécessaires sur le réseau. Les lignes de métro exploitées par Ferrovie dello Stato ont également été temporairement suspendues. Lors de la reprise de la circulation, les trains à grande vitesse ont connu des retards allant d'un minimum d'une heure à un maximum de plus de trois heures.

À Pouzzoles, la maire Gigi Manzoni a annoncé la fermeture des écoles pour permettre les contrôles nécessaires dans les bâtiments scolaires. Cette décision prudente vise à garantir la sécurité des jeunes élèves et du personnel de l’école.

Dans ce scénario de plus en plus préoccupant, la prudence et l'information opportune demeurent les meilleurs alliés des communautés. La nature, une fois de plus, nous rappelle son imprévisibilité, mais aussi la nécessité d'être toujours prêt et informé pour faire face à toute éventualité avec conscience et responsabilité.

Image(s)

Agence DIRE

Source

Manipuler

Vous pourriez aussi aimer