Fibrillation auriculaire de drapeaux CHADS₂ chez des patients non cardiaques

PHOENIX, MEDSCAPE - L'indice CHADS₂, mis au point pour évaluer le risque d'accident vasculaire cérébral chez les patients atteints de fibrillation auriculaire, permet également de prédire l'afib postopératoire chez les patients non cardiaques subissant une chirurgie thoracique ou vasculaire, selon une étude présentée ici au 44th Critical Care Congress de la Society of Critical Medicine.

Cette découverte est importante car il n’existait aucun outil pronostique permettant d’identifier les patients à risque, a déclaré la chercheuse de l’étude Kirstin Kooda, PharmD, de la clinique Mayo de Rochester, au Minnesota.

"La fibrillation auriculaire est très courante - probablement le nombre de complications de 1 chez de nombreux patients en USI - et pourtant, nous n'avons rien qui puisse nous indiquer qui est le plus à risque", Jose Pascual, MD, de l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie, RacontéMedscape Nouvelles médicales.

La fibrillation auriculaire postopératoire est une complication potentiellement grave qui survient chez environ 10% à 20% des patients subissant une chirurgie vasculaire et thoracique. Les facteurs de risque connus sont le type de chirurgie, l'âge, l'état initial de l'arythmie, l'état du liquide après l'opération et les anomalies électrolytiques.

«Il est difficile de faire des déclarations générales sur les risques, en particulier pour différents types de chirurgies», a expliqué le Dr Kooda.

L'indice CHADS₂ prend en compte l'insuffisance cardiaque congestive, l'hypertension, l'âge, le diabète sucré et les accidents vasculaires cérébraux. L'indice est un outil d'évaluation des risques idéal, car il est facile à calculer, a-t-elle ajouté.

Des recherches antérieures avaient montré que l’indice pouvait être efficace pour prédire le risque de fibrillation auriculaire postopératoire chez les patients ayant subi une chirurgie cardiaque. Le Dr Kooda et ses collègues ont donc étudié son intérêt chez les patients ayant subi une chirurgie vasculaire et thoracique non cardiaque.

Ils ont évalué des patients sans antécédents de fibrillation auriculaire qui subissaient des chirurgies thoraciques ou vasculaires non cardiaques de 2006 à 2013.

Parmi les patients 1566, 221 (14.1%) a développé une fibrillation auriculaire postopératoire à une médiane de 55 heures après la chirurgie.

Lors d'une analyse univariée, le score CHADS₂ était significativement associé à l'incidence de la fibrillation auriculaire postopératoire; pour chaque augmentation d'unité de score, le ratio de risque était de 1.22.

L'association est restée après un ajustement multivarié pour des facteurs tels que l'équilibre hydrique quotidien, les valeurs d'électrolytes, les besoins vasopresseurs et inotropes peropératoires et postopératoires, la durée de l'intervention chirurgicale, la transfusion sanguine et la reprise des médicaments cardiaques à domicile.

Table. Facteurs associés indépendamment à la fibrillation auriculaire postop

Facteur Taux de dangerosité 95% Intervalle de confiance
Utilisation des bêta-bloquants préopératoires 2.04 1.44-2.90
Jour postopératoire score 1 SOFA (augmentation par unité) 1.08 1.03-1.12
Administration de liquide peropératoire (par 1000 mL) 1.03 1.01-1.06
Utilisation d'un bloqueur des canaux calciques préopératoire 0.67 0.49-0.93

CONTINUER SUR MEDSCAPE

Les commentaires sont fermés.