Médecins dans l'armée au Zimbabwe: cela poussera-t-il les personnels de santé à fuir?

L'évêque de Chinhoyi dénonce la violence gouvernementale dans tout le pays et commence à dire que les médecins de l'armée pourraient détruire le pays.

Les médecins de l'armée sont un problème sérieux au Zimbabwe. «Ils apportent le sang, ils tuent. Au lieu de la liberté, ils apportent la violence et ils emprisonnent tous ceux qui s'y opposent. La seule chose qu'ils savent, c'est la violence. C'est la dure attaque lancée par Raymond Tapiwa Mupandasekwa, évêque de Chinhoyi, au gouvernement du Zimbabwe, vivement critiqué dans le pays pour la répression violente des manifestations et la gestion des crises par le COVID-19.

LES MÉDECINS DANS L'ARMÉE: UN VRAI DANGER POUR LE SYSTÈME DE SANTÉ PAYS

L'évêque a particulièrement condamné le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa pour les arrestations de juillet et le déni prolongé de liberté sous caution pour les militants politiques et les journalistes accusés d'avoir comploté la destitution inconstitutionnelle du gouvernement.

L'évêque Mupandasekwa a ensuite critiqué le récent décret du vice-président Chiwenga visant à enrôler des médecins diplômés récents dans l'armée. Le vice-président et nouveau ministre de la Santé, Constantino Chiwenga, ancien général de l'armée, a décrété que de nouveaux médecins diplômés devaient être recrutés comme médecins militaires dans l'armée, faute de quoi ils ne pourraient pas travailler dans les hôpitaux publics.

Quelque 230 étudiants en médecine ont passé leurs examens finaux et ont dû être envoyés dans les hôpitaux publics en tant que médecins résidents juniors (JRMO) pour trois ans de formation en cours d'emploi avant de pouvoir ouvrir des cliniques. Il s'agit d'une mesure qui vise, selon les syndicats, à empêcher les grèves du personnel médical à un moment extrêmement critique pour la santé publique et le gouvernement, accusé de ne pas avoir géré l'urgence pandémique.

LES MÉDICS FUIRONT-ILS À L'ÉTRANGER EN RAISON DE LA DÉCISION DE LES INSCRIRE DANS L'ARMÉE?

L'évêque Mupandasekwa a déclaré que le gouvernement causait «une grande angoisse» aux médecins de l'armée avec cette «proposition inconstitutionnelle. Le Parti de la liberté a refusé de donner la liberté de choix aux jeunes médecins », a-t-il déclaré, ajoutant que le pays pourrait bientôt se retrouver sans plus de médecins à la suite de ce décret. Les hôpitaux publics sont aux prises avec une pénurie de médicaments et comptent sur le soutien de la plupart des donateurs occidentaux. Les hauts fonctionnaires du gouvernement, y compris Chiwenga, recherchent souvent une assistance médicale à l'étranger.

Les 2,000 12 jeunes médecins du Zimbabwe se sont mis en grève à deux reprises au cours des 9,450 derniers mois, rapportant des salaires pouvant atteindre 115 XNUMX Z $ (XNUMX $) par mois. Beaucoup sont prêts à partir après avoir trouvé des emplois dans la région et à l'étranger.
La dure intervention de l'évêque de Chinhoyi fait suite à la publication le 14 août par la Conférence épiscopale du Zimbabwe de la lettre pastorale «La marche n'est pas finie» (cf. Fides 17/8/20200). Dans leur lettre, les évêques ont appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités face à la crise économique et sanitaire dramatique aggravée par le coronavirus et critiqué la répression brutale des manifestations de protestation.

SOURCE

FIDES

Les commentaires sont fermés.