Manœuvres de réanimation cardiorespiratoire : gestion du compresseur thoracique LUCAS

Compression thoracique LUCAS : L'arrêt cardiorespiratoire peut affecter n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. Chaque année en Europe, 17 à 53 arrêts cardiorespiratoires extra-hospitaliers (PRC) sont traités pour 100,000 XNUMX habitants

La survie et la qualité de vie d'un patient ayant subi une APC en milieu extrahospitalier sont étroitement liées au temps de réponse et à la qualité des manœuvres de réanimation cardiorespiratoire (RCP) qui sont effectuées.

Le Conseil européen de réanimation (ERC) recommande d'effectuer des compressions thoraciques de haute qualité avec le moins d'interruptions possible.

Un sauveteur peut effectuer des manœuvres de qualité dans les 2 premières minutes ; leur efficacité diminue avec le temps de 4.5.

DÉFIBRILLATEURS ET COMPRESSEURS PECTORAUX, VISITEZ LE STAND EMD112 AU SALON EMERGENCY

Au fil des ans, plusieurs dispositifs mécaniques de compression thoracique ont été développés, notamment le LUCAS TM 2 (Lund University Cardiac Assist System)

LUCAS TM 2 est un appareil conçu pour fournir des compressions thoraciques de haute qualité, avec l'avantage supplémentaire de libérer un secouriste.

Bien sûr, étant une machine, il est insensible au stress et à la fatigue, assurant des compressions thoraciques optimales tout au long de la réanimation.

Par rapport à la RCP manuelle, cet appareil améliore plusieurs paramètres, comme la valeur de CO 2 expiré 7 ou le débit sanguin cérébral 8,9 , sans qu'aucun dommage supplémentaire ne soit observé lié à son utilisation 10 .

Son poids relativement léger (7.8 kg) en fait un appareil idéal pour le traitement des patients victimes de mort subite en milieu extra-hospitalier.

Le LUCAS TM 2 est basé sur un mécanisme à piston avec une ventouse située au centre de la poitrine, approximativement là où le talon de la main serait positionné

L'appareil exerce la force nécessaire pour comprimer la poitrine d'environ 5.2 cm à raison de 102 compressions par minute et grâce à sa ventouse décompresse activement la poitrine, générant un mécanisme de pompe thoracique.

Le piston reçoit de l'énergie d'une batterie lithium-ion rechargeable située dans sa partie supérieure, avec une autonomie d'environ 45-50 minutes, qui est reflétée par un indicateur situé à côté de la télécommande, avec trois leds .qui s'éteignent lorsque la batterie est faible, le dernier s'allume en orange lorsque la batterie est proche de l'épuisement (fig. 1).

La batterie peut être chargée avec l'appareil en fonctionnement à l'aide d'un chargeur 220 V fourni en standard avec l'appareil, de sorte qu'une batterie supplémentaire n'est généralement pas nécessaire.

Si la batterie doit être remplacée, l'appareil enregistre les paramètres sur lesquels il a été réglé pendant 60 secondes, après quoi le LUCAS TM 2 redémarrera lorsque la nouvelle batterie sera insérée.

LUCAS TM 2 ne nécessite pas d'entretien spécifique, bien qu'un entretien annuel soit recommandé

L'appareil a un indice de protection IP 43, selon la norme CEI 60529, sa température de fonctionnement est comprise entre 0 et 40 °C et sa température de stockage est comprise entre 0 et 70 °C.

Le LUCAS TM 2 dispose d'un ventilateur intégré qui s'active pour refroidir l'appareil lorsque la température augmente en raison d'un fonctionnement continu, sans que l'appareil n'augmente de manière significative sa température extérieure.

L'utilisation de cet appareil est indiquée chez les patients ayant subi une CPA où des manœuvres de RCP sont indiquées, à la fois pour le traitement de la CPA sur le site où elle s'est produite et pour le transfert du patient à l'hôpital dans des situations potentiellement dangereuses. réversible, non traitable en ambulatoire.

De plus, il est utilisé lors du transfert à l'hôpital des patients qui n'ont pas survécu à une CPA extra-hospitalière, et qui pourraient être des donneurs potentiels en asystolie, pour effectuer des compressions thoraciques lors du transfert à l'hôpital et il existe un certain nombre de sondages laboratoires qui l'utilisent pour effectuer des compressions thoraciques lors d'un cathétérisme cardiaque chez des patients atteints d'APC secondaire à un infarctus du myocarde.

Le dispositif convient aux patients qui ont une poitrine avec un diamètre antéro-postérieur compris entre 17 et 30.3 cm et une largeur inférieure à 45 cm, sans restriction de poids, ce qui comprend plus de 95 % de la population adulte et la plupart des adolescents.

Il peut également être utilisé chez les femmes enceintes.

Une fois qu'il a été confirmé que le patient est en RCP, les manœuvres de RCP sont lancées.

L'un des trois membres d'équipage est chargé de préparer le LUCAS TM 2 en appuyant sur le bouton d'alimentation lors de sa sortie du sac.

Une fois préparées, les manœuvres sont arrêtées et le comprimé jaune en forme de banane est soigneusement placé sous le patient, en le positionnant jusqu'à ce que le bord supérieur soit sous les aisselles (Fig. 2 et 3).

Les compressions thoraciques se poursuivent tout en préparant le haut du LUCAS TM .2

Depuis le haut de l'appareil, tirez sur les anneaux des bras latéraux pour déverrouiller les verrous.

Tout d'abord, le crochet le plus proche du réanimateur est accroché et, si nécessaire, interrompez à nouveau les manœuvres de réanimation pour terminer le crochet de l'autre côté.

Vérifiez que les deux côtés sont fermement fixés en tirant une fois vers le haut.

Après la mise en marche, l'appareil reste en position « ADJUST » et vous utilisez deux doigts pour positionner la ventouse au point de compression spécifique (fig. 4).

Une fois le bon positionnement vérifié, il faut appuyer sur le bouton 2, qui fixe le piston dans la position souhaitée, puis sur le bouton 3, qui lance les compressions.

Ce bouton a deux options selon que le patient est ventilé avec une voie aérienne isolée (« continu ») ou non (« 30:2 »).

Lorsque le patient est ventilé avec un ballon de réanimation et une canule de Guedel, ou un dispositif supraglottique (masque laryngé, Fastrach ® ), le LUCAS TM 2 reste en mode 30:2.

Toutes les 30 compressions, l'appareil s'arrêtera pendant 4 secondes pour permettre les deux ventilations.

Si vous décidez d'intuber le patient par laryngoscopie ou par le masque Fastrach ® (manœuvre à effectuer sans arrêter les compressions), alors une fois intubé, vous appuierez sur le bouton des compressions continues sans avoir besoin d'arrêter le LUCAS TM2 et il fonctionnera pendant toute la durée de la relance.

Seul le bouton de pause sera enfoncé pour l'analyse du rythme, soit avec un défibrillateur externe automatisé, soit avec un défibrillateur manuel, et la vérification du pouls, si nécessaire, en poursuivant les compressions immédiatement après l'analyse, même si une défibrillation est indiquée.

L'un des grands avantages du LUCAS TM 2 est que le patient peut être défibrillé sans avoir à arrêter les compressions thoraciques, ce qui améliore le taux de récupération de la circulation spontanée après la défibrillation11.

Si vous décidez de transférer le patient pendant la période de réanimation, avec l'appareil en fonctionnement, vous devez maintenir le patient aussi horizontal que possible.

LUCASTO2 a une sangle qui se fixe à l'appareil et passe derrière le patient cou, qui empêche l'appareil de se déplacer vers l'abdomen lorsque le patient est incliné en soulevant la tête.

Cependant, la meilleure option consiste à maintenir le patient en position horizontale ou quasi horizontale, car le déplacement du piston pendant l'opération pourrait blesser le patient.

Une fois dans le ambulance, le dispositif ne nécessite aucune fixation spécifique, car il est attaché au patient (Fig. 5), qui doit être maintenu de manière standard avec les sangles de fixation du brancard.

Le LUCAS TM 2 a été testé lors d'un crash test avec une ambulance à 30 km/h sans que l'appareil ne se détache du patient

Lors de la conduite de l'ambulance, il suffit de suivre les règles minimales de physiopathologie du transport, connues de tous les techniciens médicaux d'urgence.

L'utilisation de l'appareil LUCAS TM 2 s'est répandue dans le monde entier depuis le lancement de sa première version (à gaz sous pression) en 2002.

Aujourd'hui, les systèmes d'urgence, les services d'urgence et les laboratoires d'hémodynamique du monde entier, des États-Unis au Qatar et dans toute l'Europe l'utilisent.

En Espagne, son utilisation a été généralisée aux systèmes d'urgence, bien que le Sistema d'Emergències Mèdiques de Catalunya (SEM) et SUMMA à Madrid aient été les pionniers de son utilisation, initialement comme compresseur thoracique dans les programmes de don. Mateos et al de SUMMA et Carmona et al de SEM ont publié dans des revues scientifiques sur son utilisation, à la fois dans les programmes de don asystolique et chez les patients subissant une RCR 9,12-4.

Plusieurs études cliniques sont actuellement en cours en Espagne et en Europe pour évaluer l'efficacité de LUCAS TM 2.

En conclusion, l'appareil LUCAS TM 2 est un compresseur thoracique qui permet d'effectuer une RCP de qualité dans les différentes situations pouvant survenir lors d'un arrêt cardiaque.

Facile à installer et à manipuler, son utilisation s'est généralisée depuis son introduction en 2002 à travers le monde avec des résultats prometteurs.

Bibliographie

  1. Grasner JT, Herlitz J, Koster RW, Rosell F, Stamatakis L, Bossaert L. Rianimazione. 2011;82:989-94.
  2. Wik L, Steen PA, Bircher NG, La qualité de la rianimazione cardiopolmonare degli astanti influenza l'esito dopo l'arrestocardio preospedaliero. Rianimazione. 1994;28:195-203.
  3. Nolan J, Soar J, Zideman D et al. Consiglio europeo di rianimazione. Linee guida per la rianimazione 2010 Sezione 1. Rianimazione. 2010 ; 81:1219-76.
  4. Ochoa FJ, Ramallé-Gomara E, Lisa V, Saralegui I. L'effetto della fatica del soccorritore sulla qualità delle compressioni toraciche. Rianimazione. 1998;37:149-52.
  5. Ashton A, McCluskey A, Gwinnut CL, Keenan AM. Effetto sull'affaticamento del soccorritore sull'esecuzione di compressioni toraciche esterne continuer pendant 3 min. Rianimazione. 2002;55:151-5.
  6. Wik L. Dispositivi di compressione toracica esterna meccanica automatica e manuale per la rianimazione cardiopolmonare. Rianimazione. 2000;47:7-25.
  7. Axelsson C, Karlson T, Axelsson AB, Herlitz J. Rianimazione cardiopolmonare a compressione-decompressione attiva meccanica (ACD-CPR) rispetto alla RCP manuale in base alla pressione dell'anidride carbonica di fine marea (PETCO2) duringe la RCP in arresto hearto extraospedaliero (OHCA). Rianimazione. 2009;80:1099-103.
  8. Rubertson S, Karlsten R. Aumento del flusso sanguigno corticale cerebrale con LUCAS ; un nouveau dispositivo per le compressioni toraciche meccaniche rispetto alle compressioni esterne standard durante la rianimazione cardiopolmonare sperimentale. Rianimazione. 2005;65:357-63.
  9. Carmona F, Palma P, Soto A, Rodríguez JC. Flusso sanguigno cerebrale misurato mediante Doppler transcranico durante la rianimazione cardiopolmonare con compressioni toraciche manuali o eseguite da un processore toracico meccanico. émergence. 2012;24:47-9.
  10. Smaeckal D, Johanson J, Huzevka T, Rubertson S. Nessuna differenza nell'autopsia ha rilevato lesioni nei pazienti con arresto hearto trattati con compressioni toraciche manuali rispetto alle compressioni meccaniche with il dispositivo LUCAS : uno studio pilota. Rianimazione. 2009;80:1104-7.
  11. Vendez R, Sarno R, Lawrence B, Castillo E, Fisher R, Brainard C et al. La réduction au minimum de la pause avant et après la défibrillation augmente la probabilité de déclenchement de la circulation spontanée (ROSC). Rianimazione. 2010;81:822-5.
  12. Mateos A, Pardillo L, Navalpotro JM, Barba C, Martín ME, Andrés A. Funzione di trapianto di rene utilizzando organi provenienti da donatori che non battono il cuore mantenuti da compressioni toraciche meccaniche. Rianimazione. 2010;81:904-7.
  13. Mateos A, Cepas J, Navalpotro JM, Martín ME, Barba C, Pardillos L et al. Analisi di quattro anni di funzionamento di un programma di donazione extraospedaliera non di cuore. émergence. 2010;22:96-100.
  14. Carmona F, Ruiz A, Palma P, Soto A, Alberola M, Saavedra S. Utilisation d'un compresseur mécanique toracique (LUCAS ® ) dans un programme de donazione asistolica : effetto sulla perfusione d'organo e sulla percentuale di trapianto. émergence. 2012;24 : 366-71.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Quelle est la différence entre la RCR et le BLS ?

RCR sur des cadavres pour évaluer les dispositifs des voies respiratoires supraglottiques sur les pressions intrathoraciques négatives

La source:

TES

Vous pourriez aussi aimer