MEDEVAC en Italie, principales complications et traitements dans le transport de patients critiques?

Nous savons tous ce qu'est MEDEVAC, en particulier, comment cela se fait dans notre propre pays. Cependant, les complications sont toujours en embuscade. Lisons ce que les organisations italiennes 112 et 118 ont publié il y a quelques jours sur la façon de traiter les complications lors d'une livraison d'ambulance aérienne.

Traiter un patient critique dans un avion est absolument difficile et nécessite des praticiens bien préparés. En Italie, les organisations EMS de 118 et 112 ont publié un document sur les différentes complications qui peuvent survenir pendant MEDEVAC et comment se comporter au cas où (à la fin de l'article les auteurs).

Par rapport à la HEMS ou SAR, lorsque MEDEVAC - évacuation sanitaire ou transport - est effectué avec un aéronef à voilure fixe et souligne la combinaison d'un véhicule terrestre et d'un avion ambulance avion. C'est assez différent du HEMS, par exemple. D'une part parce qu'il est équipé d'un aéronef à voilure tournante (hélicoptère) et d'autre part, il peut prodiguer des soins à partir du point précis où le patient est localisé et le livrer à l'établissement médical le plus adapté.

Quand les livraisons MEDEVAC à voilure fixe sont-elles fournies? Lors du transfert secondaire longue distance de patients plus ou moins critiques, intervention primaire longue distance sur des patients situés dans des zones isolées et en cas de transport d'organes ou d'équipes de soins de santé pour des besoins cliniques dans des endroits éloignés ».

En particulier, lors d'un accouchement MEDEVAC, le patient est souvent critique, ce qui nécessite plus d'attention. Guido Villa, Marco Botteri et Roberta Boni ont publié pour 118 AREU, Emergenza 112 et l'organisation nationale italienne 118 un article le 12 juin 2020 qui souligne les complications et les résolutions.

L'intubation nasale, les problèmes pouvant survenir lors d'un vol

L'intubation nasale prolongée peut provoquer des problèmes majeurs pour un patient transporté dans MEDEVAC. Le principal problème vient de la douleur que les changements d'altitude peuvent causer. Il est essentiel de continuer à vérifier les signes vitaux du patient, en particulier si le patient ne peut pas communiquer. Il est arrivé que, pendant le vol MEDEVAC, dans des cas extrêmes, certains médecins militaires déchargent la pression de l'oreille moyenne à l'aide de la tige en acier d'un cathéter 18 G et effectuent une myringotomie.

Cependant, ce type de procédure comporte un risque considérable si elle est effectuée sur un avion instable. Normalement, ce n'est pas recommandé. Les manœuvres de chargement et de déchargement du patient sont dangereuses, tandis que vous risquez une extubation accidentelle. C'est pourquoi une fixation de la sonde endotrachéale ou une trachéotomie n'est aussi nécessaire que
une attention particulière lors de ces phases.

Une agenouillement accidentel du tube ou l'augmentation soudaine des sécrétions peut obstruer les voies respiratoires et rendre la condition encore plus compliquée que cela. Le praticien doit trouver un remède au problème très rapidement et avec compétence. Il est suggéré de vérifier la pression du brassard des patients intubés pendant le vol MEDEVAC. Ses variations pourraient influencer dans cet environnement très particulier.

Problèmes des voies aériennes lors des vols MEDEVAC: comment les gérer?

Ce sont les plus complexes à gérer dans les vols MEDEVAC. Généralement, ils peuvent être liés à l'altitude de vol, ou à la disponibilité d'oxygène supplémentaire (plus d'informations dans un autre paragraphe ci-dessous).

L'oxygène peut être administré à la fois par une méthode non invasive ou directement par ventilation artificielle en circuit fermé. La véritable contre-indication au vol reste le pneumothorax non drainé avant le décollage, pour le risque sévère d'hypertension en vol direct. Dans les cas douteux, il convient de pouvoir maintenir dans la bonne pressurisation en cabine, c'est à dire pas plus de 2500 pieds. Cela correspond à une altitude de vol beaucoup plus faible, ce qui se traduit par une vitesse plus faible et une consommation de carburant de vol plus élevée.

Chez les patients déjà ventilés artificiellement, l'ensemble des paramètres d'assistance respiratoire devra être calibré une fois l'altitude de croisière atteinte, en travaillant sur la surveillance disponible (FiO2 - SpO2 - EtCO2 - Vol / min - Pressions atteintes dans le circuit - données circulateur). Pour le reste, il faut ajouter qu'il est nécessaire d'intuber préalablement au sol un patient qui a également un risque moyen de s'aggraver du côté respiratoire ou neurologique pendant le vol, afin de ne pas subir de manœuvres plus difficiles à bord du porte-bébé.

Sur ces sujets, il est également indispensable de positionner un filtre placé entre le tuyau et la connexion au ventilateur, pour une humidification adéquate des voies respiratoires même sur de courtes distances. Cela réduirait les risques d'occlusion des voies respiratoires naturelles et artificielles. Parfois, il peut être utile d'insérer un tube NG pour éviter une dilatation de l'estomac en altitude avec les difficultés ventilatoires associées.

Altérations cardiovasculaires pendant MEDEVAC

Le système cardiovasculaire peut subir l'influence du vol avec un avion lors d'un accouchement MEDEVAC. Même chez les sujets sains, il y a une augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle, de la vasoconstriction périphérique et une diminution de la saturation en oxygène et des échanges tissulaires. Ces changements sont très légers sur des sujets sains, mais ils peuvent être la première suggestion de phénomènes cliniques négatifs plus pertinents et dangereux chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires.

Par conséquent, il convient de surveiller attentivement même les patients ayant un faible engagement clinique et d'administrer à l'avance des flux d'O2 qui compensent la disponibilité réduite d'oxygène en altitude avec une oxygénation tissulaire réduite. Il est également important de se rappeler que les perfusions sans rendez-vous ne sont pas possibles dans les avions, il est donc nécessaire d'utiliser des sacs sous pression.

Pour les liquides de perfusion et / ou les pompes de perfusion à piles pour l'administration de médicaments. En ce qui concerne le problème des PM ou des DCI endothoraciques, il n'y a pas de rapports spéciaux, alors que l'utilisation d'un DEA via des plaques autocollantes n'est pas contre-indiquée, mais en utilisant les précautions habituelles du cas, notamment en fermant l'alimentation en oxygène libre et avertissant toujours l'équipage de conduite en premier.

MEDEVAC avec patients traumatisés et neurologiques compliqués

Les patients souffrant de problèmes neurologiques livrés avec un type de transport MEDEVAC doivent être soigneusement surveillés pour leur état de conscience et d'autres éléments qui incluent la mobilité, le risque de crises épileptiques et le contrôle de la douleur. Étant donné que le coma n'est pas en soi une contre-indication à la volée, sa profondeur et ses causes
la symptomatologie est extrêmement pertinente pour décider de l'état du patient en vol.

Une fois qu'il est possible de compenser les déficiences organiques dues à l'inactivation du SNC, les résultats du transport médical doivent être effectués à l'exception théorique des blessures évoluant rapidement, lorsqu'ils ne sont pas également contrôlés avant le transport. Les vraies contre-indications absolues à la volée restent la pneumocéphalie sévère (risque sérieux d'expansion de la même dans des conséquences catastrophiques) et la pression intracrânienne élevée (PIC), qui ne peuvent pas être réduites avec la thérapie appropriée avant le départ ou incontrôlables pendant l'accouchement.

Dans les cas traumatisants et en cas de suspicion une lésion de la moelle épinière peut être un risque, le plus approprié immobilisation peut être doit être effectuée par un matelas à vide avec une feuille mince interposée entre le patient et la surface de contact de l'immobilisateur. Cela éviterait tout danger et éviterait les décubitus possibles auxquels ces patients sont très sensibles, en particulier sur de longues périodes.

La même attention doit être portée à tous les patients atteints de maladies neurologiques périphériques, à la fois sensibles et motrices. Chez tous les patients décrits ci-dessus (et en particulier chez les patients dans le coma), il est toujours conseillé de vérifier la nécessité de positionner un SNG de calibre adéquat, s'il n'est pas déjà en place, afin de retenir l'estomac et éviter les risques de vomissements.

Ils peuvent envisager de cathétériser les voies urinaires pour le suivi de la diurèse, souvent un espion de la déshydratation du sujet et indirectement de la fonctionnalité homéostatique. Pour les personnes à risque de crise, il convient d'entreprendre ou de moduler une thérapie antiépileptique appropriée avant le départ pour éviter les problèmes de telles crises en vol, souvent dus aux déséquilibres dans les épines irritantes de la situation de transfert. Enfin, en particulier, en pleine conscience, doit toujours être évalué avant le départ et réévalué pendant le voyage dont la douleur est affectée au patient, afin de procéder à un bilan correct et correct.

Autres cas divers de problèmes de santé graves dans les livraisons MEDEVAC

Il existe de nombreux autres cas de patients qui pourraient être transportés avec une méthode MEDEVAC et parmi eux souffrant d'autres maladies nécessitant un transfert médical aéroporté à Ce qui suit est une description des problèmes essentiels inhérents aux sujets atteints de polytraumatisme, de brûlures, de dysbarie, de problèmes chirurgicaux abdominaux ou avec une grossesse en cours.

TRAUMA: en plus de ce que nous avons dit précédemment et en particulier du contrôle des fonctions vitales, ils doivent faire attention au bon positionnement du patient sur un matelas à vide. En fonction de la montée de l'aéronef, les praticiens doivent dégonfler progressivement l'air contenu doit être effectué systématiquement pendant le vol, pour une perte naturelle de cohérence avec la montée du vecteur en altitude. Les patients souffrant d'un traumatisme crânien devraient de préférence être hébergés sur la civière de l'avion, la tête dirigée vers le décollage de la plaine, tandis que ceux qui ont un contrôle de la pression du méchant pour une hypovolémie relative devraient avoir la tête sur le côté de la queue de l'avion. En ce qui concerne le drainage déjà présent, il est nécessaire d'utiliser la valve à bec de flûte (Heimlich) pour les drains thoraciques avec ensachage stérile et contrôles de perméabilité répétés et de collecte des sécrétions avec un système d'aspiration pneumatique électrique. Aussi pour le drainage des abdominaux, pas de valve interposée, le même soin doit être pris.

Brûlures: mêmes précautions pour les patients traumatisés, il convient d'ajouter à la prudence des voies veineuses sûres et de gros calibre et un contrôle thermique accru (surveillance du possible avec sonde endogène) et une protection contre les ulcères de stress, fréquents dans ces les patients.

DYSBARISME: à l'exclusion des patients atteints d'embolie gazeuse aiguë sévère qui ont une contre-indication absolue au transport aérien immédiat à voilure fixe s'ils n'ont pas été préalablement stabilisés ou traités dans une chambre hyperbare, qui s'est avéré souffrir d'une maladie de décompression (MDD - qui comprend 90 % de cas de dysbarie) peut également être transporté dans les premières heures s'il est destiné à être soumis à un traitement précoce dans une chambre hyperbare équipée à plus de 250 km du lieu de l'événement, difficilement accessible par d'autres moyens ou par autre surface ou aile signifie en rotation (préférable).

La thérapie à mettre en œuvre avant et pendant le transport médical comprend une oxygénothérapie continue à 100% FiO2, une perfusion d'au moins 500 ml de lactate / acétate de Ringer et / ou de Dextran 40, l'administration d'acide acétylsalicylique jusqu'à 1 g / jour par voie orale ou 500 mg ev d'acétylsalicylate de lysine) et d'hydrocortisone 500 mg ev x 4 ou dexaméthasone 8 mg ev répétable. Pendant le vol, l'altitude de pressurisation doit être aussi basse que possible (éventuellement au niveau de la mer) et poursuivre l'administration de la thérapie actuelle; certains auteurs suggèrent également l'utilisation de l'énoxaparine 4000 UI sc.

CHIRURGIE DE L'ABDOMINE: le patient de chirurgie abdominale postopératoire lui-même n'a pas de contre-indications spécifiques également aux transferts à longue distance mais il convient de rappeler que certaines interventions laissent une certaine quantité d'air à l'intérieur de l'abdomen afin que l'expansion de cet air emprisonné à haute altitude puisse provoquer un inconfort et dans certains cas, de véritables situations d'urgence difficiles à contrôler. Les patients occlus ou sous occlus qui n'ont pas encore été opérés peuvent également mettre en évidence des situations de réelle difficulté clinique pour la tension sévère sur les parois des boucles intestinales provoquée par un météorisme sévère en forte élévation.

En cas de tels problèmes abdominaux graves, il est suggéré à l'avance de maintenir ou d'augmenter la descente à une altitude de vol d'environ 22,000 XNUMX pieds pour une pressurisation suffisante dans la cabine afin de réduire les symptômes du patient et / ou l'utilisation d'un SNG et d'une sonde défensive rectale .

GROSSESSE: jusqu'à la 36e semaine d'une grossesse régulière, le transport de soins sur civière ne présente de risques ni pour le fœtus ni pour la femme enceinte; la recommandation concerne l'utilisation d'un escarres à prédominance gauche et l'utilisation de bas élastiques gradués préventifs. Au-delà de cette période, il y a un ou deux accoucheurs expérimentés (par exemple, sage-femme + anesthésiste ou néonatologiste) et la disponibilité d'une trousse d'accouchement spéciale, qui comprend des installations de soins de santé pour la mère et le bébé que pour l'enfant à naître.

LIRE L'ARTICLE EN ITALIEN

LIRE AUSSI

Ambulance aérienne et MEDEVAC au Nigeria - Ils viennent du ciel, ce sont les Flying Doctors!

SMUH et SAR: la médecine en ambulance aérienne améliorera-t-elle les missions de sauvetage avec des hélicoptères?

MEDEVAC en Asie - Réalisation d'une évacuation médicale au Vietnam

La vie de Medevac dans l'Arctique canadien

SOURCE

Les commentaires sont fermés.