Pyromanie : classification CIM-11, causes, symptômes, caractéristiques, risques, traitement, médication

La pyromanie (ou « démarrage pathologique ») est une dépendance comportementale caractérisée par une obsession intense pour le feu, les outils qui le génèrent (comme les explosifs), les outils qui lui sont liés (par exemple, les dispositifs anti-incendie) et les effets qu'il génère.

Dans de nombreux cas, l'incendiaire allume délibérément des incendies qui peuvent être dangereux et causer des dommages aux personnes et/ou aux biens : dans ce cas, l'incendiaire est contraint de subir les conséquences pénales de ses actes, qui peuvent également entraîner une privation de liberté.

Le terme « pyromanie » vient du grec πῦρ (prononcé « pur », feu) et μανία (prononcé « manie », obsession)

Épidémiologie

La pyromanie est le deuxième type d'incendie criminel le plus courant.

La pyromanie est une maladie rare dont l'incidence est inférieure à 1 % dans la plupart des études ; de plus, les pyromanes ne représentent qu'une très faible proportion des admissions en hôpital psychiatrique.

La pyromanie peut survenir chez des enfants aussi jeunes que trois ans, bien que de tels cas soient rares.

Seul un faible pourcentage d'enfants et d'adolescents arrêtés pour incendie criminel sont des enfants incendiaires.

Une prépondérance des individus sont des hommes; 90% des personnes diagnostiquées avec la pyromanie sont des hommes.

Une étude réalisée en 1979 par la Law Enforcement Assistance Administration a révélé que seulement 14% des incendies étaient allumés par des incendiaires et d'autres personnes atteintes de maladie mentale.

Une étude réalisée en 1951 par Lewis et Yarnell, l'une des plus grandes études épidémiologiques menées, a révélé que 39% de ceux qui ont intentionnellement allumé des incendies ont reçu un diagnostic de pyromanie.

Classification CIM-10 de la pyromanie

La pyromanie est placée dans la classe F63 de la classification CIM 10 (la 10e Classification internationale des maladies, des accidents et des causes de décès ; CIM signifie Classification statistique internationale des maladies).

La pyromanie est appelée « F63.1 – Attirance pathologique pour l'incendie criminel » et décrite comme « Un trouble caractérisé par de nombreux incendies criminels de biens ou d'autres objets ou tentatives d'incendie criminel, qui sont commis sans motivation évidente, et un enthousiasme pour tout. liées au feu et à la combustion.

Ce comportement est souvent associé à une sensation de tension croissante avant l'action et à une forte excitation juste après ».

La classification exclut la pyromanie :

  • chez un adulte présentant un trouble de la personnalité dissociale (F60.2)
  • comme excuse pour surveiller une personne soupçonnée de troubles mentaux (Z03.2)
  • avec intoxication à l'alcool ou à une substance psychoactive (F10-F19)
  • dans les troubles du comportement (F91)
  • dans les troubles mentaux organiques (F00-F09)
  • dans la schizophrénie (F20).

Classification CIM-11 de la pyromanie

Dans la plus récente CIM-11, qui est officiellement entrée en vigueur le 1er janvier 2022, la pyromanie est désignée par le code « 6C70 » et définie comme suit :

« La pyromanie se caractérise par une incapacité récurrente à contrôler de fortes impulsions d'incendie, se traduisant par de multiples actes ou tentatives d'incendier des biens ou d'autres objets, en l'absence de motif apparent (par exemple, gain monétaire, vengeance, sabotage, motifs politiques, etc.). attirer l'attention ou la reconnaissance).

Il y a un sentiment croissant de tension ou d'excitation affective avant d'allumer le feu, une fascination ou une préoccupation persistante pour le feu et les stimuli connexes (p. ex., regarder des incendies, allumer des incendies, attirer les pompiers équipement), et un sentiment de plaisir, d'excitation, de soulagement ou de gratification pendant et immédiatement après l'acte de mettre le feu, d'être témoin de ses effets ou de participer à ses conséquences.

Le comportement n'est pas mieux expliqué par une déficience intellectuelle, un autre trouble mental et comportemental ou une intoxication à une substance ».

La classification exclut la pyromanie :

  • chez un adulte présentant un trouble de la personnalité dissociale (6C91)
  • comme excuse pour surveiller une personne soupçonnée de troubles mentaux (QA02.3)
  • trouble bipolaire de type I (6A60)
  • dans la schizophrénie ou un autre trouble psychotique primaire (6A20-6A2Z)

Pourquoi les pyromanes mettent-ils le feu ? Les causes de la pyromanie

On sait peu de choses sur les causes de la pyromanie.

Les causes probables de la pyromanie peuvent être divisées en deux groupes principaux : individuels et environnementaux.

Causes individuelles

Les facteurs individuels possibles qui pourraient causer ou favoriser la pyromanie comprennent :

  • tempérament individuel;
  • familiarité avec la pyromanie (frères et sœurs ou parents atteints de pyromanie);
  • prédispositions neurochimiques et génétiques possibles;
  • des conditions neurologiques particulières telles que le syndrome frontal;
  • maladies psychiatriques;
  • autres dépendances comportementales;
  • addictions à des substances légales et/ou illégales.

Certaines recherches médicales ont conclu qu'il pourrait y avoir un lien avec l'hypoglycémie ou une diminution de la concentration d'acide 3-méthoxy-4-hydroxophénylglycolique et d'acide 5-hydroxyindoleacétique dans le liquide céphalo-rachidien.

Des similitudes ont également été trouvées chez les personnes malades, telles que des anomalies des niveaux de neurotransmetteurs comme la noradrénaline et la sérotonine, qui pourraient être liées à des problèmes de contrôle des impulsions, ainsi qu'à une baisse de la glycémie.

Les causes environnementales

Les facteurs environnementaux qui pourraient conduire à la pyromanie comprennent :

  • psychopathologie parentale;
  • absence de figure paternelle;
  • abandon par les deux parents;
  • les traumatismes ou abus physiques, sexuels ou autres subis à un âge précoce ;
  • premières expériences d'observation d'adultes ou d'adolescents utilisant le feu de manière inappropriée et/ou allumant des feux comme divertissement ou pour soulager le stress ;
  • faibles aptitudes sociales;
  • sexualité non gratifiante;
  • accumulation de stress psychophysique;
  • la perception d'avoir une forme de déficience (petite taille, se sentir moche, se sentir dévalorisé par les autres, penser qu'il a de petits organes génitaux…).

Les enfants qui souffrent de ce trouble ont souvent des antécédents de cruauté envers les animaux.

Ils peuvent également souffrir fréquemment d'autres troubles du comportement et avoir des troubles de l'attention et de l'apprentissage.

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR LES DISPOSITIFS DE SIGNALISATION ACOUSTIQUE ET VISUELLE QUE SIRENA DÉDIE AUX AMBULANCES, AUX POMPIERS ET À LA PROTECTION CIVILE ? VISITEZ NOTRE STAND À EMERGENCY EXPO

Symptômes et caractéristiques de la pyromanie

L'incendiaire ne peut pas contrôler l'impulsion d'allumer délibérément des incendies.

Allumer un feu permet au pyromane de ressentir l'euphorie et de relâcher la tension.

Avant l'acte d'allumer un feu, la personne éprouve généralement des tensions et une accumulation émotionnelle.

Autour des feux, une personne souffrant de pyromanie acquiert un intérêt ou une fascination intense et peut également éprouver du plaisir, de la gratification ou du soulagement.

Si le feu n'est pas allumé, le pyromane ressent une anxiété croissante semblable à des symptômes de sevrage.

Chez le 'véritable' pyromane, l'allumage délibéré d'incendies n'est PAS fait à des fins personnelles, monétaires, politiques ou autres, par exemple pour se venger ou dissimuler un autre crime.

L'incendiaire agit pour sa satisfaction personnelle, sans autre motivation : dans certains cas, c'est juste le plaisir de voir ce que ses actions provoquent chez les autres, ou d'observer le comportement nécessaire pour éteindre les incendies qu'ils déclenchent ; il y a aussi parfois le plaisir de lire leurs actions dans les journaux ou d'entendre parler de leurs effets dans les médias.

Certains incendiaires déclarent que leur plaisir dans cette action ne consiste qu'à allumer le feu pour le plaisir de le faire, à regarder les flammes jaillir : d'autres se sentent soulagés en regardant les objets fondre, brûler, et l'ensemble est auto-entretenu.

Les pyromanes se fixent souvent sur les objets liés au feu en général (explosifs, extincteurs…) et sur les institutions de lutte contre les incendies telles que les casernes de pompiers et les pompiers.

La pyromanie est fréquemment associée à d'autres conditions dans lesquelles le contrôle des impulsions est altéré, en particulier les dépendances comportementales (jeu pathologique, dépendance sexuelle, kleptomanie, achats compulsifs), les dépendances aux substances légales (alcoolisme, toxicomanie, tabagisme...) et les dépendances aux substances illicites (cocaïne, héroïne…).

L'incendiaire souffre souvent de troubles de l'attention et des apprentissages. Dans certains cas, l'incendiaire souffre de dépression et a tenté de se suicider, par exemple en se tranchant les poignets.

Les pyromanes se comportent souvent d'une manière qui va de la tristesse et de la solitude à la colère.

MISE EN PLACE DE VÉHICULES SPÉCIAUX POUR LES POMPIERS : DÉCOUVREZ LE STAND PROSPEED AU SALON DE L'URGENCE

Risques

L'un des risques les plus dangereux associés à la pyromanie est celui de causer des dommages aux biens et/ou aux êtres vivants, voire dans certains cas de mettre le feu aux maisons, aux animaux et/ou aux personnes.

Le risque est donc celui d'une accusation pénale, même grave (par exemple homicide involontaire, homicide involontaire ou volontaire), pouvant conduire à l'assignation à résidence ou à la prison.

Un autre risque pour l'incendiaire est celui de se blesser, par exemple en se brûlant, ou de perdre des biens parce qu'on y a mis le feu (par exemple sa voiture ou sa maison).

Diagnostic

Le diagnostic repose principalement sur la description du comportement du sujet et des caractéristiques listées dans la rubrique « Symptômes et caractéristiques », à l'exclusion des cas listés dans la rubrique « Classification CIM-11 ».

Traitement

Le traitement approprié pour la pyromanie varie selon l'âge du patient et la gravité de l'état.

Pour les enfants et les adolescents, le traitement consiste généralement en des séances de psychothérapie cognitivo-comportementale.

D'autres traitements comprennent la formation parentale, la thérapie familiale, les groupes de soutien, les stratégies de médecine narrative et la thérapie d'exposition narrative.

Chez l'adulte, en plus de la thérapie cognitivo-comportementale, des médicaments tels que les ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) peuvent également être associés.

VÉHICULES SPÉCIAUX POUR LES POMPIERS : VISITEZ LE KIOSQUE ALLISON À L'EXPO D'URGENCE

Pronostic de la pyromanie

Le pronostic de guérison chez les adolescents et les enfants souffrant de pyromanie dépend des facteurs environnementaux ou individuels impliqués, mais il est généralement positif.

La pyromanie est généralement plus difficile à traiter chez l'adulte, souvent en raison d'un manque de coopération de la part du patient.

Chez l'adulte, cependant, le taux de guérison est généralement faible et les récidives sont plus fréquentes, c'est pourquoi il est important d'intervenir tôt lorsque la personne est encore jeune et a un meilleur pronostic.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

La nomophobie, un trouble mental méconnu : la dépendance au smartphone

Éco-anxiété : les effets du changement climatique sur la santé mentale

Pompiers / Pyromanie et obsession du feu : profil et diagnostic des personnes atteintes de ce trouble

La source:

Médecine en ligne

Vous pourriez aussi aimer