Troubles mentaux chez les anesthésiologistes à cause du COVID-19. La WFSA lance l'alerte: ils doivent aussi être assistés

Les anesthésiologistes ont à peine travaillé, comme d'autres collègues de la santé, pendant la pandémie de COVID-19. Cependant, leur rôle et leur contact strict avec les patients infectés suscitaient une forte peur de tomber malade. La WFSA lance une lettre d'alerte pour sensibiliser les anesthésiologistes aux troubles mentaux.

Comme la WFSA (Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes) dénouent dans une lettre d'alerte que les anesthésiologistes sont eux aussi humains et pourraient être victimes de troubles mentaux. Ils ont en effet besoin d'aide car ils ont travaillé dur, et travaillent toujours, à proximité des patients infectés par le COVID-19.

Anesthésiologistes santé mentale: la dénonciation de la WFSA

Comme l'a déclaré la WFSA: «Les anesthésiologistes sont hautement qualifiés professionnels de la santé, prêt à faire face à l'ensemble des soins périopératoires, y compris les chirurgies majeures, les traumatismes, l'obstétrique, les patients gravement malades et la prise en charge de la douleur dans toutes ses manifestations. En tant que spécialité, nous avons saisi l'occasion de relever le défi de prendre soin des plus hauts patients chirurgicaux à risque pendant l'épidémie de SRAS et maintenant la pandémie de COVID-19. Dans ces circonstances, les professionnels de l'anesthésiologie ont fait preuve d'une grande détermination, d'une grande adaptabilité scientifique et pédagogique et ont démontré notre rôle essentiel dans la prestation des soins.

La Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes continue de signaler que, unt le début de la pandémie on incertitude significative concernant les modes de transmission du virus. Anesthésiologistes qui ont été appelés à intuber les patients suspectés de COVID-19 ont été contraints de faire face à la peur d'être potentiellement infectés et de propager le virus à leurs collègues ou à leur famille.

Chez certains patients gravement malades, le court laps de temps entre l'hospitalisation et la détérioration et la détresse respiratoire nécessitant une assistance respiratoire mécanique était si dramatique qu'il était combat brutal pour chaque souffle.

La WFSA a dénoncé: «Ces expériences étaient potentiellement psychologiquement nocif, pour les patients et nos professionnels. A cela s'ajoute la disponibilité initiale inadéquate de solutions rapides et fiables Test de diagnostic COVID-19, ainsi que des pénuries de protection individuelle équipement (EPI) ajouté au stress lié à la prise en charge de ces patients. Il est devenu impossible de savoir si ce que nous faisions pour nous protéger et protéger les membres de notre famille était adéquat. Le résultat combiné de tous ces facteurs a été une vulnérabilité à de nombreux phénomènes psychologiquement générés tels que le traumatisme partagé, trouble de stress post-traumatique, burnout, alcoolisme et l'abus de substances, tous capables d'influencer notre bien-être professionnel et personnel.

COVID-19 et troubles mentaux chez les anesthésiologistes: la peur de la 4ème vague

La réalité d'une «4e vague» affectant la santé mentale peut entraîner une augmentation de l'incidence de la dépression psychogène, du burn-out, de la toxicomanie et du suicide chez les médecins (en particulier les anesthésiologistes) impliqués dans les soins médicaux de ces patients. L'arrivée à la 4ème vague peut créer l'esprit des anesthésiologistes un grand dommage.

  • 1ère vague: Mortalité et morbidité immédiates du COVID-19. 1ère queue de vague: récupération post-USI et à l'admission pour de nombreux patients.
  • 2e vague: Impact des restrictions de ressources sur les conditions non-COVID - toutes les choses urgentes habituelles pour lesquelles les gens ont besoin d'un traitement immédiat - aiguë.
  • 3e vague: L'impact de l'interruption des soins des maladies chroniques (les gens sont restés à la maison).
  • 4e vague: Traumatisme psychique, maladie mentale, TSPT, blessure économique, épuisement professionnel, etc.

La Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes a dénoncé que le monde se concentre désormais à peine sur les mesures pour vaincre Transmission du covid-19 et sur la recherche d'un Vaccin contre le covid19. Toutefois, malgré la les impacts sur la santé mentale du COVID-19 pour les professionnels de la santé seront importants. Il est de plus en plus urgent de comprendre et de traiter ces impacts par la recherche et des mesures de soutien pour les médecins / résidents / infirmières (anesthésiologistes).

Comment gérer les troubles mentaux chez les anesthésiologistes?

Selon le Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes: «Afin de créer un environnement professionnel bienveillant et solidaire, la WFSA et les sociétés membres cherchent à développer de nouveaux programmes de bien-être innovants qui associent la santé et le bien-être des cliniciens à la qualité et à la sécurité des patients. Un programme de bien-être entre pairs doit être mis en place dans chaque service d'anesthésiologie. Ce programme devrait se concentrer sur l'écoute empathique, le partage d'expériences avec les pairs, le soutien et l'orientation; un tel programme ne devrait pas fournir de diagnostic, ni de thérapie que nous avons le professionnel médical référé pour gérer. Nous devons développer notre faculté avec de telles compétences de soutien par les pairs en matière de résilience: contrôle, engagement, connexions, calme et soins.

SOURCE

WFSA

Les commentaires sont fermés.