ECMO : son fonctionnement et son utilité expliqués au citoyen

L'ECMO est un outil de circulation extracorporelle qui peut sauver la vie d'enfants souffrant d'insuffisance cardiaque ou pulmonaire grave

L'ECMO (ExtraCorporeal Membrane Oxygenation) ou ECLS (ExtraCorporeal Life Support) est une technique de circulation extracorporelle utilisée temporairement lorsque les patients souffrent d'insuffisance cardiaque et/ou respiratoire grave mettant en jeu le pronostic vital.

ECMO : Comment ça marche ?

L'oxygénation par membrane extracorporelle est une machine cœur-poumon qui remplace la fonction cardiaque et/ou respiratoire.

La machine ECMO est similaire, mais pas identique, à celle utilisée lors d'une chirurgie cardiaque.

Il fonctionne avec une pompe qui prélève le sang du patient, le place dans un «poumon artificiel», où le dioxyde de carbone est retiré du sang et de l'oxygène est ajouté (processus d'oxygénation).

Le sang est ensuite chauffé et renvoyé dans le corps du patient.

Le sang est toujours prélevé dans la circulation veineuse.

Le retour peut se faire soit par les vaisseaux sanguins veineux (ECMO veineux-veineux), soit par les vaisseaux sanguins artériels (ECMO veineux-artériel).

Les canules utilisées peuvent être placées par voie percutanée (comme une canule-aiguille normale) ou chirurgicalement, avec une petite opération au chevet du patient.

A quoi sert l'ECMO ?

L'oxygénation extracorporelle des membranes est un traitement réservé aux patients atteints d'une maladie cardiaque ou pulmonaire réversible qui, si elle n'est pas traitée, a une probabilité de décès supérieure à 80 %.

Il est utilisé lorsque toutes les autres interventions médicales échouent.

La machine ECMO ne guérit ni le cœur ni les poumons, mais « prend son temps » et permet aux organes malades de retrouver progressivement leur fonction.

Certaines des maladies pour lesquelles les patients pédiatriques ont besoin d'ECMO sont :

  • Pneumonies bactériennes ou virales particulièrement sévères (SDRA du Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë) ;
  • Choc septique;
  • Cardiopathie congénitale;
  • Hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né (PPHN)
  • Hernie diaphragmatique congénitale ;
  • Hémorragie alvéolaire;
  • Asthme sévère;
  • Incapacité de sevrer de la circulation extracorporelle après une intervention chirurgicale pour corriger une maladie cardiaque congénitale.

La période en ECMO :

Contrairement aux interventions cœur-poumon artificiel qui permettent des soins de quelques heures, les patients sous ECMO peuvent être pris en charge pendant une durée allant de quelques jours à plusieurs semaines.

Une sédation profonde peut être nécessaire dans les premiers jours pour améliorer l'efficacité de l'ECMO.

La sédation peut être progressivement réduite dans le temps, mais pas complètement supprimée, pour assurer le meilleur confort physique et mental au patient.

Les sécrétions pulmonaires sont éliminées par aspiration environ toutes les 12 heures.

Les soins peuvent être complétés par une kinésithérapie motrice et respiratoire.

Durant cette période, les fonctions vitales du patient doivent être soutenues :

  • Nutrition : le patient ECMO reçoit tous les nutriments soit par voie parentérale (nutrition intraveineuse) soit par voie entérale via une sonde nasogastrique ;
  • Fonction rénale : la diurèse du patient est surveillée en permanence et peut être stimulée par des médicaments. Lorsque les reins ne sont pas en mesure de fonctionner correctement, le patient est mis sous dialyse, via un rein artificiel qui élimine l'excès de liquide ;
  • Médicaments : les soins ECMO impliquent l'utilisation de nombreux médicaments, tels que :
    – Des antibiotiques, pour ralentir ou stopper les infections bactériennes ;
    – Héparine, pour empêcher la coagulation du sang ;
    – Les opioïdes, pour réduire la douleur ;
    – Sédatifs, pour diminuer l'anxiété en induisant l'hypnose ;
    – Miorisol, pour provoquer un relâchement musculaire et ainsi diminuer la quantité d'oxygène utilisée par l'organisme ;
    – les diurétiques, pour augmenter la quantité d'urine éliminée par les reins (diurèse) ;
    – Inotropes, pour améliorer la fonction de pompage du cœur.

Quels sont les risques associés à l'ECMO ?

L'oxygénation extracorporelle de la membrane est une procédure invasive qui aide et complète la fonction des organes vitaux.

Ce n'est donc pas sans risques.

Le plus grand risque pour les patients ECMO est le saignement, qui peut survenir en raison de l'utilisation d'héparine, un médicament qui fluidifie le sang.

En revanche, l'héparine est indispensable car elle permet à l'oxygénateur de mieux fonctionner et évite la formation de caillots dans le circuit.

Un autre risque est l'embolie gazeuse, des bulles d'air qui peuvent bloquer la circulation du sang dans un vaisseau sanguin.

Après ECMO :

Une fois déconnecté de la machine ECMO, le patient reste attaché au ventilateur jusqu'à ce qu'il puisse à nouveau respirer par lui-même.

Ce temps varie d'un patient à l'autre et peut prendre de quelques jours à plusieurs semaines.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Policlinico Umberto I : une survivante de Covid-19 accouche en circulation extracorporelle (ECMO)

Premières directives pour l'utilisation de l'ECMO chez les patients pédiatriques subissant une transplantation de cellules souches hématopoïétiques

Gestion de la température après l'arrestation chez les enfants

La source:

enfant Jésus

Vous pourriez aussi aimer