Prise en charge des troubles mentaux en Italie : que sont les ASO et les TSO, et comment agissent les intervenants ?

Troubles mentaux en Italie, que sont ASO et TSO ? Très souvent les deux acronymes ASO et TSO sont utilisés sans vraiment savoir ce qu'ils sont et comment ils fonctionnent. Respectivement, ils représentent l'évaluation sanitaire obligatoire et le traitement sanitaire obligatoire

Selon l'article 32 de la Constitution italienne, la République protège la santé en tant que droit fondamental de l'individu et dans l'intérêt de la communauté, et garantit les soins aux indigents.

Nul ne peut être obligé de se soumettre à un traitement médical, sauf par une disposition de la loi (loi 180/1978 ; loi 833/1978).

Le bien de la vie, la santé et l'intégrité physique et psychique font l'objet de droits personnels ; droits naturels essentiels et absolus auxquels on ne peut renoncer, ne sont pas transmissibles et ne peuvent être expropriés.

Si personne ne peut être contraint, on parle de consentement. En effet, les traitements et contrôles de santé sont basés sur le consentement, qui à son tour nécessite une rencontre basée sur la volonté et la participation active de l'individu, afin de produire un consentement éclairé, c'est-à-dire une décision dans une relation médecin-patient basée sur la confiance.

Troubles mentaux en Italie : ASO, le bilan de santé obligatoire

Qu'entend-on par ASO (bilan de santé obligatoire).

Tout d'abord, il est possible de demander une ASO lorsqu'il existe une suspicion fondée de présence d'altérations psychiques de nature à nécessiter une intervention urgente et non reportable, lorsque la personne n'accepte pas les tests diagnostiques nécessaires.

Cette intervention doit toujours être précédée d'une recherche de consentement.

Le bilan de santé obligatoire est demandé par un médecin à l'égard d'une personne pour laquelle il existe une suspicion fondée d'altérations psychiques rendant une intervention thérapeutique urgente, mais que la personne concernée refuse d'accepter.

L'arrêté d'ASO est délivré par le Maire en qualité d'autorité sanitaire locale, sur proposition motivée du médecin requérant.

Le résultat de l'ASO doit également être transmis au maire.

O UN ASO EST EFFECTUÉ

Une ASO peut être effectuée au domicile de la personne, ou en tant que patient hospitalisé dans un établissement de soins ambulatoires, le service des urgences (PS) et le centre de santé mentale (CSM).

Le lieu de l'évaluation doit être indiqué dans l'arrêté émis.

Après un bilan de santé obligatoire, si les conditions sont réunies et que la personne refuse de se soumettre aux soins nécessaires, un traitement de santé obligatoire (TSO) peut être ordonné.

Il est à noter que ce service est gratuit.

TSO, traitement de santé obligatoire chez le patient souffrant de troubles mentaux

Il existe cependant des variables.

Certains troubles mentaux peuvent résulter d'une simple méconnaissance de la maladie dans la mesure où la personne peut refuser des interventions médicales extrêmement urgentes et nécessaires.

Dans de telles circonstances, des mesures dites obligatoires telles que le TSO (soins de santé obligatoires, pour une durée renouvelable de sept jours) peuvent être mises en œuvre dans le respect de la dignité de la personne.

Le TSO devient ainsi un moyen extrême de faire respecter le droit à la santé d'une personne atteinte d'une pathologie mentale grave dont elle n'a pas connaissance.

La TSO peut être réalisée sans recours à l'hospitalisation, au Centre de Santé Mentale (CSM), à la clinique ambulatoire, au domicile du patient, au service des urgences (SU).

Si une hospitalisation est nécessaire, la TSO ne peut être effectuée qu'au service de diagnostic et de traitement psychiatrique de l'autorité de santé.

Le TSO est ordonné par arrêté du maire, validé par le juge tutélaire, sur proposition motivée d'un médecin, de préférence agréé par un médecin du service de santé mentale ou un autre médecin de l'établissement public.

Le point de référence pour la personne et sa famille est le Centre de santé mentale de l'Azienda Usl.

Le Centre de santé mentale (CSM) est présent dans chaque district et dans presque tous les cas, il est ouvert 12 heures en semaine.

Le CSM collabore avec le médecin de famille de la personne concernée et représente le point de référence pour la personne assistée et sa famille.

Afin de protéger la personne, le GRT ne peut excéder sept jours.

S'il doit être prolongé, la validation du Juge Tutélaire doit être à nouveau obtenue (par le Service de Diagnostic et de Traitement Psychiatrique).

Si, comme c'est généralement le cas, le patient accepte un traitement pendant son hospitalisation, la TSO est convertie en admission volontaire.

Il est toujours conseillé de contacter le Centre de santé mentale; pendant les heures de fermeture du Centre de santé mentale, communiquez avec le service des urgences, où une consultation psychiatrique est disponible, ou le service de garde médicale.

Le CSM est le point de référence pour tout problème. Il est à noter que ce service est totalement gratuit.

QUAND UN TRAITEMENT DE SANTÉ OBLIGATOIRE N'EST PAS REQUIS

La TSO n'est pas requise en cas d'altération de la conscience due à une intoxication, une ivresse, un traumatisme, un délire ou une démence.

En effet, les personnes ne peuvent être contraintes de se soumettre à des examens diagnostiques ou de suivre des thérapies médicamenteuses pour des pathologies autres que psychiatriques.

Ces affaires mentionnées ci-dessus sont en outre considérées comme des affaires complexes et relèvent par conséquent de la compétence du pouvoir judiciaire.

TSO ET MINEURS

Un autre cas particulier de demande TSO est réservé aux mineurs nécessitant des soins urgents.

Tout tourne autour du consentement ou non du mineur et du consentement ou non de l'un et/ou des deux parents. Dans tous les cas, il y aura l'information ou le rapport au tribunal pour mineurs (art. 403 CC).

Article écrit par le Dr Letizia Ciabattoni

Lire aussi:

L'attaque de panique et ses caractéristiques

La psychose n'est pas la psychopathie : différences dans les symptômes, le diagnostic et le traitement

Urgence dans les aéroports – Panique et évacuation : comment gérer les deux ?

Désamorcer chez les premiers intervenants : comment gérer le sentiment de culpabilité ?

Anxiété : un sentiment de nervosité, d'inquiétude ou d'agitation

La source:

https://www.ausl.re.it/trattamento-sanitario-obbligatorio-tso-sottoporre-cure-urgenti-la-persona-con-disturbo-mentale

http://www.adir.unifi.it/rivista/1998/sbordoni/cap4.htm

https://www.tribunale.varese.it/index.phtmlId_VMenu=1321

https://www.giustizia.it/giustizia/it/mg_3_2_20.page

https://guidaservizi.fascicolo-sanitario.it/dettaglio/prestazione/3152808

https://www.ordinemedicimodena.it/assets/Uploads/11-febbraio-TRATTAMENTI-SANITARI-OBBLIGATORI-Giusti.pdf

https://www.salute.gov.it/imgs/C_17_pagineAree_3146_listaFile_itemName_2_file.pdfhttp://www.regioni.it/upload/290409_TSO.pdf

Vous pourriez aussi aimer