Réanimation de base (BTLS) et réanimation avancée (ALS) pour le patient traumatisé

Basic trauma life support (BTLS) : basic trauma life support (d'où l'acronyme SVT) est un protocole de secours généralement utilisé par les secouristes et visant le premier traitement des personnes blessées ayant subi un traumatisme, c'est-à-dire un événement provoqué par une quantité considérable d'énergie agissant sur le corps causant des dommages

Ce type de sauvetage s'adresse donc non seulement aux victimes de polytraumatismes qui ont subi par exemple des accidents de la route, mais aussi aux blessés noyés, électrocutés, brûlés ou par balle, puisque dans tous ces cas les blessures sont causées par la dissipation d'énergie sur le corps.

SVT et BTLF : Golden hour, la vitesse sauve une vie

Une minute de plus ou de moins fait souvent la différence entre la vie et la mort pour un patient : c'est encore plus vrai dans le cas de patients ayant subi un traumatisme grave : le délai entre l'événement traumatisant et le sauvetage est d'une grande importance, car évidemment la durée la plus courte Plus l'intervalle de temps entre l'événement et l'intervention est grand, plus la personne traumatisée a de chances de survivre ou du moins de subir le moins de dommages possible.

Pour cette raison, le concept de l'heure dorée est important, qui souligne que le temps entre l'événement et l'intervention médicale ne doit pas dépasser 60 minutes, limite au-delà de laquelle il y a une nette augmentation des chances de ne pas sauver la vie du patient. la vie.

Cependant, l'expression « heure dorée » ne fait pas nécessairement référence à une heure, mais exprime plutôt le concept général selon lequel : « plus on agit tôt, plus on a de chances de sauver la vie du patient ».

Éléments de la dynamique des traumatismes majeurs

Lorsqu'un citoyen appelle le numéro d'appel d'urgence unique, l'opérateur lui pose des questions sur la dynamique de l'événement, qui servent à

  • évaluer la gravité du traumatisme
  • établir un code prioritaire (vert, jaune ou rouge);
  • envoyer l'équipe de secours si nécessaire.

Il existe des éléments qui prédisent une supposée plus grande sévérité du traumatisme : ces éléments sont appelés « éléments de dynamique majeure ».

Les principaux éléments de la dynamique majeure sont

  • âge du patient : un âge inférieur à 5 ans et supérieur à 55 ans est généralement un indice de gravité plus importante ;
  • violence du choc : un choc frontal ou l'éjection d'une personne hors de l'habitacle sont par exemple des indices d'une plus grande gravité ;
  • collision entre véhicules de taille opposée : vélo/camion, voiture/piéton, voiture/moto sont des exemples de gravité accrue ;
  • personnes tuées dans le même véhicule : cela relève le niveau hypothétique de gravité ;
  • désincarcération complexe (temps de désincarcération prévu supérieur à vingt minutes) : si la personne est coincée par exemple entre des tôles, le niveau de gravité hypothétique est relevé ;
  • chute d'une hauteur supérieure à 3 mètres : cela relève le niveau hypothétique de gravité ;
  • type d'accident : traumatisme par électrocution, brûlures très étendues au deuxième ou au troisième degré, noyade, blessures par balle, sont autant d'accidents qui élèvent le niveau hypothétique de gravité ;
  • les traumatismes étendus : polytraumatismes, fractures exposées, amputations, sont autant de blessures qui élèvent le niveau de gravité ;
  • perte de connaissance : si un ou plusieurs sujets présentent une perte de connaissance ou une voie aérienne inopérable et/ou un arrêt cardiaque et/ou un arrêt pulmonaire, le niveau de gravité est considérablement élevé.

Objectifs de l'opérateur téléphonique

Les objectifs de l'opérateur téléphonique seront de

  • interpréter la description de l'incident et des signes cliniques, qui sont souvent présentés de manière assez inexacte par l'appelant, qui n'aura évidemment pas toujours une formation médicale ;
  • comprendre le plus rapidement possible la gravité de la situation
  • envoyer l'assistance la plus appropriée (une ambulance ? deux ambulances? Envoyer un ou plusieurs médecins ? Envoyez également des pompiers, des carabiniers ou des policiers ? );
  • rassurer le citoyen et lui expliquer à distance ce qu'il peut faire en attendant les secours.

Ces objectifs sont faciles à dire, mais très complexes compte tenu de l'excitation et de l'émotion de l'appelant, qui est souvent confronté à des incidents traumatisants ou y a lui-même été impliqué et donc sa propre description de ce qui s'est passé peut être fragmentaire et altérée (ex. en cas de commotion cérébrale ou de consommation d'alcool ou de drogue).

SVT et BTLF : lésions primaires et secondaires

Dans ce type d'événement, les dommages peuvent être distingués en dommages primaires et secondaires :

  • dommage primaire : c'est le dommage (ou les dommages) qui est directement causé par le traumatisme ; par exemple, dans un accident de voiture, les principaux dommages qu'une personne peut subir peuvent être des fractures ou l'amputation de membres ;
  • dommage secondaire : il s'agit du dommage que le patient subit à la suite du traumatisme ; en effet, l'énergie du traumatisme (cinétique, thermique, etc.) agit également sur les organes internes et peut provoquer des lésions plus ou moins graves. Les dommages secondaires les plus fréquents peuvent être l'hypoxie (manque d'oxygène), l'hypotension (baisse de la pression artérielle due à l'apparition d'un état de choc), l'hypercapnie (augmentation du dioxyde de carbone dans le sang) et l'hypothermie (baisse de la température corporelle).

Protocoles SVT et BTLF : la chaîne de survie des traumatismes

En cas de traumatisme, il existe une procédure de coordination des actions de secours, appelée la chaîne traumatologique, qui se décompose en cinq grandes étapes

  • appel d'urgence : alerte précoce via un numéro d'urgence (en Italie, il s'agit du numéro d'urgence unique 112) ;
  • un tri effectué pour évaluer la gravité de l'événement et le nombre de personnes impliquées ;
  • aide à la vie de base précoce;
  • centralisation précoce au centre de traumatologie (dans l'heure dorée);
  • activation précoce du système avancé de réanimation (voir dernier paragraphe).

Tous les maillons de cette chaîne sont également importants pour une intervention réussie.

Équipe de secours

Une équipe agissant sur un SVT doit être composée d'au moins trois personnes : le chef d'équipe, le premier intervenant et le chauffeur de sauvetage.

Le schéma suivant est purement idéal, car l'équipage peut varier en fonction de l'organisation, de la loi régionale de secours et du type d'urgence.

Le chef d'équipe est généralement le secouriste le plus expérimenté ou le plus ancien et gère et coordonne les opérations à effectuer lors d'une prestation. Le chef d'équipe est également celui qui réalise toutes les évaluations. Dans une équipe où un infirmier ou un médecin du 112 est présent, le rôle de chef d'équipe leur passe automatiquement.

Le Rescue Driver, en plus de conduire le véhicule de secours, veille à la sécurité du scénario et aide les autres sauveteurs à immobilisation manœuvres.[2]

Le premier intervenant (également appelé chef de manœuvre) se tient à la tête du patient traumatisé et immobilise la tête en la maintenant dans une position neutre jusqu'à l'immobilisation sur un spinal planche is completed. In the event that the patient is wearing a helmet, the first rescuer and a colleague handle the removal, keeping the head as still as possible.

Restez et jouez ou ramassez et courez

Il existe deux stratégies d'approche du patient et elles doivent être choisies en fonction des caractéristiques du patient et de la situation sanitaire locale :

  • stratégie scoop & run : cette stratégie doit être appliquée aux patients gravement malades qui ne bénéficieraient pas d'une intervention sur place, même avec Advanced Life Support (ALS), mais qui nécessitent une hospitalisation immédiate et un traitement hospitalier. Les conditions nécessitant Scoop & Run comprennent les plaies pénétrantes du tronc (poitrine, abdomen), de la racine des membres et cou, c'est-à-dire des sites anatomiques dont les plaies ne peuvent pas être efficacement comprimées ;
  • stratégie stay & play : cette stratégie est indiquée pour les patients qui nécessitent une stabilisation in situ avant d'être transportés (c'est le cas des hémorragies compressibles massives ou des situations plus graves qu'urgentes).

BLS, trauma life support : les deux bilans

L'assistance vitale de base à la personne traumatisée part des mêmes principes que le BLS normal.

BLS à la personne traumatisée implique deux évaluations : primaire et secondaire.

L'évaluation immédiate de la conscience de la victime traumatisée est essentielle ; si celui-ci est absent, le protocole BLS doit être appliqué immédiatement.

Dans le cas d'un blessé incarcéré, une évaluation rapide des Fonctions Vitales de Base (ABC) est cruciale, et est nécessaire pour orienter l'équipe de secours soit vers une désincarcération rapide (en cas d'inconscience ou d'altération de l'un des FV) soit vers une voie conventionnelle. désincarcération à l'aide du KED dispositif d'extraction.

Évaluation primaire : la règle ABCDE

Après le bilan rapide et une désincarcération si nécessaire, le bilan primaire est réalisé, qui se décompose en cinq points : A, B, C, D et E.

Contrôle des voies respiratoires et de la colonne vertébrale (stabilisation des voies respiratoires et de la colonne cervicale)

Le Premier Répondant se positionne à la tête en la stabilisant manuellement pendant que le Chef d'Equipe applique les collier cervical. Le chef d'équipe évalue l'état de conscience en appelant la personne et en établissant un contact physique, par exemple en touchant ses épaules ; si l'état de conscience est altéré il est indispensable d'avertir rapidement le 112.

Toujours à ce stade, le chef d'équipe découvre le thorax du patient et vérifie les voies respiratoires, plaçant une canule oropharyngée si le patient est inconscient.

Il est important de toujours administrer de l'oxygène à haut débit (12-15 litres/minute) à la victime, car elle est toujours considérée comme étant en état de choc hypovolémique.

B- Respiration

Si le patient est inconscient, après avoir alerté le 112, le chef d'équipe procède à la manœuvre GAS (Look, Listen, Feel) qui permet d'évaluer si la personne respire.

S'il n'y a pas de respiration, le BLS classique est réalisé en réalisant deux ventilations (éventuellement en connectant le ballon auto-expansible à la bouteille d'oxygène, en le faisant délivrer à des débits élevés), puis passe à la phase C.

Si la respiration est présente ou si le patient est conscient, le masque est positionné, de l'oxygène est administré et l'OPACS (Observer, Palper, Ecouter, Compter, Saturimètre) est effectué.

Avec cette manœuvre, le chef d'équipe évalue différents paramètres du patient : en effet, il observe et palpe la poitrine en vérifiant qu'il n'y a pas de creux ou d'anomalies, écoute la respiration en vérifiant qu'il n'y a pas de gargouillements ou de bruits, compte la fréquence respiratoire et utilise le saturimètre pour évaluer l'oxygénation du sang.

C-Diffusion

Dans cette phase, on vérifie si le patient a eu des hémorragies massives nécessitant une hémostase immédiate.

S'il n'y a pas d'hémorragies massives, ou du moins après qu'elles aient été tamponnées, divers paramètres concernant la circulation, la fréquence cardiaque, la couleur et la température de la peau sont évalués.

Si le patient en phase B est inconscient et ne respire pas - après avoir effectué deux ventilations - on passe à la phase C qui consiste à vérifier la présence d'un pouls carotidien en posant deux doigts sur la carotide et en comptant jusqu'à 10 secondes.

S'il n'y a pas de pouls on passe à la réanimation cardiorespiratoire pratiquée en BLS en réalisant des massages cardiaques.

S'il y a un pouls et pas de respiration, la respiration est assistée en effectuant environ 12 insufflations par minute avec le ballon auto-expansible relié à la bouteille d'oxygène qui délivre des débits élevés.

Si le pouls carotidien est absent, l'évaluation primaire s'arrête à ce stade. Le patient conscient est traité différemment.

La pression artérielle est évaluée à l'aide d'un sphygmomanomètre et du pouls radial : si ce dernier est absent, la pression artérielle maximale (systolique) est inférieure à 80 mmHg.

Depuis 2008, les phases B et C ont été fusionnées en une seule manœuvre, de sorte que la vérification de la présence du pouls carotidien est simultanée à celle du souffle.

D-Invalidité

Contrairement à l'évaluation initiale où l'état de conscience est évalué à l'aide de l'échelle AVPU (infirmières et médecins utilisent l'échelle Échelle de Glasgow), dans cette phase, l'état neurologique de la personne est évalué.

Le secouriste pose au patient des questions simples évaluant

  • mémoire : il demande s'il se souvient de ce qui s'est passé ;
  • orientation spatio-temporelle : on demande au patient en quelle année on est et s'il sait où il se trouve ;
  • atteintes neurologiques : ils évaluent à l'aide de l'échelle de Cincinnati.

E- Exposition

Dans cette phase, on évalue si le patient a subi des blessures plus ou moins graves.

Le chef d'équipe déshabille le patient (coupant les vêtements si nécessaire) et procède à une évaluation de la tête aux pieds, en vérifiant s'il y a des blessures ou des saignements.

Les protocoles prévoient également de vérifier les organes génitaux, mais cela n'est souvent pas possible soit à cause des souhaits du patient, soit parce qu'il est plus facile de demander au patient s'il ressent lui-même une douleur.

Il en va de même pour la partie où les vêtements doivent être coupés ; il peut arriver que le patient s'y oppose, et parfois les sauveteurs eux-mêmes décident de ne pas le faire si le patient ne signale aucune douleur, bouge bien ses membres et s'assure qu'il n'a subi aucun coup dans une certaine zone de son corps.

Suite au contrôle tête-pied, le patient est recouvert d'un tissu chauffant pour éviter une éventuelle hypothermie (dans ce cas, la montée en température doit être progressive).

A la fin de cette phase, si le patient a toujours été conscient, le chef d'équipe communique tous les paramètres ABCDE au centre d'opérations 112 qui lui indiquera la marche à suivre et vers quel hôpital transporter le patient. Chaque fois qu'il y a des changements substantiels dans les paramètres du patient, le chef d'équipe doit en aviser immédiatement le 112.

Évaluation secondaire

Évaluer:

  • dynamique de l'événement;
  • mécanisme du traumatisme ;
  • histoire du patient. Après avoir terminé l'évaluation primaire et alerté le numéro d'urgence de l'état, le centre des opérations décide de faire transporter le patient à l'hôpital ou d'envoyer un autre véhicule de secours, comme une ambulance.

Selon le protocole PTC, le chargement sur la colonne vertébrale doit être effectué avec la civière cuillère ; d'autres fabricants de littérature et de civière, cependant, indiquent qu'il faut faire le moins de mouvement possible et donc que le chargement sur la colonne vertébrale doit être fait avec le rouleau de bûche (attachez les pieds ensemble en premier), de sorte que le dos puisse également être inspecté.

Aide à la vie avancée (ALS)

Advanced Life Support (ALS) est le protocole utilisé par le personnel médical et infirmier comme une extension, et non un remplacement, du Basic Life Support (BLS).

Le but de ce protocole est le suivi et la stabilisation du patient, également par l'administration de médicaments et la mise en œuvre de manœuvres invasives, jusqu'à son arrivée à l'hôpital.

En Italie, ce protocole est réservé aux médecins et aux infirmières, tandis que dans d'autres États, il peut également être appliqué par le personnel appelé «ambulanciers paramédicaux», une figure professionnelle absente en Italie.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Règle ABC, ABCD et ABCDE en médecine d'urgence : ce que le secouriste doit faire

Évolution du sauvetage d'urgence préhospitalier : ramassez et courez contre restez et jouez

Que devrait contenir une trousse de premiers soins pédiatrique

La position de récupération en secourisme fonctionne-t-elle réellement ?

L'application ou le retrait d'un collier cervical est-il dangereux ?

Immobilisation de la colonne vertébrale, colliers cervicaux et désincarcération des voitures : plus de mal que de bien. Le temps de changer

Colliers cervicaux : appareil 1 pièce ou 2 pièces ?

Défi mondial de sauvetage, défi de désincarcération pour les équipes. Planches vertébrales et colliers cervicaux qui sauvent des vies

Différence entre ballon AMBU et ballon respiratoire d'urgence: avantages et inconvénients de deux dispositifs essentiels

Collier cervical chez les patients traumatisés en médecine d'urgence : quand l'utiliser, pourquoi c'est important

Dispositif d'extraction KED pour l'extraction des traumatismes : qu'est-ce que c'est et comment l'utiliser

Comment se déroule le triage aux urgences ? Les méthodes START et CESIRA

La source:

Médecine en ligne

Vous pourriez aussi aimer